La Havane des années vingt

Pour certains la prospérité règne dans La Havane du début des années 20. La première guerre mondiale a fait monter les cours de la canne à sucre. Certains blancs se sont enrichis.

.


Le pays, sous la dépendance économique des Etats-Unis, reçoit dans ses hôtels luxueux un grand nombre de touristes américains... Le port de La Havane est à quelques heures de New York et tout proche de Miami. Les ferry's circulent entre les côtes et les fréquences sont intenses.
L'heure est à la fête !

Le "SEXTETO HABANERO" rejeté par une partie de la bourgeoisie blanche attire pourtant un grand nombre de Havanais dans les cabarets et salles de danses mais il n'est pas rare que certains d'entre eux finissent les soirées en prison pour avoir danser le Son immoral. Rapidement le Son supplante la danse en vogue depuis une quarantaine d'années, le Danzón.
Dès 1923 le groupe pénètre les salons de la bourgeoisie.

1925: Sexteto Habanero
Photographie: Archives Tumbao, Barcelona.

Le 29 Octobre 1925 le "SEXTETO HABANERO" entre dans l'histoire avec deux enregistrements effectués à La Havane, "Maldita Timidéz" et "No me desprecies mujer".

Poursuivant ses innovations en s'inspirant de formation -elles-aussi pionnières- comme le "BOTÓN de ORO" ou le "SEXTETO ORIENTE", ou encore des estudiandinas santiagueras, le "SEXTETO HABANERO", six mois après le "GRUPO APOLO", incorpore en 1927 une trompette donnant sa forme définitive au Septeto sonero traditionnel, celui qui vit encore aujourd'hui, particulièrement à Santiago de Cuba.

Mais le succès remporté dès le début de la décennie auprès des danseurs donne des idées à d'autres musiciens et des formations concurrentes se montent.
Alfredo BOLOÑA organise sa propre formation en 1926 le " SEXTETO BOLOÑA" ainsi que María Teresa VERA qui fonde le "SEXTETO OCCIDENTE" la même année et Ignacio PIÑEIRO le "SEPTETO NACIONAL" en 1927.

Septeto Nacional
Sexteto Boloña
Sexteto Occidente

Ces trois grands groupes vont participer à la guerre commerciale que se livrent depuis la fin des années dix les labels discographiques nord-américains.

D'autres sextetos ou septetos se forment dans le même temps à La Havane et dans ses faubourgs.
Beaucoup n'ont fait qu'animer le quartier ou la bourgade. Quelques-uns ont seulement laissé un nom. Parmi les groupes qui, dès cette seconde moitié des années vingt ont imprimé leur marque dans l'histoire du Son, on peut retenir soit pour leurs innovations, soit pour les musiciens remarquables qui sont passés dans leurs rangs ou pour les enregistrements réalisés, la "LIRA DE REDENCIÓN" dans le quartier de Marianao ; "LOS JÓVENES del CAYO" dans celui de Cayo Hueso, né en 1924 ; le "TERRY" apparu la même année et réorganisé plusieurs fois ; le "SEXTETO ENRISO" fondé en 1926, qui présente l'originalité d'avoir utilisé occasionnellement la clarinette de Amadito VALDÉS à la place d'une trompette. Le sexteto "FAVORITO" dès 1927 anime les nuits dansantes de l'Académie Habana Sport avec le " HABANA SPORT" formé à la fin de l'année précédente. Il compte bientôt dans ses rangs la voix de Florencio "Caruso" HERNÁNDEZ. Malgré ses quatre enregistrements en 1927, "GRUPO APOLO" reste l'un des grands inconnus de l'histoire du Son.
Un peu orthodoxe sexteto se forme également en 1925 dans la capitale, le "GLORIA CUBANA". Il a la particularité d'avoir un piano tenu par María Teresa "Tete" OVANDO. Il incorpore bientôt le trompettiste Alfredo GARCÍA et, poursuivant dans l'hérésie... devient un Octeto en 1928


Le Septeto Rojo


Le Septeto Unión

Il faut mentionner aussi l' "UNIVERSO" où l'on retrouve encore BARROSO, le "BOTÓN de ROSA", de Manolo PLA, Manuel ROMERO et Santos RAMÍREZ né en 1927 .
Tous ces groupes prennent naissance avant même l'organisation du "SEPTETO NACIONAL" de PIÑEIRO lui même émanation du "HABANA SPORT".
Le "MUNAMAR" provient du quartier habanero de Regla. Il s'organise entre 1929 et 1930 autour du guitariste Alberto ZAYAS et de son directeur et chanteur Juan José IZQUIERDO. Le "MUNAMAR" enregistre pour la Brunswick et innove en introduisant l'usage du cencerro . Dans ses rangs passe Félix CHAPOTTÍN. Deux groupes importants vont entrer en force dans la décennie suivante, le "SEPTETO CAUTO" et le "SEPTETO CUBA" .

© Patrick Dalmace

<<<<
Le Son. De Santiago à La Havane.
Le Son à Matanzas et dans le reste de l'île.
>>>>
Le Son . Les années trente à La Havane.
>>>>