Les instruments typiques de la musique cubaine.

 

Les PAILAS ou TIMBALES

 

Photographie: Patrick Glaize. Extraite de Cuba et la Musique Cubaine. Editions du Chêne, Paris, 1999.

Il n'était pas rare dans les barracones des esclaves de trouver une vieille poële de cuisine recouverte d'une peau et servant d'instrument de percussion. Cet instrument rudimentaire portait le nom de l'ustensile de cuisine: la paila.

Parrallèlement, les Européens firent entrer dans l'île les timbales classiques utilisées notamment dans la musique lithurgique. La créolisation de ces dernières leur a fait perdre leur forme hemi-sphérique, en a réduit considérablement la dimension jusqu'à leur donner un format légèrement supérieur à celui des pailas, dont fréquemment elle empruntèrent le nom bien que les timbales contrairement aux pailas soient constituées de deux fûts, donnant les sons aigus et graves.


Les baguettes restèrent le moyen de frapper la seule membrane de l'instrument.

Facilement transportable et d'une physionomie plus européenne qu'africaine, les timbales criollos purent entrer aisément dans la musique des blancs et les formations danzoneras en furent les principales utilisatrices dès la fin du XIX° et durant la première moitié du XX° siècle.


A partir de l'irruption de la Salsa et du Jazz joué par les latino-américains -principalement les Portoricains- les timbales, modernisées, devinrent un instrument usuel dans tous les types de formation. Aujourd'hui, des formations aussi différentes que les "VAN VAN", "AFROCUBAN ALL STARS", la "ARAGÓN", "ANACAONA", "OTRA VISIÓN" les utilisent.

Quelques grands timbaleros cubains.


Changuito


Amadito Valdés Jr.