Orquesta ARAGÓN

En avril 1939, à Cruces, le flûtiste Efraín LOYOLA décide de fonder une charanga et invite pour monter le projet le violoniste Gilberto de La ROSA, directeur, et comme pianiste et arrangeur le tromboniste Generoso JIMÉNEZ. Se joint à eux le timbalero de la Banda de Cienfuegos "Cheo" DÍAZ.
Efraín
propose comme contrebassiste Orestes ARAGÓN (Cienfuegos 1910-1962). Déjà, par le choix du nom, "La RÍTMICA del 39", ses fondateurs entendent marquer la différence avec la façon de jouer traditionnelle. Le groupe vit quelques mois et on l'entend sur la radio locale CMHK. Mais rapidement la situation devient difficile pour Gilberto et Generoso. Ils doivent sans cesse faire les déplacements de Cruces à Cienfuegos.
Ils décident de quitter la formation et de proposer à Efraín d'en prendre la direction. C'est finalement Orestes qui assume la fonction.


Efraín LOYOLA.

Efraín et Orestes se retrouvent en septembre et organisent un nouvel ensemble qui prend le nom de "RÍTMICA ARAGÓN ". On l'entend à ce moment au Cienfuegos Nautic Club, notamment en août pour un bal retransmis dans toute la République par R.H.C. Cadena Azul. A la fin de l'année suivante elle devient la "ORQUESTA ARAGÓN".
Elle est composée à ses débuts de Efraín LOYOLA, flûte, Pablito ROMAY, vocal, Rufino ROQUE, piano, Noelio MOREJÓN, güiro, Filiberto DEPESTRE et René GONZÁLEZ, violons; Orestes VARONA, timbales et de Orestes ARAGÓN, contrebasse.

JIMÉNEZ qui avait accepté de superviser les arrangements estime que Filiberto en est capable et laisse définitivement le groupe.
Tous les musiciens sont amateurs et exercent les métiers les plus divers, boulanger, tabaquero, teinturier... ARAGÓN est charpentier. Le groupe, comme l'avait fait la "SONORA MATANCERA", se structure en coopérative et chacun perçoit les mêmes rémunérations, ce qui est rare à l'époque, certains instruments étant plus "nobles" que d'autres. La "ORQUESTA ARAGÓN" joue généralement autour de Cienfuegos et dans la province de Las Villas.


1939. Les premiers pas de la Charanga Aragón. Collection Jaime Jaramillo.

En 1940, le tout jeune Rafael LAY entre dans la formation et se substitue à GONZÁLEZ. Plusieurs changements interviennent alors avec l'arrivée de Pepe PALMA au piano et Pancho ARBOLAEZ, güiro. Mais fondamentalement c'est l'introduction en 1945 des congas tenues par Guido SARRIÁ qui constitue le changement décisif dans la formation. L'influence des innovations dans le Son de la part de Arsenio RODRÍGUEZ est claire.
En 1948, LAY dirige l'orchestre à la place de Orestes ARAGÓN, malade, et c'est José BELTRÁN qui prend la contrebasse.
Une dizaine d'années s'écoule avant que la "ORQUESTA ARAGÓN" voyage pour la première fois à La Havane en 1950 où elle se produit à l'Intersocial, au Selva Club et au Club Los Jóvenes del Vals. Le répertoire est constitué essentiellement de danzones et boleros et en 1951 la formation enregistre justement une série de boleros avec la voix de Gloria DÍAZ.

 

Années 40-50.

 

LOYOLA quitte le groupe, organise sa propre formation et, au début des années cinquante, de nouveaux musiciens entrent dans la charanga. Celso VALDÉS est au violon, Clemente LOZANO, saxophone; Rolando LOZANO, flûte. En 1952 la "ORQUESTA ARAGÓN" se dirige vers l'Oriente où elle anime le Carnaval de Guantánamo.
La "ORQUESTA ARAGÓN" développe une série d'innovations expérimentées depuis quelques temps par l'ensemble de Antonio ARCAÑO que l'on appelle déjà Danzón de nuevo ritmo.

Avec Rolando Lozano.

L'année suivante, lorsque LAY entend à la radio la "ORQUESTA AMÉRICA", il est conquis par les innovations du compositeur du groupe, cherche un financement et se rend à La Havane rencontrer celui-ci, Enrique JORRÍN qui lui offre plus d'une quarantaine de chachachas.

A cet événement s'ajoute aussi l'arrivée ponctuelle -puis définitive en 1954- du flûtiste Eduardo "Richard" EGÜES. Sa virtuosité insuffle un rythme exceptionnel au groupe. Il est en outre doté de grands talents de compositeurs.
Sous l'impulsion de LAY et de EGÜES, la "ORQUESTA ARAGÓN" acquiert un style de charanga qui plait au public jeune, ce qui la conduit en 1953 dans les studios de la Victor pour enregistrer quatre titres dont on peut retenir "El Agua de Clavelito", "Nunca".

"El Agua de Clavelito" a un tel succès lors du Carnaval de Santiago où se rend le groupe qu'une émission de radio prend ce nom. C'est à ce moment que l'on peut situer le début de la vague de popularité qui va soulever la "ARAGÓN". Les charangas commencent à engager des chanteurs et "La ARAGÓN" fait appel à José Antonio "Pepe" OLMO (Cruces 1935-La Havane 2006) en 1953. Il sera jusqu'en 1997 la voix historique de la formation.


La Aragón au Marianao Social Club.

Orquesta Aragón. "El Agua de Clavelito". >>>>

La radio CMQ de La Havane leur offre une demi-heure chaque dimanche dans son programme Fiesta en el Aire


En vivo sur les radios de la capitale
!!!

Il devient difficile pour la "ORQUESTA ARAGÓN" de faire les aller-retour entre Cienfuegos et la capitale où finalement elle s'installe, aidée par "Benny" MORÉ et JORRÍN qui lui trouve un contrat avec la brasserie Cristal et un travail quotidien sur Radio Progreso. Malgré la pression de formations plus jeunes comme "José FAJARDO y sus ESTRELLAS", la popularité du groupe atteint son zénith et le public se masse à l'entrée de la radio pour écouter en direct Los Aragones en la Onda de la Alegria présenté par Jesús López. La charanga se fait aussi une solide réputation en jouant au Selva Club et à l'Académie Jovenes del Vals.

Parmi les thèmes joués à cette époque figure la belle composition de "Richard" EGÜES, "Por esta adoración", un chachachá. "El Bodeguero" est une autre de ses meilleures compositions.
En 1956 le groupe enregistre "Ay José" et surtout le chachacha "Guasabeando en rock n'roll".
La "ORQUESTA ARAGÓN" effectue sa première tournée internationale cette année-là pour le Carnaval de Panamá. L'année suivante elle est au Venezuela et en 1958 au Guatemala et aux Etats Unis.
Les grandes voix, MiguelitoVALDÉS, "Benny" MORÉ, Orlando VALLEJO, Paulina ÁLVAREZ... se présentent ou enregistrent avec la "ORQUESTA ARAGÓN" au cours de cette décennie.

Orquesta Aragón. "Los Tamalitos de Olga". >>>>

La Révolution surprend les musiciens alors que la formation joue dans un club de La Havane, Las Aguilas. Et c'est ce jour que le phénomène de la danse et du chant, Rafael BACALLAO, entre dans l'orchestre qui se trouve à l'apogée de son histoire avec autour de LAY; EGÜES, Rafael BACALLAO et Pepe OLMO, chant; BELTRÁN, contrebasse, VARONA, timbales, Celsio VALDÉS, violon, Pepe PALMA...

Durant les années soixante, alors que la musique cubaine subit une nette influence de la musique occidentale et que de nouveaux rythmes éphémères apparaissent à Cuba, l'ensemble interprète la Pachanga créée par Eduardo DAVIDSON. Le groupe se présente au Tropicana en 1961.
Dans le cadre de la grande tournée du Music Hall de Cuba, la "ORQUESTA ARAGÓN" visite la France notamment l'Olympia, le Club Keur Samba, la Fête de l'Humanité... et l'URSS en 1965.


La Aragón en 1960.

La "ARAGÓN" a le privilège de jouer au Conservatoire Tchaïkovsky devant un parterre de professeurs qui accueillent l'orchestre avec intérêt et éloges multiples.
Les tournées se multiplient pour la charanga qui se trouve de plus en plus copiée par d'autres ensembles tant en Amérique Latine qu'aux Etats Unis, en Afrique et même au Japon. Elle se présente au Poliedro de Caracas, au Lincoln Center à New York...

>>>> Thème de présentation. Live 1970.

Promu Ambassadeur Culturel de Cuba l'orchestre entame en 1971 une grande tournée en Afrique qui débouche sur d'intéressantes rencontres entre les musiciens cubains et africains où sont évoquées les racines africaines de la musique cubaine. Cette même année la charanga accompagne Ela CALVO au Chili et enregistre avec elle.


Aragón 1978. El Show del Mediodía.

De ces échanges sortent deux rythmes à forte influence africaine, créés par Alejandro TOMÁS VALDÉS que la "ORQUESTA ARAGÓN" va diffuser pendant quelques années, le Moanga et le Chaonda. En 1977 la formation réalise sa première tournée en Colombie. La "ORQUESTA ARAGÓN" accompagne les "PAPINES" et "IRAKERE " lors de la grande tournée aux Etats Unis en 1979.
Le concert du vingt-huit décembre au Avery Fisher Hall est perturbé par la menace de bombes anticastristes.

Rafael Lay . Fotocreart.


En 1982 Rafael LAY meurt dans un accident automobile et "Richard" EGÜES dirige l'orchestre quelques temps puis quitte celui-ci en laissant la place de directeur au fils de Rafael, entré au début de la décennie dans la formation.
La charanga, très souvent à l'étranger, perd un peu le contact avec le public de l'île mais sur les ondes de Radio Progreso, la "ARAGÓN" continue d'attirer les solistes : Paulina ÁLVAREZ , Fernando ÁLVAREZ en 1956, "Las D'AIDA" en 1964, Elena BURKE en 1966, Argelia FRAGOSO en 1981, José Antonio MENDÉZ en 1983, Ramón CALZADILLA en 1988, Luis CARBONELL en 1989, Silvio RODRÍGUEZ en 1990... Elle leur fournit un accompagnement dont la qualité participe au maintien du groupe qui traverse ainsi les périodes difficiles que subit la musique cubaine durant ces années soixante-dix et quatre-vingt.

Lorsque Rafaelito LAY prend la direction de la "ORQUESTA ARAGÓN", il se trouve aussi confronté à la nécessité de renouveler les membres de celle-ci. Pour revenir au premier plan, il entreprend progressivement une série de modifications afin de rétablir une certaine tradition un peu oubliée par le groupe qui étendait son répertoire à la musique européenne, américaine, africaine... Il tente d'allier cette tradition à la modernité nécessaire à la poursuite de la vie du groupe et à la reprise de tournées internationales. De nouveaux musiciens entrent dans la formation, José, güiro le fils de PALMA, Ernesto, celui de BACALLAO, chant, Orlando PÉREZ, piano, Roberto ESPINOSA, basse, Eduardo RUBIO, flûtiste, qui prolonge le style de EGÜES, le chanteur Justo EMILIO et Lázaro GONZÁLEZ, violon.
Le début des années quatre-vingt dix est pauvre en sorties. Le groupe est toutefois à Cartagena et Barranquilla en 1992 mais la "ORQUESTA ARAGÓN" reprend en 1997 ses tournées et ses enregistrements sur les nouvelles bases imposées par Rafaelito. Les prestations, notamment en Europe, de la "ARAGÓN", déchaînent l'enthousiasme du public.


En 1999, pour ses soixante ans, la "ARAGÓN" se produit à l'Olympia de Paris où l'orchestre présente son disque anniversaire "La Charanga Eterna". Pour fêter l'événement la formation compte sur une invitée spéciale : Omara PORTUONDO.


2000. Autour de Rafaelito Lay, la Orquesta Aragón. Photographie Revue Salsa.

La charanga est désormais formée des quatre violons de Rafael LAY, Celso VALDÉS, Dagoberto et Lázaro GONZÁLEZ, et d'une seule flûte, celle de Eduardo RUBIO. La section rythmique comprend à côté du contrebassiste Roberto ESPINOSA et du pianiste Orlando PÉREZ, les percussions de Guillermo GARCÍA -tumbadora-, Inocente ÁLVAREZ -timbales-, José PALMA -güiro-. Juan Carlos VILLEGAS et Ernesto BACALLAO assurent la partie vocale avec LAY tandis qu'un danseur, Armando AMÉZAGA contribue au spectacle.
La même année la "ARAGÓN" enflamme le public sénégalais au cours d'une historique tournée qui la mène jusqu'en Espagne et en Angleterre.

Deux ans plus tard l'orchestre est de nouveau à Paris pour lancer "En route", son troisième C.D. Les tournées s'enchaînent à travers les continents: 2002: Etats Unis, France, le Théâtre Carreño de Caracas... A Cuba la formation assure la saison d'été au cabaret de l'Hôtel Nacional. 2003, Los Ángeles et les Etats Unis, France, Venezuela, Canada, Maroc ... 2004, de nouveau le Venezuela pour Carnaval, Colombie, France, Sénégal... En fin d'année la "CHARANGA ARAGÓN" est invitée à participer au Festival de International de Boleros de Caracas. L'année 2005 est encore une fois une année de représentations internationales.

Et c'est à l'Hôtel Jaragua de Saint Domingue que la "ARAGÓN" commence l'année 2006. Le groupe triomphe ensuite devant son public historique de Cienfuegos puis à La Havane lors d'un concert avec l'Orchestre Symphonique National dans le cadre de Cubadisco. La tournée européenne de fin d'année amène les aragones en France.


La Aragón accompagnée d'un grand orchestre pour Cubadisco 2006.

L'année suivante les prestations insulaires s'accompagnent de concerts en Colombie -Bogota, Medellín...-, en France, à la Guadeloupe...


Festival de Pointe à Pitre 2007. Les violons et flûte de la Charanga Aragón.

Le populaire orchestre commence l'année 2008 par une série de présentations dans la région orientale de Cuba débutant à Songo de la Maya et se poursuivant à Santiago de Cuba, Bayamo, Manzanillo, Holguín, Las Tunas et Camagüey. La "CHARANGA ARAGÓN" est de nouveau invitée en France au cours de l'année notamment pour le Paris Jazz Festival. Au milieu de l'année la formation retrouve le Sénégal avec un concert à Dakar.
Pour la Nuit de la Saint Sylvestre l'orchestre joue à La Havane.

La formation qui fête ses 70 ans participe au Festival del Danzón à La Havane en 2009. Eduardo MONTERO est désormais au piano. Les tournées internationales se poursuivent à Londres sur la scène du Hackney Empire; en France pays que le groupe sillonne toute l'année Paris, Bordeaux, Grenoble y compris dans des villes de moindre importance où il est acclamé: Rouen, Douai, la Roche Posay... la charanga est aussi en Colombie à Bogota, Cali...

En 2010 la “ORQUESTA ARAGÓN” se présente très régulièrement à l’Hôtel Nacional de La Havane.  Le public cubain peut écouter la formation à Cienfuegos sur la Plaza Polivalente à l’occasion de l’anniversaire 191 de la ville. Ils y retrouvent Efraín LOYOLA qui monte sur scène pour se joindre à la charanga qu’il a fondé.
La « ARAGÓN » gagne les Etats Unis pour jouer en Floride, à Chicago, New York, en Californie où elle célèbre à son passage par Berkeley son 70° anniversaire. Elle vole aussi à Puerto Rico, au Mexique à Puebla pour le Festival Barroquisimo.
Cartagena de Indias, Cali, Bogota sont les étapes de la tournée colombienne tandis que la « ORQUESTA ARAGÓN » termine l’année en France et à Monaco.
L'année suivante débute pour la « ARAGÓN » à Dakar au Festival des Arts Africains, Fesman 3  et outre ses présentations régulières à La Havane, la formation est en France au printemps.


La Aragón au Conga Room. Photographie D. Burroughs.

Après avoir participé à Cuba à la 5° édition de Charangueando l’orchestre est de nouveau aux Etats Unis à l’automne où il est accueillie notamment au Miami Dade County Auditorium, au Conga Room de Los Ángeles, au Yoshi’s de Oakland, au Metropolitan Events de  New York…

La charanga entreprend dès janvier 2012 une tournée dans l’Est de  l’île. A Guantánamo elle fait danser le public sur ses grands succès  “El Bodeguero”, “El Cerquillo”, “Cachita”,  “Pare Cochero”, “Guajira con tumbao”… La «  ARAGÓN » poursuit son tour à Mayarí, Bayamo, Santiago de Cuba, Manzanillo… Au milieu de l’année la formation vole vers la Colombie où elle donne plusieurs concerts à Bogota, Medellín…ainsi qu’au Vénézuela à Caracas. La composition du groupe reste stable depuis plusieurs années et LAY continue de diriger Celso VALDÉS, Lázaro et Dagoberto GONZÁLEZ, violons;  Eduardo RUBIO, flûte ; Orlando PÉREZ, piano; Roberto ESPINOZA, contrebasse;  Horacio RODRÍGUEZ, timbalesJosé PALMA, güiro;  Juan Carlos VILLEGAS et Ernesto BACALLAO, assurent les parties vocales et Armando AMÉZAGA fait le spectacle avec ses qualités de danseur. Eric LABAUT est entré pour offrir un violon supplémentaire. Guillermo GARCÍA, entré au milieu des années soixante reste le tumbador.
En septembre la « ORQUESTA ARAGÓN » participe au Festival Enrique Jorrín  à La Havane et le mois suivant est l’invité des « MUÑEQUITOS de MATANZAS » qui fêtent leur 70° anniversaire au Teatro Lázaro Peña. Et de nouveau les charangueros se dirigent vers les Etats Unis : Las Vegas, Seattle, Portland, San Francisco. Les prestations sont remarquées au B.B. King Blues de New York, au Art Garage de Palm Beach. Les musiciens offrent également des master-classes comme à la Jazzschool de Berkeley.

L’orchestre  prend une part active au Festival Danzón Habana en mars 2013 et est fréquemment à l’affiche des salons de l’Hotel Nacional de la capitale. En avril la formation effectue un voyage en Colombie pour plusieurs concerts notamment à Bogota, Cali, Cartagena de Indias et Barranquilla. Le salsero colombien Henry Fiols les accompagne pour cette tournée. Sans lui la « ARAGÓN » se présente également au Rancho Currambero Norte de cette dernière ville. Un lieu visité déjà dans les années soixante. Les musiciens laissent leur trace en juin en Floride au Coliseum Ballroom de St Petersburg, puis le mois suivant au Festival Nuits d’Afrique à Montréal avant de s’envoler vers la France pour l’été. Leur passage à Fiest’a Sète est remarqué.
Le succès colombien pousse la « ARAGÓN » à récidiver en octobre, visitant de nouveau Bogota, Cali et Cartagena  puis l’orchestre participe en novembre à la nuit de clôture du X° Festival Internacional de Bolero à Río Hacha toujours en Colombie  avant de rentrer dans leur île pour le  Carnaval Songo-La Maya.
La formation conserve le même personnel que pour les activités de 2012.

La Aragón au Festival Internacional de Bolero. Río Hacha 2013. 

La « ARAGÓN » donne un concert exceptionnel au Café Jazz Miramar pour la nuit de Noël et l’année se termine et la suivante débute en Afrique avec pour le 1° janvier un grand concert au Palais du Peuple de Conakry en Guinée.
La Charanga Eterna prépare au retour sa tournée américaine qui en mars et avril la conduit à travers les Etats Unis et notamment à Minneapolis au Dakota Jazz Club, à Miami au club Cuba Ocho, à Chicago, où résonnent aussi bien des titres des années 70 que des classiques comme « Cachita », « Besame Mucho », « El son del pariente »… Elle est à San Francisco pour le San Francisco International Arts Festival,  Delrey Beach, pour Arts Garage, New York…  Pour cette tournée la « ÁRAGON » emmènent dix musiciens le chanteur Juan Carlos VILLEGAS; les trois violonistes Lazaro, Eric et Pascual GONZÁLEZ ; Horacio, timbales ; Guillermo, congas ; Roberto, basse;  Eduardo, flûte et Orlando PÉREZ, piano. Rafael continue de diriger le groupe.
 La tournée se poursuit à Puerto Rico.

Au mois de mai la « ARAGÓN » est l’attraction du Festival 5 de Mayo à Puebla au Mexique et le mois suivant la formation s’envole vers le continent africain pour plusieurs concerts au Sénégal dont le Festival International de Jazz de Saint Louis et le concert sur la Place du Souvenir Africain à Dakar puis au Maroc pour le Festival Mawazine au Théâtre Mohammed V de Rabat.
Les festivals européens de l’été appellent la charanga. C’est le public français qui en profite largement pour Fiest’à Sète, où la formation partage la scène avec Roberto FONSECA, les Grimaldines à Grimaud, Jazz à Juan où le cubano-newyorkais  Pedrito MARTÍNEZ les rejoint dans la pinède. Au retour la charanga fait un arrêt à Medellín pour le MedeJazz.

Le 75° anniversaire du groupe ramène celui-ci sur son île pour divers événements et notamment à Cienfuegos lors d’un colloque Por los caminos de la música  cubana au cours duquel il donne un concert au Teatro Tomás Terry.


La Aragón pour son 75° anniversaire à Cienfuegos pour la Fiesta del Tinajón 2014.

La « ORQUESTA ARAGÓN » fait une nouvelle escapade en Colombie, successivement à Cali au Teatro Isaacs, à Bogotá au Teatro Jorge Eliécer Gaitán puis à Cartagena au Centro de Convenciones. Le chanteur  et conguero colombien Henry Fiols se présente de nouveau avec les aragoneses.

Dans l’île les célébrations se poursuivent dans les théâtres de la capitale -Lázaro Peña-, les clubs –Café Jazz Miramar en décembre-… Au mois de novembre la « ARAGÓN » participe à Camagüey à la V° Fiesta del Tinajón. Cinq violons sont de la fête et l'orchestre se présente avec quinze hommes.


La charanga est toujour, en 2015,  l’un ces points forts de l’Hotel Nacional où elle se présente chaque semaine lorsqu’elle n’est pas en tournée ce qui débute en mai lorsqu’elle est invitée en Colombie. La « ARAGÓN » est tout d’abord sur la scène du Teatro Amira de la Rosa à Barranquilla puis à Bogota lors du Festival Salsa al Parque. Les thèmes clasique sont interprétés pour le public colombien « El Bodeguero », « Pare Cochero », « Óyele Cachita », « Son de la Loma »…
Les treize membres sont Rafael Felipe LAY, les voix de BACALLAO et VILLEGAS, le flûtiste RUBIO et les violonistes Dagoberto et Lázaro ainsi que Celso qui ne voyage plus à cause de son âge. José PALMA tient toujours le güiro et les percussions sont à charge de ÁLVAREZ, timbales, GARCÍA VALDÉS et AMÉZAGA, percussions. Ce dernier est également danseur. ESPINOSA, basse et Jesús  PÉREZ complètent l’orchestre.         
Au mois de juillet LAY et ses partenaires retournent en Afrique pour le Fespam de Brazzaville au Congo.

A La Havane ils participent le même mois à un grand programme sur le Canal éducatif de la Télévision avant d’entamer la Gira por los Municipios qui commence à Santa Clara et se poursuit dans la province. A Teatro de la Caridad comme sur les autres scènes ils interprètent  « Me voy pa’la luna », «  El paso de Encarnación », « El Cuarto de Tula », « La muela sabrosona » …  Pour cette tournée Rafael LAY est accompagné de Orlando PÉREZ au piano; Eduardo RUBIO, flûte ; Roberto ESPINOSA, basse ; Horacio RODRÍGUEZ, paila ; José PALMA, güiro, Guillermo GARCÍA, tumbadoras; Ainel GONZÁLEZ, Erick LABAUT, Lázaro GONZÁLEZ, violons et Armando AMÓZAGA, le danseur historique.
La « CHARANGA ARAGÓN » reprend la route vers le Mexique ; tout d’abord à Aguascalientes puis dans le Yucatan pour le Festival Internacional de la Cultura Maya. La formation joue dans plusieurs villes, sièges du festival.

 

La Aragón à Santa Clara pour la Gira por los Municipios 2015.


De retour dans la capitale cubaine l’orchestre a le plaisir de voir monter sur scène lors d’une de ses prestations à l’Hotel Nacional la chanteuse portoricaine Olga Tañon en visite et en concert à Cuba. Le groupe légendaire est de nouveau la formation régulière se présentant les lundi dans l’espace télévisé Alegrias de Sobremesa. En toute fin d’année et au début de 2016 la « ARAGÓN » reprend le chemin de la Gira por los Municipios dans la province de Granma.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
* " La Cubanisima Orquesta Aragón", Egrem CD0015.
* " Los Aragones en la Onda de la Alegría", L.H.~1950, Discmedi 060.
* " Los Aragones entre amigos", L.H.1956-1990, Discmedi 089.
* " En Vivo", L.H. 1970, Egrem 618.

* " Quién sabe sabe", 1997, Lusafrica 262612.
* " La Charanga Eterna", 1999, Lusafrica 362112.
* " En Route", L.H. 2001, Lusafrica 362582.

* " Sonido de siempre", L.H. 2008, Colibri 127.

. .. .
 
Danzón! Le Danzón de Nuevo Ritmo.
>>>>
 
Danzón! ¡Cha cha chá!
>>>>
 
Les Fabuleuses années cinquante.
>>>>
Des années soixante aux années soixante-dix.
>>>>
 
La Fantastique expansion de la musique cubaine.
>>>>

.... Tous les groupes ....

<<<<
Apaches, Los.
 
 
Arcaño y sus Maravillas.
>>>>