GUERRA, Marcelino dit Rapindey (Cienfuegos 1914-Alicante 1996)

Marcelino, devenu orphelin à cinq ans et surnommé dès ses premières années « Rapindey », s'initie au chant dans sa ville de Cienfuegos alors qu'il est encore tout jeune. Au milieu des années vingt, dans les sous-sols du Théâtre Trianon, il a son propre groupe constitué par une bande d'amis de son âge. Ils tentent d'imiter les sextetos en vogue à ce moment.

C'est là que le tresero Rafael ORTÍZ le découvre et l'entraîne dans sa propre formation qu'il constitue en 1926, le « SEXTETO SANTA CECILIA ».

En 1927 Marcelino accompagne à La Havane le groupe de ORTÍZ et au retour ils fondent le « SEXTETO CIENFUEGOS ». Primé lors d'un concours à Cienfuegos le sexteto fait de nouveau un voyage jusqu'à la capitale en 1929. Marcelino s'y fait remarquer et décide d'y tenter sa chance.

« Mozo » BORGELLA l'invite à entrer dans son « SEPTETO CAUTO » en 1930 avant que le groupe ne quitte le Sans Souci puis c'est le « SEPTETO NACIONAL » qui l'appelle comme seconde voix et pour jouer des maracas en 1933 pour le déplacement à la Foire de Chicago. C'est à cette époque qu'il apprend la guitare.

En 1934, avec Julio BLANCO, il compose « Buscando la melodía ». Ce duo offrira pendant dix années une multitude d'excellentes compositions : « La clave misteriosa » que popularise en 1936 Pablo QUEVEDO ; « Nieblas de Ayer » interprétée par l'orchestre de Obdulio MORALES; « Maleficio » enregistrée l'année suivante par « ANACAONA »

L'orchestre de Obdulio Morales, "Los Melodicos" et les deux compositeurs Guerra et Blanco.
Au milieu de la décennie « Rapindey » entre dans le « CUARTETO HATUEY » avec Francisco REPILADO, Evelio MACHÍN et Lorenzo HIERREZUELO. Ils voyagent tous les quatre au Mexique en 1936. Au retour Marcelino enregistre avec le septeto de Ignacio PIÑEIRO puis - tout en se maintenant dans ce « SEPTETO NACIONAL »- Marcelino et Julio forment le « TRIO OCCIDENTE » avec Miguelito VALDÉS . Le trio se produit au Teatro Prado.


Le Cuarteto Siboney de Isolina Carrillo.

Marcelino rejoint en 1938 les trios de Isolina CARRILLO avec "Guyun" en 1938, puis et Bienvenido GRANDA, le «TRIO NUEVO ». Très vite ce trio ce transforme en un cuarteto vocal avec l'incorporation de Alfredo LEÓN et de Facundo RIVERO au piano. Parallèlement en 1940 « Rapindey » chante et joue de la guitare pour le "SEPTETO ORBE" puis le « SEPTETO Los LEONES » tous deux dirigés par Alfredito . « Los LEONES » prennent place à l'Edén Concert puis au Tropicana.

C'est avec un « TRIO ORIENTAL» qu'il se rend à Puerto Rico en 1941 et à son retour il rejoint le « CONJUNTO Arsenio RODRÍGUEZ  » avant que Arsenio n'introduise les grandes modifications qui vont transformer la musique cubaine.
Sa voix est adaptée à la sonorité des septetos, conjuntos, mais aussi des tipo jazz bands et à la variété de leur répertoire et c'est sans difficulté qu'il passe d'une formation à l'autre ou enregistre avec l'une, tout en travaillant avec l'autre. Il retrouve ainsi les « MUCHACHOS PIMIENTA » de Mariano MERCERÓN en 1942 pour lequel il compose et avec lequel il grave « Pare Cochero », « Prietita », « Arrebatadora »

Marcelino se rend aux Etats Unis en 1944 pour diriger la section latine de la maison d'éditions musicales Robbins Music.  A Cuba son absence est notable car il était devenu l'une des toutes premières deuxième voix.

Mais ses activités musicales personnelles ne cessent pas et en 1945 il chante pour l'orchestre de José CURBELO avant d'organiser sa propre formation au piano de laquelle il place Gilberto Ayala et réalise de nombreux enregistrements entre 1947 et 1949. Parallèlement il dirige un groupe plus réduit la «ORQUESTA BATAMÙ » dans lequel intervient aussi Panchito RISET.


Marcelino et sa formation américaine. Photographie Collection J. Jaramillo.

En 1947 Marcelino participe à une rencontre historique avec Arsenio RODRÍGUEZ , « Chano » POZO et les musiciens de MACHITO. Avec eux « Rapindey » enregistre « Serende » et « Seven seven », deux compositions de POZO . Il enregistre ensuite avec POZO des compositions de ce dernier, « Tambomborama », « No se fue la rumba », « Abasí ». Peu après, lorsque « MACHITO and his AFROCUBANS», au sommet de leur gloire, ont besoin d'une formation bis pour faire face aux permanentes et innombrables demandes du public, Mario BAUZÁ appelle « Rapindey » qui durant une période dirigera lui-même cet ensemble bis .

Les difficultés rencontrées pour se maintenir à la tête d'une formation personnelle conduisent Marcelino à prendre son indépendance et à poursuivre une carrière de soliste.
Aux Etats Unis,« Rapindey » retrouve durant les années cinquante l'ensemble de Tito Puente pour l'enregistrement de « Top Percussion » en 1957 et collabore avec Tito Rodríguez, Mongo SANTAMARÍA et Arsenio au début des années soixante.

Marcelino quitte alors le monde musical pour s'enrôler dans la marine marchande. Un producteur l'extrait des océans pour le relancer dans le monde de la Salsa qui commence son ascension. « Rapindey » participe aux albums du « Grupo Folklorico Experimental Nuevayorkino  ».

Plus tard on le voit aussi collaborer avec Joe Cuba, Larry Harlow et en 1974, sur l'initiative de Mario BAUZÁ , constituer un groupe, «SON de la LOMA», avec notamment la participation de Lino FRIAS.


Compay et Rapindey en Espagne.

En 1977 il participe aux descargas de « Cachao » LÓPEZ , retrouve l'année suivante son ami Francisco REPILADO à New York où celui-ci a été invité.

Marcelino « Rapindey » GUERRA émigre finalement en Espagne où il enregsitre en 1995 lors d'une tournée de Omara PORTUONDO ce qui est son dernier dique.
Il retrouve Francisco « Compay Segundo» REPILADO une dernière fois lors d'un concert à Alicante. Il disparaît en 1996, trois jours avant l'hommage qui devait lui être rendu à Bilbao et pour lequel il devait rencontrer et se produire avec « Compay » et Reynaldo HIERREZUELO.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
* " Rapindey ", Espagne 1995 , Nube Negra.

 
Le Son à Matanzas et dans le reste de l'île.
>>>>

....Biographies....

<<<<
Grenet, Eliseo.
 
 
Guerra, Zule.
>>>>