Sexteto, Septeto et Conjunto CASINO

En 1935 le Sexteto "MIKITO", fondé en 1928 par les frères José et Manuel SALDARINO, Esteban GRAU tresero; Juan "Bolita" FUENTES, voix, joue au Summer Casino, au Casino Espagnol et au Casino Nacional. On y trouve également Elloy COLLAZO, bongó ; "Chino" DIHIGO, piano et " Trompoloco", trompette.
Ses membres rebaptisent l'ensemble, un des ultimes grands septetos de la décennie, le "SEPTETO CASINO" même si on l'appelle encore "SEXTETO CASINO" à plusieurs reprises dans les années suivantes, en 1939 au Baile de las Flores et à la Verbena de las Playas et même en 1940 à La Tropical pour le Baile des employés du lieu. Le changement de nom provoque une petite crise et plusieurs musiciens le quittent. Guillermo ROMERO remplace COLLAZO, Eduardo PERIQUET, prend la trompette de "Trompoloco" et "Chino" laisse la place à Enrique "El Diablo Rojo" RODRÍGUEZ, pianiste sans formation musicale académique mais doué d'une oreille d'exception.

Il est important de noter la présence du piano qui jusqu'à présent à l'exception de la "GLORIA CUBANA" de "Tete" OVANDO et du passage de Armando VALDES dans le "SEPTETO CUBA" n'était jamais utilisé dans les septetos traditionnels.C'est le premier pas vers la transformation d'un septeto en conjunto.



Sous cette nouvelle appellation le "CASINO" apparaît en janvier au Gran Casino Nacional pour la Noche de Moda avec l'orchestre "HERMANOS CASTRO". Attaché au Casino il est présent en permanance et notamment pour la Noche Típica, le Grito de Baire...


1935. Septeto Casino au Casino Nacional

L'année suivante le septeto semble marquer le pas ou change de scènes pour des lieux moins en vue. Il revient au premier plan le 1° mai 1937 au Centro Gallego pour le Baile de las Flores au milieu d'autres grandes formations puis pour Verbena La Maruga en juillet . Au milieu de ce mois de juillet 1937 le pianiste Enrique "Diablo Rojo" RODRÍGUEZ, lors de la fête du Club Juventud est mentionné et valorisé dans la presse comme membre du septeto . La formation joue encore en novembre pour le Baile du Deportivo Hispano América et lors de la Gran Verbena du Club San Carlos avec l'orchestre des "HERMANOS LEBATARD". En décembre le "SEPTETO CASINO" est présent pour la fête du Club Naútico del Comercio et termine l'année le 31 décembre en participant à la longue nuit de neuf heures de la Fiesta de l'Association des Dependientes.


A partir de l'année suivante la popularité du "SEPTETO CASINO" ne fait que croître et son "Diablo Rojo" en est un des responsables avec son baby-piano. La fête des Dependientes et celle du Club Hispano América en janvier précèdent la Fiesta du Miramar Yacht Club à la fin du mois suivant. Le Baile du Club des Ferreteros compte sur le septeto tandis que les Fêtes du Carnaval commencent pour les sociétaires des Dependientes avec pas moins de cinq grandes formations dont le "CASINO". Le mois de mai est régulièrement celui des Bailes de las Flores et le septeto anime celui de la section sportive de l'association des Vendedores de Pieles et également celui du Centro Asturiano. A la fin du mois les soneros participent au 3° anniversaire de la fondation du Casino Deportivo.
Installé dans la Gruta Encantada montée sur un des terrains du Deportivo Hispano América le septeto assure avec l'orchestre de Eddy LESTER la partie dansante de la fête du Club.
Les Employés de La Tropical, eux-aussi font danser les membres de l'association aux accords du "CASINO" en juin et en juillet c'est au tour de ceux du Club Naútica, avant de rejoindre avec l'orchestre de VALDESPÍ, le balneario El Progreso.

Habitué des fêtes de l'Hispano América la formation y accompagne "Los HERMANOS LEBATARD" pour le Baile de Otoño en octobre. Au milieu du mois le Club San Carlos célèbre avec le sexteto le Festival de l'Athlète.



C'est au Club San Carlos puis au Club Hispano América que le "SEPTETO CASINO" débute 1939 entouré chaque fois de grandes formations comme le "CASINO de la PLAYA", la "SONORA MATANCERA", le "SEPTETO NACIONAL", l'orchestre de "Cheo" Belén PUIG... puis la formation anime le Baile des employés de La Tropical et la première fête de Carnaval pour le compte de la société des Ferreteros. Le Carnaval se poursuit au Club San Carlos début mars. Le Club Galbán Lobo organise son Jubileo de Diamante en avril avec le septeto et d'autres formations. Début avril on entend les partenaires des frères SALDARINO et du "Diablo Rojo" au Cerro puis en fin de mois le Deportivo Hispano America organise avec eux le traditionnel Baile de la Flores juste avant une grande fête du Club San Carlos. Les Bailes de las Flores se poursuivent en Mai au Club Candado et à l'Hispano America. Et le mois se poursuit au Deportivo del Cerro et s'achève avec deux bailes au Club Almendares et au Casino Deportivo.
Le septeto au moins à compter de la prestation au Cerro mais sans doute avant apparaît avec deux trompettistes, probablement Alberto ARMENTEROS et Eduardo PERIQUE. Piano et deux trompettes, l'amorce d'un passage vers le format de conjunto est de plus en plus clair.

 

Les prestations s'enchaînent, Cerro, Club Seyca... en prélude à la Noche de San Juan au Balneario du Casino Español où le septeto retrouve les "HERMANOS LE BATARD". En juillet le "CASINO" fait danser les membres du Riverside Yacht Club pour la Verbena Claro de Luna. A cette occasion il retrouve les soneros du sexteto le "CUBANO 1927". En août c'est le Havana Biltmore Yacht Club qui célèbre une grande fête puis le Casino Español organise des combats de coqs lors de la Noche Criolla et on en profite pour danser avec les partenaires du "Diablo Rojo".
Pour l'inauguration de sa nouvelle piscine le Club Cubaneleco invite le "SEPTETO CASINO" et l'orchestre "HAVANA CASINO" pour animer le Carnaval Aquatique.
A ce moment la formation des frères SALDARINO a vraisemblablement réalisé une tournée dans l'île et son retour est annoncé pour la Verbena Gruta de Ilusión au Riverside Yacht Club, entité qui enchaîne en octobre une nouvelle fête avec le septeto les Mil y una Noches. Le "CASINO" lui aussi enchaîne les prestations au Cerro, au Club Seyca, au baile des Employés de El Encanto, au Liceo de La Habana, et début novembre de nouveau au Yacht Club Almendares, au Gran Atletic Club, au Casino Español, Hispano América, San Carlos, au Cerro et au Centro Castellano début décembre ainsi qu'au Deportivo La Estrella. A l'approche de Noël les clubs s'activent et le "CASINO" est sollicité par Club Atletico de La Habana ainsi que par le Liceo pour le 24 décembre en soirée, le Centro Castellano le 24 en matinée et le 25.


1940. Septeto Casino au Casino Nacional

En 1940 le groupe est formé de deux trompettes, Alberto ARMENTEROS et Eduardo PERIQUE, Estebán GRAU et du pianiste Enrique "Diablo Rojo" RODRÍGUEZ. Le bongó est tenu par Guillermo ROMERO, la contrebasse par Manuel SALDARINO. Son frère José est directeur, chanteur et assure la clave. Juan FUENTES assure la seconde voix. Le septeto devient de fait un conjunto.
Début janvier le "SEPTETO CASINO" assure des matinées au Centro Castellano et au Deportivo Asturias où l'on rend hommage au chanteur Miguelito VALDÉS, la Verbena Noche de Reyes au Almendares Riverside et le 1° février le Baile des Employés de La Tropical. Les partenaires des SALDARINO sont de nouveau invités par le Almendares pour la Noche Guajira. Le grand bal costumé de la fêtes du Club des Ferreteros fait également appel à eux. Sans retard les sociétés commencent en février à célébrer le Carnaval et les premiers à le faire sont les Dependientes avec le "CASINO". Au Centro Castellano une nouvelle matinée compte à la fois sur le "CASINO" et le "CASINO de la PLAYA" et c'est le "HAPPY HAPPY" qui est l'orchestre partenaire du septeto pour le baile de février du Deportivo Hispano América.
Le Miramar Yacht Club organise une superbe soirée intitulée Baile de Campesinos Internacional. De nouveau les fêtes carnavalesques battent leur plein. Le "CASINO" est chez les Ferreteros, au Miramar Yacht Club et fait partie des huit formations engagées par les Dependientes et de huit autres en vedette pour la Tarde en Capela organisée à La Tropical en avril. C'est aussi presque tous les dimanches qu'il anime les matinées du Centro Castellano.
Entre temps, mi-mars c'est le puis le 8° Baile de Carnaval que les Dependientes organisent avec le "CASINO" qui conclut cette série de fêtes de Carnaval au Almendares Riverside.
Sans perte de temps c'est la Semaine Sainte qui s'annonce avec ses Bailes. Le septeto sonero est alors chez les Empoyés de La Tropical puis pour le club Galbán Lobo et à la Verbena La Maruga.
Le septeto partage aussi la scène avec l'orchestre du pianiste René TOUZET pour la fête de la Juventud Deportiva del Vedado, divers bailes à Las Playas et retrouve le Amendares Riverside avec "Neno" GONZÁLEZ.
En mai et juin la formation est toujours au Casino pour les bailables dominicaux et fait danser les participants à la Verbena Brisas Marinas. Le même Casino Español les engage en juin pour la Noche Española puis à la Noche de los Globos du Almendares Riverside en juillet. Les Carmelos et le Club Cubaneleco comptent aussi sur les soneros pour des bailes en août.

A la suite de querelles personnelles les deux frères SALDARINO quittent le groupe cette même année et y entrent le contrebassiste Cristobál DOBAL et en 1941 le chanteur Roberto ESPÍ.
Roberto
quitte rapidement le groupe, laissant la place à Alberto RUÍZ mais et y revient en 1942. Entre temps GRAU conduit le nouveau " CASINO" à La Concha, puis à La Campana et se présente régulièrement au retour de Roberto ESPÍ sur la radio RHC Cadena Azul et débute au Zombie Club pour l'inauguration du cabaret en novembre 1942. Le pianiste Orlando de la ROSA s'incorpore un temps au conjunto.

Les premiers enregistrements pour le compte de la RCA Victor ont lieu en 1943. Le premier thème gravé est le bolero "Canción del alma" avec la voix de ESPÍ et "A mí qué" avec celle de FUENTES. Le musicien catalan Pedro Calonge joue du xylophone. S'enchaînent les enregistrements de "Cada noche un amor" par ESPÍ et "Con la lengua afuera" interprété par le trio vocal ESPÍ, FUENTES et GRAU. Ils sont toujours portés au crédit du "SEXTETO CASINO" et FUENTES annonce en ouverture que la formation est Los Campeones del Ritmo, étiquette qui va coller définivement au conjunto qui apparaît dès la troisième session sous le nom de "CONJUNTO CASINO ". Puis "Bolita" FUENTES quitte ses partenaires et est remplacé par Nelo SOSA dont la voix figure avec celle de Roberto sur "Poquito a poco" et " Mi lindo Yambu". Une dizaine de disques sont enregistrés cette année-là.


En novembre 1943, le conjunto part pendant près d'une année pour Mexico avec un personnel en partie renouvelé avec Miguel ROMÁN, trompette; Cándido REGUERA, bongó; à la place de ARMENTEROS et ROMERO. SOSA doit rentrer à Cuba et Alfredito VALDÉS, de passage au Mexique, chante alors avec le groupe qu'on entend notamment au Teatro Follies et sur Radio X.E.W., X.E.B. . Pendant la tournée mexicaine et suite à la maladie de GRAU, Roberto ESPÍ assume et gardera la direction du conjunto. Des enregistrements sont réalisés à Mexico avec les voix d'Alfredito, Roberto et du contrebassiste Cristóbal DOBAL. "Bilongo", "Tinajas y tinajones", " Mañana vendrás"... figurent parmi les titres mexicains.

Au retour SOSA retrouve sa place et une nouvelle voix fait son entrée dans le groupe, celle de Roberto FAZ, transfuge du "KUBAVANA". Avec un fantastique trio vocal constitué de Nelo SOSA, Roberto FAZ et Roberto ESPÍ, le "CONJUNTO CASINO" devient alors un des ensembles "blancs" les plus recherchés et occupe la scène du Zombie Club pendant une année avec des retransmissions radiophoniques sur RHC Cadena Azul. Le trio enregistre pour premiers titres "Por qué lloras" et "El viejo verde". Sur le plan instrumental des changements ont lieu également: ARMENTEROS revient à la trompette ainsi que Alejandro "El Negro" VIVAR. ROMERO reprend son bongó.


Roberto Faz et Roberto Espí.

En 1945 le groupe visite Puerto Rico donne des concerts au Salón Escambrón Beach Club, au Park Palace et joue sur de nombreuses stations radiophoniques. Au retour il fait l'inauguration du Cabaret Casablanca puis s'installe à La Marquesina de l' Hôtel Saratoga et Agustín RIBOT -également guitariste- remplace Nelo SOSA. Il laisse sa voix sur "Churritos calientes " et "El sordo" au milieu de l'année. Les contrats pleuvent: Circuito CMQ, pour les programmes patronnés par Regalías el Cuño, Variedades Rítmicas...; RHC Cadena Azul avec le programme offert par les cigarettes Trinidad y Hermanos...Toutes les émissions sont enregistrées et diffusées par la suite. Le "CONJUNTO CASINO" débute en octobre au Teatro Fausto puis au Teatro Encanto et à l'Álcazar. L'année s'achève par une grande tournée dans l'île.

Conjunto Casino Roberto Faz, Roberto Espí & Agustín Ribot. "Ay! Nicolas". ...>>> ...

En 1946, la nouvelle politique de la RCA Victor à Cuba et les nouveaux et sophistiqués matériels conduisent les orchestres et chanteurs de tout le sous-continent à venir enregsitrer à La Havane. Mais surtout ils permettent de plus amples possibilités et invitent à des arrangements plus complexes. Le "CASINO" en prend conscience et engage le pianiste René URBINO pour remplacer pour les séances d'enregistrement "El Diablo Rojo", qui ne peut lire la musique. La ligne des cuivres offre des sonorités exceptionelles.
Los Campeones del Ritmo débutent l'année sur le programme El Baile del Domingo sur CMQ, jouent au Teatro Nacional, effectuent une tournée à Sancti Spiritus, Santa Clara, Cienfuegos, Ciego de Ávila... et sont présents dans les bailables de la capitale. Ils enregistrent le bolero "La Última noche", la guaracha " La vaca lechera", la conga "Quinto me llama"... Agustín MERCER, entre au piano en 1947, Florencio HERNÁNDEZ remplace "El Negro" et Orlando GUZMÁN supplé à ROMERO, parti au "CONJUNTO COLONIAL". Dans cette composition et avec la danseuse Iris del MAR le "CONJUNTO CASINO" se rend au Venezuela.

Conjunto Casino. Venezuela 1947, Document El Heraldo. Caracas.

A Cuba, le groupe est sur toutes les ondes et dans les studios de la RCA Victor, à l'hôtel Saratoga. Il est aussi en concert à Santiago de Cuba et sur la radio de la capitale de l'Oriente, CMKW Cadena Oriental de radio. Au retour le conjunto est de nouveau engagé au Casino Nacional où il reste plusieurs mois. Au début de 1948 c'est "Pepe" DELGADO ou Roberto ÁLVAREZ qui s'installent devant le piano tandis que la formation décide d'introduire la tumbadora, appellant successivement Oliverio VALDÉS puis Carlos "Patato" VALDÉS.


Roberto Álvarez, pianiste et Agustín Ribot.

Le trio ÁLVAREZ-GUZMÁN-VALDÉS associé à la ligne vocale fait du "CONJUNTO CASINO" véritablement Los Campeones del Ritmo. Il est à noter que durant plusieurs années, alors que la formation n'a plus de tres depuis la sortie de GRAU, que c'est le tresero Niño RIVERA qui signe la plupart des arrangements. Ses arrangements compliqués donnent ainsi au "CONJUNTO CASINO" un son personnel, moderne, se démarquant au bout du compte autant des conjuntos blancos que des conjuntos machos.

Conjunto Casino, Guantánamo 1950.

La formation accompagne les enregistrements que le portoricain Daniel Santos vient effectuer à Cuba. Le conjunto laisse aussi quelques-uns de ses meilleurs succès, "Comprensión" écrit par DOBAL, "Oyé" de DELGADO, "Chilindrón de chivo" de ARMENTEROS... Mais curieusement le conjunto abandonne la RCA - qui recrute le "CONJUNTO COLONIAL"- pour la Panart. La raison pourrait en être le temps très long entre l'enregistrement et la commercialisation des disques. La compétition avec le "CONJUNTO COLONIAL" oblige le "CONJUNTO CASINO" à se surpasser. " Flor de Fango" et "Los Muchachos de Belén" sont les deux premiers titres laissés à la Panart. Deux grands programmes radiophoniques font la part belle au groupe El Show de la Mañana et Cumbanchoa.
Pour enregistrer "Atomo", un mambo de Niño RIVERA le conjunto fait appel à une autre formation dirigée par Franck EMILIO, "LOQUIBAMBIA" dans laquelle se trouve la toute jeune chanteuse Omara PORTUONDO.

Los Campeones del Ritmo débutent la nouvelle décennie avec quelques modifications de personnel. Mario SORÍ est trompettiste avec Miguel et Alberto; Antonio CEVEDO pianiste. Agustín RIBOT quitte le conjunto en 1951 et laisse la place à Orlando VALLEJO dont le premier enregistrement avec ses nouveaux collègues est le thème "La Cosa" et comme voix soliste le bolero "Cielo y Sol". Orlando CONTRERAS chante un moment avec la formation. VALLEJO quitte celle-ci en 1953 et est remplacé par Leangel "Rolito" RODRÍGUEZ issu du groupe de Luis SANTÍ tandis que la Panart diffuse abondamment les disques des Campeones. Cette même année paraît leur premier 45 trs avec "Candilejas" et " Estás con mango" et le L.P. "A Bailar con el Conjunto Casino".


Armenteros, Gudín, Román aux trompettes; "Patato"Valdés, congas; Álvarez, piano;
Guzmán, bongó; Faz, Espí, Ribot, voix et Doval, contrebasse. 1951

En juillet 1953 le "CONJUNTO CASINO" réalise une tournée en Floride où ils coïncident avec le mexicain Pedro Vargas et la danseuse tahitienne Tongolele. Il joue notamment au Bay Front Park Auditorium de Miami


Roberto Faz et Rolito.
.

 

Le "CONJUNTO CASINO" qui joue aussi au Club Pachin, continue de se produire dans le circuit CMQ et ses prestations sont souvent enregistrées sur des supports qui ne peuvent être commercialisés mais qui offrent de belles possibilités notamment sur la durée des thèmes. Le conjunto en profite pour enrichir les thèmes, en interpréter d'autres non destinés aux disques commercialisés, certains avec des invités. Pour ces prestations radiophoniques le personnel peut varier sensiblement. On peut noter la présence des pianistes Paquito HECHEVERRIA, Rolando BARÓ, qui va devenir l'arrangeur de la formation, des trompettistes Ildefonso SALINAS ou Reinaldo GODINEZ; Bárbaro "Jabuco" VIDAL supplée à "Patato". Ce dernier réalise sur l'enregistrement de "Escucha mi ritmo" un mano a mano avec Roberto FAZ. En 1955 le "CONJUNTO CASINO" enregistre plusieurs disques avec la voix du chanteur dominicain Alberto Beltrán. C'est en 1956 que Roberto FAZ abandonne le conjunto pour organiser sa propre formation. Il entraîne "Rolito". Roberto ESPÍ recrute Felo MARTÍNEZ qui avait déjà travaillé avec le "CASINO" sur les ondes et Fernando ÁLVAREZ.

Ce dernier chante "Humo y Espuma" et " Sancocho e'güesito" en voix soliste; deux thèmes qui marquent la fin de la collaboration du "CASINO" avec la Panart et le retour à la RCA Victor. Il débute avec "Qué sera" avec la seule voix de Fernando et "Influencias" avec René del MAR comme quatrième vocaliste.


Le conjunto sur la station CMQ.

Au terme de plusieurs réorganisations en cette année 1956 le "CONJUNTO CASINO" est formé de Reinaldo GODINEZ, Miguel ROMÁN et Miguel SÁNCHEZ, Ildefonso SALINAS,trompettes; Rolando BARÓ, piano; Rogelio IGLESIAS, bongó; José HERNÁNDEZ, congas; Oscar HERNÁNDEZ, contrebasse. Cette même année SALINAS quitte la formation pour fonder le "CONJUNTO CLUB".
Quatre voix occupent la front line Roberto ESPÍ, Alberto DÍAZ, Fernando ÁLVAREZ et le revenant Alberto RUIZ dont la présence est aussi fugace que l'absence de Felo MARTÍNEZ de retour dès les premières semaines de 1957. Le conjunto est fréquemment à la télévision sur le Canal 6, à la radio pour le programme Fiesta en el Aire. Les années 1957 et 1958 sont marquées par des voyages au Panama où les Campeones montent sur la scène du Club Ritz, du Teatro Presidente..., en Republique Dominicaine et diverses prestations à Miami pour des bailables. Sur les scènes cubaines le conjunto se maintient parmi les groupes vedettes. Les auditeurs peuvent encore l'écouter dans le Show del Mediodía et sur le Canal 4 dans l'émission El Café de la Esquina. Sur le plan discographique cette période est caractérisée par une diversification importante. Le "CONJUNTO CASINO" enregistre pour Panart, Ansonia, Musicalia puis Gema, Maype, Rosell Record... Cette necesité est en fait une manière de faire face à une baisse de popularité face à de nouvelles formations, avec de nouvelles sonorités, qui émergent à la fin de la décennie.

L'entrée des révolutionnaires dans la capitale le 31 décembre 1958 surprend les musiciens au cabaret La Sierra.
D'excellents enregistrements sont de nouveau réalisés au cours de l'année 1959. Ce sont les voix de Orlando, "Felo" et Roberto qui participent au 33trs "Conjunto Casino" comprenant douze titres qui accompagnent désormais ESPÍ. Parmi les titres laissés sur le vynile figurent "Moliendo café" une guaracha-son mais aussi des rumbas, mambos, pachangas... Cette même année le conjunto traverse le détroit pour jouer au Bay Front Park Auditorium.

Il continue également de faire le bonheur de grands solistes, "Laíto" SUREDA, Rudy CALZADO, Celio GONZÁLEZ… y compris "Benny" MORÉ en 1961.

Le Conjunto Casino en 1959.
Espí , derrière le bongosero, Moralés- maracas- et Díaz -campana-.


Photographie Archives Tumbao. Barcelona.

La carrière du "CONJUNTO CASINO" se poursuit -avec de très nombreux changements parmi les musiciens- jusqu'à la retraite de Roberto ESPÍ en 1974.
Le "Papy Boom" incite les vétérans du groupe à remonter sur les scènes au milieu des années quatre-vingt-dix.
Photographie, Revista Tropicana.
La formation, finalement totalement rénovée, profite du papy boom et enregistre en 1999 "Montuno en Neptuno N° 960". Avec la voix de " Chucho" NAVARRO, le conjunto anime les soirées dominicales du Café Cantante de La Havane.
Plus de dix anées plus tard le "CONJUNTO CASINO" enregistre encore "Voy a elevar mi voz" avec la voix d'un jeune chanteur Yamir LUJÁN. La formation présente son disque en 2010 au Palacio de la Rumba.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
* "Canción del Alma", L.H..1941-45, Tumbao TCD 040.
* "Rumba Quimbumba", L.H..1941-1946, Tumbao TCD 030.
* "Rumba en el Patio. Kubavana/Conjunto Casino", L.H..1947-1948, Tumbao TCD 034.
* "Conjunto Casino. En Cumbanchoa", L.H. ~1950, Discmedi DM 058.
* "Campeones del Ritmo", L.H. 1950-60, Egrem 026.
* "Mambo con chachacha", L.H.1953-1955, Tumbao TCD 080.
* "Moliendo café", L.H.1959, Caney CCD 507.


 
Des premiers Jazz bands aux grands ensembles des années cinquante.
>>>>
 
Les Fabuleuses années cinquante.
>>>>

 
Conjunto Colonial.
>>>>
 
Conjunto Senén Suárez..
>>>>
 
Conjunto Matamoros.
>>>>

 
César Portillo de la Luz.
>>>>

.... Tous les groupes ....

<<<<
Casiguaya, Conjunto.
 
 
Casino de la Playa.
>>>>