IRAKERE

Mal à l'aise dans la « ORQUESTA CUBANA de MÚSICA MODERNA » qui n'assume plus son rôle de formation phare de la musique cubaine mais se contente le plus souvent d'accompagner quelques chanteurs solistes, le pianiste Chucho VALDÉS et quelques-uns parmi les membres de la formation ont d'autres préoccupations musicales. Chucho et le percussionniste Oscar VALDÉS Jr. ont de longues discussions sur les racines africaines des musiques cubaines, sur les instruments, les percussions utilisées dans la musique des descendants des yoruba, congo, arará … domaine que connaît bien Oscar et aussi sur le jazz dont "Chucho" a une très grande connaissance. Dans le cadre de la «OCMM » tous deux font partie d'un quinteto qui en 1970 se rend au Jamboree Festival de Varsovie. Ils y font connaître une œuvre de "Chucho" VALDÉS, résultat de ces discussions et recherches : «Misa Negra ». Les jazzmen présents et notamment Dave Brubeck sont impressionnés. Celui-ci les motive.

Le trio de"Chucho" avec Oscar et le contrebassiste Carlos del PUERTO interprète aussi les nouvelles idées en gestation.

Le quinteto de "Chucho" Valdés.

Au cours de l'année 1972 "Chucho" VALDÉS franchit le pas et rassemble les plus jeunes et les plus enthousiastes des musiciens de la «OCMM » pour former un groupe. Ils s'isolent pour travailler et baptisent la formation d'un nom yoruba  : « IRAKERE ». C'est à Santiago de Cuba qu'ils font leur première apparition, au début de 1973, en toute discrétion, sur les ondes de CMKC et au club San Pedro del Mar. Outre "Chucho" , les premiers musiciens intégrant « IRAKERE » sont Paquito d'RIVERA , saxophone alto ; Jorge VARONA , trompette ; Carlos Emilio MORALES, guitare ; Carlos del PUERTO, basse électrique ; Bernardo GARCÍA , batterie ; « El Tato » ALFONSO et Oscar VALDÉS, percussions .


Chucho Valdés.


Une des premières moutures de Irakere.
Oscar, Paquito, "El Niño" ( qui remplace "El Tato") , Chucho, Carlos Averoff,
Carlos del Puerto, Jorge, Carlos Emilio, Enrique Plá.
Photographie Revue Salsa N°20

Au fil des répétitions et un peu par jeu surgit l'idée de mettre des paroles sur certains thèmes qui ne devaient qu'être des thèmes instrumentaux.  Naît ainsi « Bacalao con Pan » avec la voix de Oscar VALDÉS  qui, à son corps défendant, se transforme rapidement en chanteur de l'orchestre.



Concert de Irakere en 1974. Chucho Valdés, piano; Enrique Pla, batterie.
Oscar Valdés, batá, chante "Bacalao con Pan".

En 1974 « IRAKERE» affronte le public de la capitale avec bien entendu le thème qui, éloigné de la musique que se proposait de faire "Chucho" VALDÉS au départ, va devenir le succès du groupe à cette époque : «Bacalao con Pan ». Carlos AVEROFF, saxophone ténor,  fait désormais partie de la formation. Plusieurs thèmes sont enregistrés cette année-là dont « Quindiambo » sur lequel s'illustre Carlos del PUERTO.

Au fil des concerts, comme par exemple au Salon Mambí du Tropicana, dans la partie accessible aux cubains, et au moyen de ces thèmes dansants que la formation a à son programme, « IRAKERE » parvient à faire entrer le public dans son jeu et à lui faire entendre et apprécier ses recherches musicales sur l'étude et l'emploi des rythmes ancestraux. La reprise fréquente du traditionnel 6/8 donne une originalité certaine au Jazz irakerien.

Au cours des mois qui vont suivre "Chucho VALDÉS incorpore de nouveaux noms à son groupe, le batteur Enrique PLÁ ; le trompettiste Arturo SANDOVAL qui va former avec VARONA un duo de trompette historique et inégalé dans l'histoire de la musique cubaine qui prend la succession de la célèbre paire Calixto LEICEA et Pedro KNIGHT les trompettistes historiques de la "SONORA MATANCERA".

....
..... 1973-1978 Areito 4004 ......... et ... .... 1974 Irakere Areito 3420


En 1976 le groupe est en Pologne pour le Jamboree, en Finlande -où nait sous le saxophone de d'RIVERA le thème "Chekeré Son"-; en Italie; en Allemagne et en Europe de l'Est.

Le concert donné au Teatro de la CTC en 1977 offre un répertoire éclectique qui séduit le guitariste Leo BROUWER qui prend rendez-vous pour un travail commun.

 

Finlande 1976. Paquito et Chucho Valdés.


1977. Concert au Teatro Mella.

Cette année, un événement marque la vie du groupe. Dans le cadre d'un projet officiel, des musiciens américains se rendent à La Havane. Il y a parmi eux, Dizzy Gillespie, Stan Getz, Thad Jones, Ray Mantilla, David Amram Oscar VALDÉS reçoit chez lui à Marianao Dizzy Gillespie qui a réclamé une descarga dès son arrivée et que SANDOVAL est allé chercher au bateau. Oscar rassemble musiciens, instruments, cervezas … pour satisfaire Dizzy . AVEROFF se loue une chambre dans l'Hôtel où sont logés les américains pour mieux les côtoyer. A l'Hôtel Havana Libre se tient une répétition de « IRAKERE ». Les musiciens américains s'y présentent et avec plusieurs membres de « IRAKERE » improvisent une jam's. AVEROFF prête son saxophone à Stan Getz qui le conserve toute la soirée. Dizzy, Earl Hines … y participent.
Le soir au Teatro Mella se déroule un concert. Là encore plusieurs musiciens cubains montent sur scène et parmi eux Paquito d'RIVERA, Oscar VALDÉS, Arturo SANDOVAL qui interviennent avec le groupe du pianiste David Amram sur la composition de ce dernier « En Memoria de Chano Pozo ».

La formation cubaine est de nouveau dans les studios en 1978. Ils sont désormais onze musiciens. « El Niño » ALFONSO a remplacé son frère aux percussions et Armando CUERVO est embauché pour des parties vocales et les percussions.

«IRAKERE » est invité en Jamaïque, au Canada puis au Carnegie Hall pour le Festival de Newport. C'est pour le grand public une découverte. « IRAKERE » joue à Washington et dans plusieurs villes des Etats Unis avant de se rendre au Festival de Jazz de Montreux. Le groupe remporte un Grammy historique avec le disque enregistré à Newport et Montreux

Festival de Newport 1978.


L eo Brouwer avec Chucho Valdés et Irakere au Teatro K. Marx. Septembre 1978.


Au cours d'une autre tournée, le groupe enregistre à Belgrade plusieurs titres dont le «Iya» de SANDOVAL.

Peu avant, à Cuba, « IRAKERE » se produit au Teatro Karl Marx avec le guitariste Leo BROUWER. Encore une fois le succès est tel que les trois jours de concert ne suffisent pas et qu'il faut la semaine suivante répéter les trois soirées qui seront enregistrées et constitueront le disque « Irakere. Leo Brouwer » .


Jaquettes de L.P. de Irakere 1978

"Juana 1900". >>>>

Au début de l'année 1979, les musiciens américains sont de nouveau dans l'île. Lors d'un concert au Teatro Karl Marx « IRAKERE  » interprète plusieurs thèmes dont certains verront le jour à travers deux disques retraçant l'événement.

....

Puis «IRAKERE » réalise une grande tournée à travers les Etats Unis et enregistre pour la Columbia. « IRAKERE  2 », nominé l'année suivante pour les Grammies; se présente au Festival International de Jazz de Mexico et en Amérique Latine.


La formation au cours de la tournée aux USA en 1979 .


La musique de « IRAKERE » est bien issue d'un creuset où se sont fondues, de manière consciente et inconsciente, toutes les racines cubaines et afro-cubaines à laquelle VALDÉS et tous ceux qui ont participé aux premières recherches musicales ont incorporé les plus importantes conquêtes musicales de la musique internationale, en particulier celle issues de la musique européenne et du Jazz. En outre « IRAKERE » a su tirer des instruments, trompettes et saxophones toutes les richesses sonores qu'ils sont capables de produire, rejoignant le travail accompli plus de trente ans auparavant par Mario BAUZÁ .


La formation durant la tournée aux Etats Unis en 1979.
Armando Cuervo en bas à droite à rejoint Irakere.

Le groupe participe au premier Festival Jazz Plaza organisé en 1979 par Bobby CARCASSÉS.
La fin de la décennie est marquée par le départ de Paquito d'RIVERA puis par celui de Arturo SANDOVAL qui forme son propre groupe.

De nouveaux musiciens entrent dans « IRAKERE » : Germán VELAZCO, saxophone alto et soprano puis José Luis CORTÉS, flûte; José Miguel "El Greco"   et enfin Juan MUNGUÍA, trompette. « IRAKERE » devient un véritable centre de formation à travers lesquels vont passer des instrumentistes qui deviendront presque tous des chefs de file de la musique cubaine, traditionnelle ou de jazz…

Oscar Valdés, Carlos del Puerto, Jorge Mungía, Enrique Plá, "El Niño" Alfonso, José Luis Cortés, Germán Velazco, Carlos Averoff, Chucho et Carlos Emilio. Le groupe de tel qu'il se présente après les départs de Paquito et de Arturo.
Il y manque Varona.

 

Au cours de l'année 1980, après avoir enregistré à La Havane, «IRAKERE » se rend au Japon dans le cadre d'une coopération intergouvernementale et se présente au public nippon. Il y reste un mois au cours duquel plusieurs enregistrements voient le jour; « Encuentro » rassemblant les thèmes du japonais Chikara Ueda ; « Cuba Libre » et « El Coco » rassemblant les prises live effectuées durant le séjour.

El Coco. 1980.

La Suède, le Danemark, l'Allemagne accueillent le groupe la même année. « IRAKERE » part en tournée au Mexique, tournée au cours de laquelle les musiciens se livrent à des  descargas  quotidiennes dans les clubs aztèques.

Au Venezuela en 1981 la formation joue à Maracaïbo et au Poliedro de Caracas. Miguelito CUNÍ chante avec l'orchestre.
Comme à son habitude « IRAKERE » interprète sa musique mais aussi de la musique dansante qui fait l'objet d'un nouveau disque enregistré à Cuba : « Para bailar son los Irakere ». Paris, Lisbonne, Madrid sont aussi au programme. «IRAKERE » termine l'année à Puerto Rico pour un Festival historique au cours duquel les Cubains ont l'occasion de jouer aux côtés de « Dizzy » Gillespie mais aussi de « Patato » VALDÉS , «Tata » GÜINES , Tito Puente , « Mongo » SANTAMARÍA , Dave Valentín … Le groupe se produit avec la « Fania All Stars  » et « Weather Report  » dans des rencontres USA-Cuba aux Etats Unis et de nouveau à Puerto Rico en 1982 pour le Kool Jazz Festival .

"Chekeré Son". >>>>


Vénézuela 1981. Miguelito Cuní et Irakere.

« IRAKERE » se déplace en France en 1983. Le public est conquis et le disque « Calzada del cero » enregistré peu avant à Cuba est aussi édité en France sous le titre « Le Chemin de la Colline  ». Diversifiant ses enregistrements pour le public "Chucho" VALDÉS et son groupe offrent deux plages d'exception « Tema de Chaka » et « Homenaje a Charles Mingus ».

La formation participe au Festival International de Varadero et au IV° Festival Jazz Plaza de La Havane. Un Festival auquel « IRAKERE  » participera désormais régulièrement.

L'année 1985 est quant à elle riche en enregistrements et d'excellents thèmes voient le jour : « Estela va a estalla  », « A Chano Pozo », « Tierra en trance », « Ruta 43 », « Quince minutos  »…

.... ....
Disques de 1985.

Une tournée en Europe conduit «  IRAKERE  » en Allemagne à la fin de 1986. C'est là que le groupe réalise son premier enregistrement numérique et interprète, accompagné du grand orchestre à cordes de Stuttgart, les quatre parties de la « Misa Negra ».

........ "Concierto para metales".

L'événement a un grand retentissement en Europe et l'année suivante « IRAKERE  » est invité au Ronnie Scott's Club de Londres. Mais cette année est aussi celle des bouleversements pour le groupe de "Chucho" VALDÉS .
« El Niño » ALFONSO disparaît tragiquement puis CORTES et AVEROFF quittent l'orchestre.

 

"Chucho" recrute de jeunes musiciens et travaille d'arrache pied pour intégrer en un ensemble homogène nouveaux et anciens. La nouvelle mouture de « IRAKERE » inclue Orlando VALLE, flûtiste, mais qui va devenir aussi le maître des claviers ; César LÓPEZ , saxophoniste et flûtiste ; Javier ZALBA saxophoniste ; Manuel MACHADO, trompette ; Carlos ALVARÉZ , trombone et voix. Seul VARONA assure pour les cuivres la continuité de « IRAKERE ». "Chucho" appelle également Miguel « Angá » DIÁZ pour remplacer « El Niño ». Au début de 1988, c'est en République Dominicaine que la nouvelle géométrie de la formation subit le baptême du feu. Le jeune Orlando « Maraca » VALLE offre un thème au répertoire « Las tres carabelas ». C'est aussi le moment choisi par "Chucho" pour faire évoluer la formation sur le plan des harmonies, des sonorités avec l'utilisation systématique des synthétiseurs et claviers électroniques les plus sophistiqués : Yamaha RX5 et DX 7 2. L'Europe succède à la République Dominicaine et « IRAKERE » parcourt l'Espagne, la Norvège, la France pour le Festival des Caraïbes, joue au New Morning, part en Italie et retourne au Ronnie Scott à Londres.

Orlando Valle le nouveau flûtiste de Irakere.

Les nouveaux thèmes fétiches deviennent « Changó », « Xiomara », « El Guayo de Catalina »… Ils sont enregistrés. Au retour d'Europe Jorge VARONA disparaît. « IRAKERE » se présente au X° Festival Jazz Plaza 1989 qui rend hommage à VARONA , permet au groupe de briller dans sa nouvelle composition avec la trompette de Juan MUNGUÍA. Le groupe s'y produit avec l'Orchestre Symphonique de Cuba pour un « Homenaje a Charlie Mingus  » et pour le « Concierto de Aranjuez ». Quatre de ses membres accompagnent également une prestation de Max Roach .

Enrique Plá et Max Roach. Jazz Plaza 1995.

"Changó". >>>>

Un des moments forts de l'année 1990 reste le voyage au Chili où "Chucho" et « IRAKERE  » étrennent « Fantasia Andina» et offrent un de leurs meilleurs concerts avec Silvio RODRÍGUEZ au Stade National de Santiago de Chile. La tournée européenne de 1991 permet à « IRAKERE » de réaliser un nouvel enregistrement live au Ronnie Scott de Londres. Des thèmes importants figurent sur le disque Live  : « Neurosis », « M. Bruce », « Claudia »… A cette occasion"Chucho" VALDÉS renforce le pupitre des trompettes en engageant Adalberto MORENO et Carlos AVEROFF retrouve la formation.


De 1987 à 1991 Irakere enrregistre plusieurs disques au Ronnie Scott.

A Cuba la situation devient difficile. L'Union Soviétique démantelée, la Russie retire son soutien économique à Cuba et l'île est à l'agonie. Le tourisme dynamisé pour soutenir l'économie cubaine permettra pourtant aux visiteurs de mieux connaître la musique cubaine et, face à l'engouement européen, les professionnels du spectacle feront jouer de nombreux groupes en Europe. « IRAKERE  » peut survivre grâce à son talent et à cette situation.
MORENO
, MACHADO abandonnent leurs collègues en 1992 puis c'est au tour de Orlando VALLE en 1994.

Si "Chucho" décide de se passer de flûtiste il engage Adalberto LARA comme second trompettiste. La sœur de "Chucho", Mayra Caridad VALDÉS entre dans « IRAKERE » comme chanteuse et pallie ainsi à la sortie en 1994 de Oscar VALDÉS qui part former son propre groupe. A plusieurs reprises entre 1994 et 1996 «CHANGUITO » joue ponctuellement avec la formation. Le groupe cubain est au Venezuela en 1994, ainsi qu'au Canada pour le Festival de Banff , au Carnaval de Barranquilla avec deux présentations historiques au Rincón Latino et au Club Campestre et à Los Ángeles en 1995, année qui voit de nouveau « IRAKERE  » en Colombie d'où la formation ramène le fameux trophée  Congo de Oro .

Tous ces départs successifs auxquels s'ajoutent celui de « Angá » DÍAZ et de nouveau celui de AVEROFF annoncent une nouvelle période durant laquelle « IRAKERE », sans nécessairement perdre de ses qualités va voir tourner fréquemment ses effectifs et "Chucho" VALDÉS redoubler d'efforts dans ses tâches de gestionnaire de l'orchestre.

« IRAKERE » poursuit ses tournées et obtient un immense succès en Angleterre, en Espagne, en 1996; joue à Cuba avec le brésilien Ivan Lins avec un enregistrement live à la clé et part pour le Brésil où est enregistré « Boleros Inigualables ». Autour de "Chucho" reste la vieille garde, Carlos EMILIO, Carlos Del PUERTO, Enrique PLÁ et les nouveaux sont : les trompettistes Mario FERNÁNDEZ et Basilio MÁRQUEZ ; les saxophonistes Alfredo THOMPSON et César LÓPEZ ; les percussionnistes José Miguel MELÉNDEZ et Andrés MIRANDA . Mayra est définitivement la voix de la formation cubaine qui va l'année suivante jouer à Puerto Rico, en Europe au North Sea Festival , à Montreux et de nouveau au Ronnie Scott

«IRAKERE » enregistre en 1997 deux disques importants dans deux configurations différentes. «Yemaya » compte sur la participation des musiciens ci-dessus mais les rotations se poursuivent. "Chucho"offre à Carlos EMILIO un partenaire en introduisant une seconde guitare, celle de Jorge Luis « Chicoy» VALDÉS .

.....

Et le disque « Cantata a Babalú Ayé », pour lequel le groupe de Lázaro ROS est également invité pour un thème, rassemble Maikel ANTE et José Miguel MELÉNDEZ pour les parties vocales, ce dernier également percusionniste avec Adel GONZÁLEZ ; Carlos EMILIO et Jorge Luis « Chicoy » VALDÉS qui tiennent les guitares. Deux nouveaux et jeunes saxophonistes Román FILIÚ et Irving ACAO apparaissent dans la formation. Basilio MÁRQUEZ est assisté d'une autre promesse cubaine: Julio PADRÓN. Jorge REYES a remplacé Del PUERTO et PLÁ reste le batteur.

Ces deux disques marquent pour « IRAKERE  » une nouvelle étape au cours de laquelle le groupe ne sera plus la préoccupation majeure de "Chucho"VALDÉS qui renoue avec une carrière personnelle et avec son cuarteto. Les tournées restent fréquentes et les Cubains jouent en Espagne en 1998; aux Etats Unis, régulièrement, avec une belle présentation en 1999 au Wisconsin Theater mais ils voient leur concert annulé à Miami. « IRAKERE » se présente en France, notamment au Festival de Jazz de Marciac en 1999. Le percussionniste Yaroldy ABREU rejoint les musiciens de "Chucho" et les claviers sont bientôt tenus par PÉREZ GONZÁLEZ .


L'année 2001 est l'occasion pour « IRAKERE  » de jouer au JazzFest de Puerto Rico, à Boston , Palm Beach...
Si « IRAKERE  » parcourt la planète, l'orchestre ne délaisse jamais le public de l'île et donne fréquemment des concerts comme pour le Festival Matanzas Jazz Session de 2003 et La Havane où les amateurs découvrent à côté de MÁRQUEZ un nouveau trompettiste Alexander ABREU ou encore en 2004 pour l'inauguration du nouveau club de jazz de la capitale le Irakere en lieu et place de l'ancien Johnny's Club où  "Chucho" et ses hommes interprètent outre les grands classique « Juana 1600  », « Estela va a estallar  »… une mémorable version de « Giant Steps  ». Le groupe y présente lors de l'inauguration le disque qui célèbre ses trente années d'existence. Les havaneros peuvent encore l'écouter à l'occasion du Cubadisco de cette année. Plusieurs anciens musiciens rejoignent la formation durant l'été au Ronnie Scott pour fêter cet anniversaire.

Irakere fête ses trente ans.

« IRAKERE  » participe également lors d'une tournée en Europe à la célébration du 45° anniversaire du Ronnie Scott et joue au Festival de San Sebastián. Le Japon réserve un accueil exceptionnel aux musiciens et de véritables ovations saluent les solos de César LÓPEZ et Mayra Caridad . Pour le Festival Jazz Plaza 2004 le saxophoniste Orlando SÁNCHEZ intègre la formation.

Si depuis que "Chucho" VALDÉS a renoué avec une activité pianiste personnelle plus intense et avec son cuarteto, la vie de « IRAKERE  » s'est sensiblement ralentie, le groupe continue d'enregistrer auprès du public un succès considérable. On l'entend pourtant toujours à travers le monde. VALDÉS et le groupe sont en France en 2005 et y retrouvent sur scène, le temps d'un thème -« Conga carnaval »-, un ancien membre « Angá » DÍAZ.

Alors que l'on annonce la participation du groupe sur la scène du Jazz Plaza 2009 pour son 36° anniversaire, c'est avec une nouvelle formation "AKOKÁN" que VALDÉS se présente.

© Patrick Dalmace

;;;; ... ..

 

 

 

 

 

Discographie sélectionnée:
* “ Irakere. Teatro Amadeo Roldán. Recital”, L.H.1974, Irakere Vol. I , Egrem 145.
* “ Grupo Irakere. Irakere”, L.H. 1976, Irakere Vol. III , Egrem 147.
* “ Irakere, Leo Brouwer”, L.H. 1978, Irakere Vol. II , Egrem 146.
* “ Irakere. From Habana with Love ”, Belgrade 1978 West Wind 2223.
* “ Chekeré Son” , USA 1979, Vampisoul 032.
* “ Irakere. Selección de éxitos 73-78”, L.H. 1980,   Irakere Vol. IV, Egrem 148.

* “ Para Bailar Son los Irakere. L.H. 1980, Irakere Vol. V , Egrem 149.
* “ Irakere & Trabuco, En Vivo”, Caracas 1981 , Integra 10039.
* “ Irakere. Irakere”, L.H. 1982, Irakere Vol. VI , Egrem 150.
* “ Calzada del Cero ” L.H. 1983, Irakere Vol.VII , Egrem 151.
* “ Tema de Chaka”, L.H. 1983, Irakere Vol.VIII , Egrem 152.
* “ Bailando Así”, L.H. 1985, Irakere Vol. IX , Egrem 153.
* “ Tierra en Trance”, L.H. 1985, Irakere Vol. X , Egrem 154.
* “ Quince minutos”, L.H. 1986, Irakere Vol. XI , Egrem 155.
* “ Irakere. Misa Negra”, Allemagne 1986, Messidor 15972-2.
* “ Irakere. Exuberancia”, Londres 1988, Jazz House Cd 009.
* “ Irakere. Felicidad”, Londres 1989, Jazz House Cd 009.
* “ Irakere. Live at Ronnie Scott's” Londres 1991, World Pacific CDP 0777 7 805982 0.
* “ Irakere. Indestructible”, Caracas 1994, Art Color 501 36010 A
* “ Irakere. Afrocubanismo. Live, Canada 1996, Bembé 2012.
* “ Ivan Lins, Chucho Valdés & Irakere”, Live L.H. 1996, Egrem 220.
* “ Irakere. Boleros Inigualables”, Brésil 1996, Egrem 221.
* “ Irakere. Yemayá” L.H. 1997, Egrem 226.
* “ Irakere. Cantata a Babalú Ayé”, L.H. 1997, Egrem 290.
* “ Irakere. 30 años“, L.H. 2004, Egrem 645.

In * “ Havana Jam I & II”, L.H. 1979, Columbia 36053 et 36180.

 
Cuba et le Jazz. Le Jazz dans l'île..
>>>>
 
Cuba et le Jazz. Aujourd'hui le Jazz ..
>>>>

.... Tous les groupes ....

<<<<
Invencible, Estudiantina.
 
Charanga de Doña Irene.
>>>>