PORTUONDO, Omara (La Havane 1930)

Sindo GARAY, Eliseo GRENET… sont des amis de son père et pourtant dans son quartier populaire de Cayo Hueso, Omara rêve d'être danseuse de ballet. Elle connaît par cœur toutes les chorégraphies du ballet dans lequel danse sa sœur aînée Haydée au point de remplacer une danseuse au pied levé . Ses parents accèdent à son désir. Le démon de la danse et de la musique ainsi que les hasards de la vie la conduisent droit chez Eva Martiatu une jeune fille chez qui étudiants et jeunes ouvriers viennent écouter des disques de Jazz et de musique internationale. Y viennent aussi quelques jeunes musiciens qui entraînent Omara et Haydée chez Ángel DÍAZ où se réunissent les muchachos del feeling. Omara et Haydée chantent en duo, chez les sœurs Martiatu où on les connaît sous le nom de "Las TAILUMITAS".


Elles enchantent les muchachos qui voudraient monter un quartet.
Seule Omara s'y intègre en 1947. Le cuarteto "LOQUIBAMBIA" conduit par José Antonio MÉNDEZ, se produit sur la Mil Diez juste avant sa fermeture. Omara y est présentée comme Miss Omara Brown, la Novia del Filín, le groupe chante ensuite sur d'autres stations et avec celui-ci, dans une collaboration avec le "CONJUNTO CASINO", Omara partiicpe à son premier enregistrement, "Atomo".
A son répertoire figurent des compositions des jeunes du filín, MÉNDEZ, PORTILLO,Tania CASTELLANOS… et beaucoup de chansons en anglais.
Omara fait la connaissance d'Elena BURKE qui lui demande de prendre sa place dans le cuarteto de Orlando de la ROSA. Elle entre ainsi au Tropicana où se produit le quartet. Mais la danse la démange et rapidement elle s'intègre aussi à "Las MULATAS de FUEGO", le groupe de danse du cabaret et devient partenaire de Rolando ESPINOSA considéré comme le meilleur rumbero du moment.. Elle danse aussi dans le ballet de Alberto Alonso.

Retrouvant Elena elle réalise en 1950 une longue tournée aux Etats Unis avec Orlando de la ROSA.
De retour dans l'île Omara PORTUONDO rejoint les filles de "ANACAONA" pour une tournée à Haïti. Pour l'orchestre elle interprète principalement les guarachas pendant qu'une autre chanteuse Moraima SECADA se charge des boleros. Rapidement elle quitte le groupe.

 

Omara à Haïti aucours de la tournée avec Anacaona.

En 1952, alors qu'elles cherchent à remettre en route leur duo Haydée et Omara les deux sœurs rencontrent la pianiste Aida DIESTRO à qui elles confient leur sort et rapidement naît un cuarteto vocal. Elena BURKE et Moraima SECADA sont les deux autres membres de ce qui va devenir le "CUARTETO Las D'AIDA" .

En 1958 accompagnée par le quinteto de Julio GUTIÉRREZ, elle enregistre son premier disque en solitaire "Magía Negra" avec des interprétations de "Caravan", "That Old Black Magic avec des arrangements du guitariste Juanito MÁRQUEZ. Trois ans plus tard elle est accompagnée par l'orchestre "SABOR de CUBA" que "Bebo" VALDÉS a laissé dans les mains de Emilio PEÑALVER, pour enregistrer les thèmes "Como yo te quiero", "La cadena santiaguerra".
Omara reste avec "Las D'AIDA" pendant quinze ans, chante en soliste en 1965 au Tropicana dans le show Tu música en Tropicana, avant de se lancer dans une véritable carrière de soliste en 1967, année au cours de laquelle elle enregistre un nouveau L.P. soutenue par diverses grandes formations cubaines : la "ORQUESTA CUBANA de MÚSICA MODERNA" ainsi que l'Orchestre de l'Institut Cubain de Radio. Les enregistrements sont rassemblés sous le titre "Omara Portuondo".

Comme soliste elle chante dès cette année accompagnée par le groupe "TRES más UNO" puis offre son premier grand concert au Palais des Beaux Arts à la fin de 1968
L'année suivante Omara se présente dans le cadre du Festival de Canciones au Teatro Roldán.
En 1970 elle participe aux Carnavals de juillet à La Havane.

Omara avec Las d'Aida.

Accompagnée de l'orchestre de Juanito MÁRQUEZ elle enregistre de nouveau quelques mois plus tard et parmi les titres figure "Sí, ya no sé" du jeune Pablo MILANÉS.
Cette même année Omara PORTUONDO participe au Festival Bolero de Oro en Bulgarie accompagnée par le trio de Chucho VALDÉS, Oscar VALDÉS et Carlos del PUERTO et au Festival International de Sopot en Pologne concourrant avec deux thèmes, "Now" et "El Mundo".
En même temps, à Cuba, elle participe aux campagnes de la zafra, chantant pour les travailleurs coupant la canne à sucre.
Dans les cabarets elle interprète tous les grands noms du filín et bientôt les compositions de la nouvelle génération : Silvio RODRÍGUEZ, dont elle monte, avec Martín ROJAS, "La Era está pariendo un corazón". Martín ROJAS reste son partenaire guitariste pendant un quart de siècle. Ils enregistrent ensemble en 1974 un disque contenant des thèmes traditionnels "Siempre es 26", "Salvador Allende en su combate por la vida", "Chile presente", "Veinte años", "Siboney"… puis quatre ans plus tard en Finlande lors d'une tournée.

Sont bientôt au répertoire, Pablo MILANÉS, Amaury PÉREZ …et aussi les chants des compositeurs sud américains comme Violeta Parra - "Gracias a la vida" - …
Omara participe au premier Festival Jazz Plaza organisé par Bobby CARCASSÉS en 1979.
Représentant Cuba, Omara PORTUONDO, voyage dans le monde entier : Japon, Bulgarie, Tchécoslovaquie, Allemagne, France, Italie, Suisse, les pays de la Baltique, Espagne et l'ensemble du continent américain du Chili au Canada. Dans tous ces pays elle diffuse le filín puis les textes de la Nueva Trova.


Omara Portuondo et Martín Rojas.

Les enregistrements de Omara deviennent plus fréquents. Elle entre en studio plusieurs fois - notamment accompagnées par l'Orchestre de la Egrem- pendant les années soixante-dix, époque durant laquelle on la trouve très souvent aux côtés de la "ORQUESTA ARAGÓN". Les années quatre-vingt débutent par un excellent disque réalisé en 1984 pour lequel elle est accompagnée par le conjunto de Adalberto ÁLVAREZ .

Omara y Adalberto, "Yo como candela" ... >>>> ...


Sans que jamais sa carrière ne décline, Omara traverse le temps jusqu'au milieu des années quatre-vingt-dix, enregistrant durant une tournée en Espagne en 1995 le disque "Palabras" avec les thèmes "Ausencia", "Si me pudieras querer", "Si me comprendieras"…. Durant cette tournée elle participe au dernier disque de Marcelino GUERRA qui décède peu après. Cette même année un tournant important survient dans sa carrière lorsqu'elle se trouve mêlée au projet "BUENA VISTA SOCIAL CLUB". Omara se produit avec la groupe avec lequel elle interprète brillamment "Veinte años", mais aussi en solitaire ou accompagnée par d'autres formations. Des moments importants surviennent au Mexique, en Colombie où elle se rend systématiquement : Carnaval de Barranquilla en 1995 avec "IRAKERE" mais aussi au Festival de Boleros en 1996 et encore en 1998 avec le "CUARTETO PATRIA"… Son passage par l'Espagne est peu remarqué.
En 1997 elle enregistre à La Havane plusieurs thèmes, des duos, accompagnée d'un grand orchestre ainsi que "Desafíos" avec le piano de "Chucho" VALDÉS.


Omara en tournée avec le Buena Vista Social Club.

S'inscrivant dans le désormais célèbre "Papy Boom" , elle collabore en 1999 au second disque de "AFROCUBAN ALL STARS" avec le thème "Llora & Palabras" et réalise une série de concerts avec le groupe au Mexique.
Elle enregistre cette année "Omara Portuondo" entourée des vedettes du "B.V.S.C.", Rubén GONZÁLEZ, Ibrahim FERRER, Pio LEYVA, Amadito VALDÉS, Barbarito TORRES, "Compay Segundo"….
Cet enregistrement, "¿Donde estabas tú ?", "No me llores más", "Canta lo sentimental"….est considéré comme l'une des meilleures productions de sa carrière de soliste et les réelles qualités du disque relancent sa carrière internationale. Omara de nouveau parcourt le monde entier, entourée d'un orchestre qu'elle forme elle-même et comprenant de grands musiciens cubains tels que Fabián GARCÍA, "Papi" OVIEDO….
Elle ne délaisse en rien le spectacle de cabaret et, accompagnée désormais de Lázaro CÁRDENAS, elle a son espace quasiment permanent au Café Cantante.

En 2001 à l'issue d'une grande tournée européenne Omara PORTUONDO rentre à Cuba pour chanter avec le Portoricain Andy Montañez au Festival Boleros de Oro de la capitale. Elle repart avec son orchestre treize musiciens pour l'Europe -avec une prestation magistrale en Suède-, un concert pour le Festival Jazz des Cinq Continents à Marseille, l'Asie et l'Australie.

D'une manière générale Omara participe aux tournées du "B.V.S.C.". Ainsi cette même année elle est avec toutes les vedettes du groupe en Italie, au Mexique qu'elle visite seule une seconde fois.


2002 débute par un récital à La Havane, au cours duquel elle alterne l'intimisme et le Son, invitant sur scène "Tete" GARCÍA CATURLA et Xiomara VALDÉS . Avec celles-ci, Omara chante pour la dernière fois avec son amie de toujours, Elena BURKE, le mythique "Amigas". La tournée européenne de l'été est encore une fois un succès. Dirigé par le tromboniste Francisco GARCÍA CATURLA l'orchestre comprend Rolando BARÓ, piano ; Fabián GARCÍA, contrebasse; "Papi" OVIEDO, tres; Carlos VALDÉS, timbales; "El Peque", congas; Julio GUERRA, bongó; Antonio SESMA, trombone. Miguelito VALDÉS et Roberto GARCÍA sont les deux trompettistes et "Babín" HERNÁNDEZ, Raúl NACIANCENO, Miguel ANTUNÃ constituent le pupitre des saxophones.
Ils accueillent en Espagne le pianiste Roberto FONSECA comme invité et récidivent à Tokio. Omara passe également par les Etats Unis, l'Angleterre et le Festival de Vic Fezensac en France. Au Canada elle partage la scène avec Miriam Makeba.

San Francisco 2002. Omara et Papi Oviedo. Photographie Van Nguyen.

 

 

 

 

 


 

Après les traditionnelles tournées européennes où on l'entend au milieu d'une pléiade d'artistes cubains au Festival Rio Loco en France, en Italie pour la Festa della Musica, l'année 2003 est marquée par l'enregistrement de son second album pour la Word Circuit. Le disque, "Flor de Amor" prend des accents brésiliens et se démarque du précédent. La Cubaine se présente également cette année au Jack Singer de Calgary au Canada et réalise une tournée en Californie. L'ossature de sa formation reste inchangée mais Andrés COAYO et CHAING LIANG ont pris respectivement les timbales et le bongó tandis que Alfred THOMPSON est entré avec son saxophone ainsi que le guitariste brésilien Swami Jr.

Le public de l'île réclame la Diva. Le début de l'année 2004 est consacré à une tournée cubaine. A Santiago de Cuba Omara chante avec pour invitée la "FAMILIA VALERA MIRANDA" ; à Matanzas ce sont "Los MUÑEQUITOS de MATANZAS" qui sont sur scène avec elle pour une prestation historique. Pour les deux concerts, la chanteuse Idania VALDÉS se joint à elle. La capitale l'attend avec le duo "BUENA FÉ". Le récital y prendra pour nom Para Recordar. Omara rend à cette occasion hommage à Elena pour l'anniversaire de sa disparition. Mais c'est de nouveau le public international qui l'attend. Elle part pour l'Espagne, le Royal Festival Hall de Londres, la Belgique l'Autriche, l'Allemagne, la Finlande, la France, l'Australie... L'orchestre qui la soutient s'est transformé pour pouvoir présenter "Flor de Amor". Ainsi les trombones ont disparu mais sont entrés deux violons, Osiris VALDÉS et Yelaine PUENTES et une guitare supplémentaire celle de Jorge Luis "Chicoy". A Mexico elle chante sur le Zocalo pour un grand concert, Tres mujeres, tres voces, avec Oumou Sangare et Eugenia Leó.


............ <<<<<
Lima 2005. Photographie. La Esquina del Son..............................................................

En 2005 Omara continue de parcourir le monde d'Amérique au Japon, en passant par Jazz à Vienne, Gand, Kiev, Bâle, Vienne, Istambul, Singapour, Hong Kong, Tokio...

Elle partage une dernière fois la scène avec Ibrahim FERRER en France, triomphe à Prague et à Lima.

 

Omara débute l'année suivante en Espagne où elle monte sur scène dans un le cadre du Festival Sevilla entre Culturas avec Martirio, "Chucho" VALDÉS et Chano Domínguez. Elle donne un concert à la Sala Avellaneda del Teatro Nacional pour honorer les accords entre Cuba et le Canada et participe cette année à Boleros de Oro. La formation de PORTUONDO est au programme du Festival de Marciac, à Montreux avec le "Lausanne Sinfonietta"... A Bogota elle invite Carlos Vives à chanter avec elle.
En fin d'année Omara chante accompagnée d'un orchestre à cordes à Bruxelles.

 

Teatro Jorge Eliécer, Bogota, avec Carlos Vives.

 

Les tournées s'enchaînent avec, en 2007, le Mexique et notamment le Festival Cultural de Zacatecas, la Finlande, la Slovénie, le Festival des Musiques Métisses d'Angoulème. En Espagne elle se présente avec le "Barcelona Big Latin Ensemble" pour le Festival Cruilla de Cultures...
A Cuba Omara entraîne sa formation au Festival Piña Colada à Ciego de Avila et donne un concert avec de nombreux invités à l'Auditorium du Musée des Beaux Arts de la capitale
.



Le moment fort de l'année 2008 est sans aucn doute la sortie d'un enregistrement avec la chanteuse brésilienne, María Bethânia, figure du Tropicalisme de la fin des années soixante. La réunion des deux divas se fait sous le signe de l'héritage africain dont toutes deux se revendiquent. Leur concert de Rio de Janeiro se poursuit par une tournée dans plusieurs villes du pays.
Omara participe une nouvelle fois au Festival de Jazz de Montreal.

 

Maria Bethânia et Omara. Photographie O Globo.

Après la sortie de son disque personnel "Gracias", pour lequel collaborent de grandes voix de la Nueva Trova, Omara PORTUONDO parcourt l'Europe de Helsinki à Tenerife en passant par la péninsule ibérique et une grande prestation au Cartagena Jazz Festival, l'Italie, le Portugal.... Omara organise une nouvelle formation pour ces prestations européennes. Abandonnant le grand orchestre elle s'appuie sur un quinteto composé du guitariste Swami ANTUNES de CAMPOS Jr.; de Harold LÓPEZ NUSSA, au piano; de Felipe CABRERA, basse; Andrés COAYO, percussions et de Rodney BARRETO, drum. Elle chante aussi au North Sea Jazz Festival, au Luxembourg, aux prestigieuses Folies Bergères de Paris avec le même quinteto et à la Fiesta des Suds de Marseille. Elle fête ses soixante ans de carrière à Barcelone en fin d'année et à Madrid.

Signe de ses succès de l'année antérieure à Tamaulipas , Omara PORTUONDO reçoit le prix Las Lunas récompensant le meilleur concert donné au Mexique. Les grandes tournées internationales n'empèchent par Omara de chanter à Cuba. Elle apparaît régulièrement sur les scènes de la capitale, honore de sa présence de jeunes voix -Leo MONTESINOS en 2009- ou celles d'amis de toujours dans les peñas de chacun.

En début d'année elle donne un concert dans le cadre du Festival Jazz Plaza. Elle est accompagnée de son quinteto et invite le guitariste Rey MONTESINOS. Elle interprète parmi d'autres titres "Tal vez", de Juan FORMELL; "Adiós, felicidad", de Ela O'FARILL; la habanera "Veinte años"... et danse sur "Vecina, présteme el cubo". Elle participe également à Santiago de Cuba sur la scène du cinéma Cuba au Festival Boleros de Oro.
Lors du II° Congreso Música, Identidad y Cultura en République Dominicaine Omara PORTUONDO chante et retrouve, après plus de vingt ans de séparation, Olga GUILLOT qui la rejoint sur scène pour interpréter quelques vers de "Amigas". En avril Omara et ses partenaires sont à la salle Kursaal de San Sebastien et poursuivent leur tournée en France, Italie, Autriche et juqu'à Bahrein. Puis au cours de l'été ils retrouvent l'Espagne: Festival de San Javier, Festival de los Pirineos... La France avec un nouveau passage à Marciac...

Festival San Javier 2009.

 

Après avoir chanté en Martinique, la fin de l'année est marquée par la possibilité d'obtenir un visa pour les Etats Unis, d'y chanter en Californie, notamment au Festival de Jazz de San Francisco, au Royce Hall de l' UCLA. Une victoire aux Grammies récompense son disque "Gracias".
Avec "Chucho" VALDÉS, Omara inaugure par une prestation musicale le Festival de Cinema Latino-américain dans le patio du Museo de Bellas Artes de La Havane. Elle recidive, invitée par Roberto FONSECA au piano, dans le même lieu quelques jours plus tard. En fin d’année 2009 Omara chante au Tropicana pour une présentation qui donne lieu à l’enregistrement d’un dvd.

Au début de l’année 2010 elle reçoit son grammy à Los Angeles et participe au film de Disney  The Princess and the frog pour lequel elle chante en espagnol « Hay Que Saber Llegar Al Fondo ».  Elle se rend à Mexico avec son quinteto, Swami Jr, Omar GONZÁLEZ, Harold LÓPEZ NUSSA, Rodney BARRETO  et Andrés Coayo pour la présentation de « Gracias ».
Les tournées internationales recommencent avec un premier tour en France, à Bordeaux, Toulouse, Marseille, Nice, Lyon et en Norvège puis aux Etats Unis et en Allemagne. Au cours de l’été européen elle revient en France, se présente souvent avec le « BUENA VISTA SOCIAL CLUB » comme à Golfe Juan.
Un passage au Festival Barranquijazz et Omara repart en Europe retrouvant le « BVSC » en Hongrie, en France au Festival de Saint Maur...

 

Omara et le BVSC. Photographie Festival de Montjoux 2010.

Ces va et vient ne l’empêchent nullement de préparer un disque d’hommage à Paulina ÁLVAREZ d’une part et de préparer le projet Omara chante Nat King Cole en espagnol dont elle offre la première -après un nouveau passage aux Etats Unis pour le San Francisco Jazz Festival- en France accompagnée par le Big Band du saxophoniste américain David Murray.

Dès janvier 2011 Omara PORTUONDO participe à un dessin animé, El Camino de las Gaviotas, en tenant le rôle de narratrice.  L’année internationale d’Omara tourne autour de trois axes. D’une part elle chante avec sa formation avec pour base le disque « Gracias », d’autre part elle se produit avec « Chucho » VALDÉS et  tous deux offrent alors le contenu de leur disque. Enfin elle chante aussi avec le « BUENA VISTA SOCIAL CLUB ». Omara alterne sans difficulté ces trois facettes de son travail à travers une tournée lui offrant peu de répit.
Dès le mois de février elle est avec son cuarteto  à Barranquilla, puis à Ottawa et Montréal. Ses partenaires sont alors Swami Jr, guitare;  Harold LÓPEZ NUSSA, piano; Felipe CABRERA, contrebasse; Andrés COAYO, percussions et Rodney BARRETO, drum. Ils offrent également un concert à Barcelone. Au long de l’année elle se produit aussi en Italie puis à Moscou, en Pologne, Bulgarie et à Karlsruhe en Allemagne. Les américains l’accueillent à Austin, les anglais à Londres. En France c’est la Nuit de Fourvière qu’elle honore de sa présence et l’Espagne programme la chanteuse et ses partenaires à La Mar de Músicas de Cartagena.


Photographies Dragan Tasic.

S’intercalant entre ces dates elle rejoint « Chucho » VALDÉS pour quatorze concerts de printemps.  Des thèmes ne figurant pas sur le disque nécessitent un accompagnement et le duo originel transforme sa prestation pour être soutenu par la formation de Omara au sein de laquelle « Chucho » remplace Harold.
Et dans les dates restant libres Omara PORTUONDO rejoint le « BVSC ». Avec le groupe elle chante en Pologne ; au Coliseu dos Recreios à  Lisbonne ; reste en mars et en avril en Angleterre. Au cœur de l’été européen c’est l’Allemagne et les Etats Unis qui sont visités avec un mémorable concert à Austin au Moody Theater, un concert au Hollywood Bowl…. Une autre étape remarquée est réalisée à Mexico. Pour les prestations avec le « BUENA VISTA SOCIAL CLUB », Omara puise dans un répertoire  classique chantant notamment

«Tres palabras », « No me llores »… Ensemble ils sont aussi sur scène à Santiago du Chili, Buenos Aires et au Brésil, voyagent à Bruxelles, Istambul… Et les deux dernier mois de l’année sont consacrés à plusieurs villes de Finlande.
Omara PORTUONDO trouve également le temps de chanter à La Havane. En août elle est sur la scène du Teatro Karl Marx avec ses partenaires pour chanter les tèmes de « Gracias ». Elle invite Waldo MENDOZA et Arnaldo RODRÍGUEZ sur la scène. En septembre la télévision portoricaine vient à Cuba pour enregistrer  Omara qui doit figurer dans le programme des fêtes de  fin d’année. Elle interprète « Periódico de Ayer », une composition du boricua Titet Curet.

Dès janvier 2012 Omara PORTUONDO débute son programme international. Elle se rend avec « Chucho » VALDÉS au JazzFest de Panama. Au retour elle se joint à la chanteuse catalane María del Mar Bonet, pour un concert en duo au Teatro Lázaro Peña de La Havane.
Dès le mois suivant elle entreprend un tournée dans l’Oriente de l’île où elle partage toujours la scène avec des artistes locaux. On peut l’écouter à la Sala Dolorés de Santiago de Cuba où elle interprète  « Drume Negrito », « Gracias », « Esta tarde vi llover »; à Guantánamo ;  à Holguín, où elle invite pour un duo vocal Lucrecia MARÍN et s’entoure du pianiste Andrés COAYO, du trompettiste Gustavo MÁRQUEZ et de la sonera et improvisatrice Irma ORAMAS.

Guantánamo 2012.

En mai Omara PORTUONDO participe au Festival 5 de Mayo à Puebla puis, accompagnée du « BUENA VISTA SOCIAL CLUB », offre un concert à Buenos Aires au Teatro Vórterix.Une nouvelle fois elle est l’une des attractions du Festival Boleros de Oro. Elle chante pour l’ouverture du Festival accompagnée à la guitare par le fidèle Rey MONTESINOS. Omara quitte l’île pour la saison des festivals européens où elle assume son propre programme et de nombreux concerts avec le « BUENA VISTA SOCIAL CLUB ».
Ses partenaires pour ces tournées internationales restent le plus souvent les fidèles Swami Jr, Harold, Felipe CABRERA, Rodney BARRETO et Andrés COALLO pour les percussions. Les Italiens l’applaudissent au Festival de Verano à Rome, les Belges au Festival Couleur Café. A St Petersbourg elle rejoint le « BVSC » ainsi qu’aux Veranos de la Villa à Madrid et au Festival Castell de Peralada. Elle enchaîne avec le Carnaval Latino à Istambul … L’incontournable Festival de Marciac accueille la Diva cubaine en août.
Le début de l’automne la ramène vers le nouveau monde. En Colombie elle participe au Ajazzgo de Cali  avec Rolando LUNA au piano Ángel Gastón CARRILLO à la contrebasse et les habitués Andrés et Rodney. Au programme "Dos gardenias", "Hueso na'ma", "Esta tarde vi llover", " Lagrimas Negras"... Elle poursuit au Medejazz de Medellín et donne un concert à Bogota. Omara participe à l’enregistrement du disque « Sueño » de Andy Montañez.


Ajazzgo 2012. Omara, Rolando, Rodney et Andrés.

De retour à La Havane Omara se joint au « BVSC » pour la présentation du disque du groupe pour lequel elle a participé. Elle interprète pour la présentation au Teatro América  « Veinte años », « Amigas », « Tres palabras ».
Une présentation à Lima en octobre précède son intervention pour l’ouverture du Festival de la Télévision Cubaine au Teatro Mella où elle chante une nouvelle fois « Gracias » puis Omara repart pour l’Europe, la Pologne avec le « BVSC », la Bulgarie, la Grèce, la Serbie, l’Allemagne puis Barcelone…
Lors de ses retours dans l’île Omara PORTUONDO répond sans cesse aux sollicitations des musiciens et elle intervient fréquemment dans les peñas, hommages, enregistrements, présentations… En décembre elle répond à l’invitation de David BLANCO pour un duo sur « Tarde gris » au Teatro  Karl Marx lors de la présentation du nouveau disque de celui-ci  « Amigos »
.

L’année 2013, même si elle commence par une simple rencontre avec les étudiants de l’Ecole Cucalambé est pour Omara un immense périple. D’abord dans l’île où elle effectue une tournée la menant du Teatro Principal de Camagüey à Pinar del Río en passant par Morón, Santa Clara, Matanzas… Le répertoire tourne autour de grands thèmes comme «  Dos gardenias », « Veinte años », « Amigas », « La Era esta pariendo un corazón », « Gracias »…

En mars elle se rend au Mexique pour chanter en duo avec Regina Orozco soutenues par une grande formation mexiciane. Outre le concert Pedazos de Corazón pour la Journée de la Femme, les deux chanteuses offrent plusieurs concerts à Mexico, sur la Plaza de Armas de Cuernavaca; pour le Tren Escénico de Cuautla et partent en tournée dans le pays.

Omara & Regina. Mexico 2013.


Omara & Regina. Concert Pedazos de Corazón, Mexico 2013.

Le mois suivant elle rejoint le « BUENA VISTA SOCIAL CLUB » pour le Festival de Jazz du Cap en Afrique du Sud puis gagne avec la formation le Chili, le Brésil. Une pause lui permet de chanter  comme invitée pour l’enregistrement d’un disque d’hommage à Antonio MACHÍN et à Pacho ALONSO et débute la tournée européenne d’été avec le  « BUENA VISTA SOCIAL CLUB » et Eliades OCHOA.


La première étape est pour The Venue à Derry en Irlande du Nord pour la Fête de la Musique. Omara et ses partenaires sillonnent le continent dans tous les sens pour plus de vingt concerts, Jazz à Vienne,  Cork Opera House Tollxow,  Festival de Munich, Festival Villa Arconati à Milan, Rome, Budapest, Amsterdam … se terminant au début du mois d’août par les présentations en Espagne et au Festival Porta Ferrada San Feliú. Dès le mois suivant ce sont les Etats Unis qui les reçoivent. Ce sont de nouveau une vingtaine de concerts de Tucson à New York en passant par San Francisco, Chicago, Atlanta, Washington…et des concerts remarqués au Burnsville Performing Arts Center de Minneapolis ou encore au Bass Performance Hall à Fort Worth.
L’année internationale s’achève avec un retour en Europe et quatorze nouveaux concerts entre octobre et novembre. Paris, Londres, Zurich, Helsinki, Séville sont parmi les villes au programme. Lors de cette tournée Omara annonce avec les membres du « BUENA VISTA SOCIAL CLUB » que l’heure a sonné et que la dernière tournée du « BUENA VISTA SOCIAL CLUB » s’effectuera l’année suivante, chacun des membres de la formation poursuivant une carrière personnelle. Omara est aux côtés de Harold LÓPEZ NUSSA pour l'ouverture du Festival Jazz Plaza.


Et la nouvelle année 2014' commence comme la précédente pour Omara PORTUONDO, au Mexique où elle reprend en février Pedazos de Corazón avec Regina Orozco. Au mois de mars Omara participe au Museo de Bellas Artes à un hommage à Elena BURKE avec une pléiade de grandes voix cubaines.

Mexico, Février 2014.
Omara dont l’un des objectifs est de réaliser une tournée nationale donne un concert à Cienfuegos au Teatro Terry en avril. Le mois suivant elle participe au San Pedro ArteFest à Mexico. Ses partenaires sont alors Rolando LUNA, piano; Robertico GARCÍA , trompette;  “El Fino”, contrebasse;  Andrés CUALLO, percussions  et Yissy GARCÍA  drum. Le « BUENAVISTA SOCIAL CLUB » rappelle la chanteuse  au printemps pour la première partie du Adiós Tour qui conduit le groupe  à Bucarest, en Espagne, Italie, Grèce, Bulgarie, Russie…. et au Festival de Marciac. Après une prestation dans le cadre de Habanarte en septembre, débute la seconde partie du Adiós Tour  en octobre. Après Lugo en Espagne, Omara suit ses partenaires en Hollande, Belgique et Turquie.

Entre temps  Omara PORTUONDO engage un nouveau projet autour de la reprise de son disque « Magía Negra », 55 ans après la première version. Elle le présente en août à Tijuana, Mexique ; Porto Alegre, São Paolo et Rio de Janeiro avec LUNA, piano; Rodney BARRETO, drum; Gaston JOYA, contrebasse; Andrés COALLO, avec qui elle a enregistré le disque; Robertico GARCÍA au Mexique puis Tonatiuh ISIDRÓN au Brésil à la trompette à la place de ABREU présent à l'enregistrement. Puis en novembre et décembre elle entraîne dans l’aventure du Magía Negra Tour, le pianiste Roberto FONSECA et les partenaires de son groupe à l’exception de « Chicoy ». Les concerts débutent  à Bâle,  au Philharmonique de Luxembourg, en Allemagne, Hollande, en France pour plusieurs représentation dont l’Alhambra ; au Festival Millenni de Sabadell en Espagne et  se termine à Moscou. Plusieurs fois sont invitées les chanteuses Fatumata Diawara et Mayra Andrade. Omara chante « Besame Mucho », « No puedo  ser feliz », « Adiós », « Noche cubana » ….

 

Omara et Roberto Fonseca 2014.

Au mois de janvier 2015 Omara PORTUONDO présente la nouvelle mouture de « Magia Negra » au Teatro Mella. Les thèmes historiques « Veinte años », «  Adiós Felicidad », « Bésame Mucho », «Tal vez »…  sont réarrangés. Plusieurs invités la rejoignent comme David BLANCO qui chante « Contigo en la distancia »…,  « El MICHA » pour « Ogguere », Tony GUERRERO… .Autour d’elle la Diva réunit Roberto FONSECA, piano ; Javier ZALBA, saxophone ; Roberto GARCÍA, trompette ; Yaroldy ABREU, congas ; Ramsés RODRÍGUEZ, batterie ; Yandy MARTÍNEZ, contrebasse.

La route du Adiós Tour reprend le mois suivant et va durer toute l’année. Six mille personnes pour un concert de deux heures acclament Omara et le « BUENA VISTA SOCIAL CLUB » à Mexico. Mars est dédié à l’Australie et la Nouvelle Zélande puis c’est au tour de l’Europe de recevoir le « BVSC » avec Omara à Paris, en Angleterre, Ecosse, Suisse Autriche, Finlande… Pour le retour à La Havane début mai Omara reçoit le Prix Cubadisco pour « Magia Negra ». La halte est brève. La formation repart vers le sud, Brésil, Chili, Argentine.

 

Retour en Europe en juin et en juillet avec un grand concert à Madrid au Teatro Circo Price ; des prestations suivent en Belgique, en Allemagne et à Istanbul. Août ramène le groupe sur le nouveau continent pour la tournée U.S et canadienne.

Durant cette tournée Omara et ses partenaires sont invités à donner un concert à la Maison Blanche en présence du Président Obama. Une pause à Cuba en septembre pour une participation d’Omara au Festival Habanarte 2015 qui lui rend un hommage au Teatro Karl Marx.
Un Prix lui est également décerné aux Bahamas lors du Caribbean Muzik Festival en octobre puis PORTUONDO est invitée pour le Festival Internacional de la Cultura Maya FICMaya.

 

Prestation de Omara et du B.V.S.C. à la Maison Blanche.


C’est ensuite Puerto Rico que reçoit en noviembre Omara et le « BVSC »  au Coliseo. Lors du retour à Cuba elle est invitée par Silvio RODRÍGUEZ lors de sa Gira por los Barrios. Omara et le « BVSC » le retrouvent lors du 70° concert dans le quartier de Jesús María. Un vent  dansant règne alors sur la scène.  Le public danse sur « El Cuarto de Tula », « Chan Chan »… des thèmes inhabituels dans la tournée de Silvio.  Retour sur la route pour les concerts d’adieux  en Argentine, Brésil, Mexico.

La chanteuse est une des vedettes  du Festival Jazz Plaza qui  offre la première du documentaire tournée sur elle puis elle fait la clôture du Festival avec ses partenaires du « B.V.S.C » au Mella accompagnée de Bobby CARCASSÉS. Elle rejoint également la formation du contrebassiste Gaston JOYA.

 

Concert au Teatro Mella pour le Jazz Plaza. Omara, Bobby avec R. Fonseca, piano; MaryPaz, congas; R. Reyes, contrebasse; César Lopez, saxophone et flûte; Roberto Garcia, trompette; Don Pancho Terry, chekeré.

Dès les premiers jours de 2016 Omara PORTUONDO est en concert à La Havane au Teatro Nacional avec la Orquesta Sinfónica Nacional dirigée par Enrique PÉREZ. Elle chante « Siboney », « La Sitiera », «Alma Mia » en duo avec Luna MANZANARES. Le temps de participer en février à une activité accompagnée par le guitariste Rey MONTESINOS et elle s’envole pour de nouvelles tournées internationales.
En mars elle débute à Séoul et poursuit en Asie, Djakarta, Hong Kong, plusieurs concerts au Japon. Le retour se fait pas le Liban, le Quatar et la Turquie. Omara chante ensuite en Europe avant de participer en mai à Cuba au Festival de Guitarra où elle chante accompagnée de Pancho AMAT au tres, Rey MONTESINOS à la guitare et BICHOP au laud.  Elle donne deux grands concerts à La Havane avec Eliades OCHOA et le « B.V.S.C » puis repart pour la Russie et l’Europe occidentale où elle offre une série de concerts avec « El Cigala » en France, Espagne, Angleterre, au Portugal… Le répertoire tourne autour de « Soledad », « Lágrimas Negras », « La Bien pagá », « Corazón loco »...


TOmara et El Cigala en Angleterre. Photographie The Guardian.

A peine quitté Sète où les deux chanteurs sont rejoints par Yilian CAÑIZARES, PORTUONDO retrouve Eliades OCHOA à Houston. Elle poursuit la tournée dans plusieurs villes des Etats Unis. En septembre Omara chante à Bogota et retourne aux Etats Unis en octobre avec le pianiste Roberto FONSECA pour une douzaine de concerts s’achevant à Miami au Adrienne Arsht Center. Au retour un grand hommage est rendu à la Diva del Filín pour ses 86 ans au Teatro América.
Elle est entouré d’une constellation d’artistes de l’île.

En novembre la chanteuse met en route un nouveau projet discographique « Omara Siempre ». Une rencontre inopinée dans un hôtel avec Placido Domingo permet aux hôtes du lieu d’assister à un duo improvisé sur le thème « Quiereme mucho » de Gonzalo ROIG. Omara contribue à l’enregistrement d’un disque du japonais Yoshiro Hioichi avec une interprétation de « Amigos ».
Elle fait encore irruption sur la scène du Jazz Plaza pour rejoindre « Chucho » VALDÉS et chanter « Desafíos » lors du gala d’ouverture.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
* " Magia Negra ", L.H. 1958, Blue Moon 2057.
* " Omara Portuondo con Adalberto Álvarez ", L.H. 1984, Egrem 163.
* " Palabras ", Espagne 1995, Nube Negra 1.011.
* " Desafíos ", La Havane 1997, Nube Negra 1.025.
* " Omara Portuondo, Elena Burke, Moraima Secada. Amigas ", L.H. 2000, Egrem 165.
* " Buena Vista Social Club presents Omara Portuondo ", L.H. 2000, World Circuit 059.
* " Omara Portuondo. La Novia del filín", L.H. 2002, Egrem 178.
* " Omara Portuondo. Flor de Amor ", L.H. 2003, World Circuit.
* " Omara Portuondo. Gracias", L.H. 2007, World Village.
* " Omara Portuondo & María Bethânia" , Rio de Janeiro 2007,
Biscoito Fino.
* " Omara y Chucho", L.H. 2010, World Village 479063.
* "
Rompiendo la Rutina. Tributo a Paulina Álvarez", L.H. 1964-2009, Egrem 1036.

In * " Las D'Aida", L.H., 1957, Egrem 0107.

... .. .. .

 
La Canción pianistique.
>>>>
 
Le Mouvement du Feeling.
>>>>
 
La Nueva Trova.
>>>>

 

....Biographies....

<<<<
Portillo de la Luz, César.
 
 
Pozo, Chano.
>>>>