Sexteto et Septeto HABANERO

En 1919 le "CUARTETO ORIENTAL" devient le Sexteto "TÍPICO ORIENTAL" puis le "SEXTETO HABANERO". Aux cinq membres déjà présents s'ajoute Antonio BACALLAO.
Le groupe s'organise alors de la façon suivante: directeur, guitare et deuxième voix Guillermo CASTILLO; première voix et claves Gerardo MARTÍNEZ ; maracas et chœurs Felipe NERI CABRERA; botija Antonio BACALLAO; bongó Oscar SOTOLONGO et Carlos GODÍNEZ, tres. Le "SEXTETO HABANERO" va dès cet instant imposer les canons de ce que sera le Son traditionnel.

SSexteto Habanero.

Debouts de gauche à droite,Guillermo Castillo, Carlos Godínez, Gerardo Martínez.

Assis de gauche à droite, Antonio Bacallao, Oscar Sotolongo et Felipe Neri Cabrera.

 

Photographie: Archives Tumbao. Barcelona.

En 1923 le Sexteto subit quelques mouvements de personnel. Agustín GUTIÉRREZ s'empare du bongó. En prenant la contrebasse Gerardo MARTÍNEZ provoque la sortie de BACALAO et la disparition de la botija. Gerardo abandonne aussi les claves au chanteur Abelardo BARROSO qui entre dans la formation.

Au début de l'année 1925 le "SEXTETO HABANERO" obtient le Premier Prix du Concours Champión del Son et enregistre à La Havane, à l'automne, sa première plage pour la firme RCA Victor, " Maldita Timidéz ". Quelques jours plus tard ce sont trois nouveaux titres dont "No me desprecies mujer " qui sont gravés.


 

 

 

Photographies: Archives Tumbao. Barcelona


Un nouveau prix récompense le sexteto en 1926 lors du Concurso Nacional de Sones. Sans BARROSO, remplacé pour l'occasion par Rafael "El Piche" HERNÁNDEZ, le "SEXTETO HABANERO" enregistre de nouveau à l'automne à New York.

En mars 1927 BARROSO à repris sa place et un nouvel enregistrement à lieu à La Havane. Un morceau viendra illustrer le nouveau tournant imposé par le Sexteto. Pour la première fois dans un enregistrement une trompette intervient dans le Son traditionnel transformant le "SEXTETO HABANERO" en Septeto, le "SEPTETO HABANERO". Le trompettiste Enrique HERNÁNDEZ laissera ainsi son empreinte dans l'histoire de la musique cubaine par son intervention sur "La Chambelona". Toutefois un trompettiste inconnu avait participé à l'enregistrement quelques mois plus tôt d'un autre septeto nommé "GRUPO APOLO".

>>>> " "La Chambelona".

Le désormais Septeto enregistre de nouveau à New York en octobre. En 1927, une nouvelle fois BARROSO délaisse le groupe et est remplacé par José "Cheo" JIMÉNEZ qui alterne à partir de 1929 les prestations avec celles du "SEPTETO NACIONAL". Mais le fait majeur réside dans le remplacement de Enrique HERNÁNDEZ par celui qui va, parmi les soneros, être un des plus grands trompettistes Cubains, Félix CHAPOTTÍN. Le jeune chanteur Panchito RISET fait une apparition fugace en 1928 au sein de la formation.


Septeto Habanero.

Agustín Gutiérrez, "Cheo" Jiménez, Felipe Neri, Gerardo Martínez, Guillermo Castillo, Carlos Godínez et Félix Chapottín.

 

 

Photographie: Collection J. Pujol. Barcelona.


A New York le groupe enregistre avec CHAPOTTÍN cinq plages et notamment "Alza los pies congo". Le Son traditionnel, joué par un septeto est définitivement structuré. Les modifications ne relèveront plus que de la personnalité propre des différents septetos.

En 1929 le "SEPTETO HABANERO" est vraisemblablement le premier groupe cubain à intervenir dans un long métrage El Puerto del infierno, tourné en Floride. Miguelito GARCÍA est entré comme chanteur dans la formation. Les grands enregistrements du "SEPTETO HABANERO" s'achèveront à La Havane le 28 février 1931. Félix CHAPOTTÍN, remplacé par José INTERIÁN et GUTIÉRREZ ont à ce moment quitté le groupe. Au milieu de conflits celui-ci survit difficillement au début de la décennie. Un enregistrement est toutefois réalisé en 1935 date à laquelle le groupe entre dans une phase terminale avant d'entrer dans une phase de somnolence. La disparition de NERY, les problèmes crées par sa veuve la compositeur Juana GONZALEZ aboutissent à la disparition du " SEXTETO HABANERO".

Gerardo MARTÍNEZ le quitte pour former le "CONJUNTO TÍPICO HABANERO". Ce dernier groupe reprendra en 1984, sous la direction de Manuel FURÉ, le nom de "SEPTETO HABANERO" en revenant à la configuration désormais habituelle de huit musiciens.


Scène du film "El Puerto del Infierno".

Juana

Pedrito IBAÑEZ , guitariste, chanteur et compositeur, qui est entré en 1964 dans la formation, la dirige à la disparition de FURE. Ses apports sont importants et son travail pour préserver les thèmes originaux du "SEPTETO HABANERO" égalemment. Sous l'effet du "Papy Boom" un nouveau disque voit le jour en 1998. Les tournées reprennent pour la formation qui parcourt le monde sous la direction de Pedrito . Celui-ci disparaît en 2007 mais le septeto poursuit sa trajectoire. Les nouveaux musiciens de la fin de la décennie ont pour noms: Felipe FERRER, tres ; Juan A. JUSTIZ, voix et güiro; José Antonio PÉREZ, voix; Emilio MORET, voix et maracas; Ernesto LAZA, bongó et campana; Ibrahim ATIES, baby bass; Digno Marcelino PÉREZ, voix et claves; Gilberto AZCUY, trompette.

Le "SEPTETO HABANERO" inaugure sa peña hebdomadaire, El Son entero, au Patio des studios Areito. Un disque "Noventa cumpleaños", enregistré en 2009 célèbre les quatre-vingts ans du groupe qui sont fétés lors des Encuentros de Septetos en 2010 et qui vaut à la formation une nomination aux grammies latinos. En 2011 les musiciens sont régulièrement programmés au Habanaciento et dès cette époque et jusqu'en 2014 au Jelengue de Areito de la capitale. La formation débute l'année 2015 dans le même lieu. Les habaneros profitent encore du groupe en mars au Club Nacional de soneros et au Palacio de la Rumba. La formation récidive en juin au même lieu pour son 95° anniversaire. Elle le célèbre également sur le parvis de l'Uneac. Le "SEPTETO HABANERO" anime également la remise des Premios de Arte Cubano en mai lors de la Bienal d'Art de La Havane. En novembre le groupe est invité à participer à l'un des programmes de La Pupila Insomne.


Le Septeto lors du programme La Pupila Insomne.

C'est le septeto qui assure le final du colloque consacré à Eduardo Rossillo à la Casa del Alba et qui fait danser les participants sur "A la calle Vapor". Le "SEPTETO HABANERO" termine l'année au Carnaval de Cali.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
* " Sexteto y Septeto Habanero, Grabaciones completas ", N.Y. & La Havane 1925-1931, Tumbao TCD 300.
(98 des 100 enregistrements réalisés par le " Sexteto/Septeto Habanero " ont été retrouvés. Seuls manquent " Muertos que lloran " et " Te odio ". Ces enregistrements ont été rassemblés par Jordi Pujol pour le label Tumbao et réédités en coffret de 4 CD accompagnés d'un livret de Senén Suarez).

* " Orgullo de los Soneros ", 1998, Lusafrica/BMG France.
* " Noventa cumpleaños", 2009, Colibri.

Le Son. De Santiago de Cuba à La Havane.
>>>>
Le Son. La Havane des années vingt.
>>>>
Des années soixante aux années soixante-dix.
>>>>
La Fantastique expansion de la musique cubaine.
>>>>

Septeto Nacional.
>>>>
Septeto Oriente.
>>>>

Ricardo Martínez.
>>>>
Rosendo Ruiz.
>>>>

.... Tous les groupes ....

<<<<
Habana, Orquesta.
Havana Cuban Boys.
>>>>