PAISÁN, Inaudis (Santiago de Cuba 1932-2014)

Le père de Inaudis est tabaquero et musicien. Il joue même du saxophone dans l'orchestre de Mariano MERCERÓN. C'est lui qui offre son premier cornet à Inaudis lorsqu'il a huit ans et lui inculque les premiers rudiments de musique. Il est bien connu que le chant est la principale activité dans les fabriques pour les rouleurs de cigares et c'est en accompagnant son père qu'il complète ses connaissances. Après l'école on le voit aussi traîner derrière les trompettistes de rue  de Santiago de Cuba.


Inaudis PAISÁN a quatorze ans lorsqu'il a l'opportunité de jouer avec le tresero BORGELLA , futur directeur du " Septeto CAUTO ".
Ses qualités sont remarquées et rapidement il rejoint les plus importantes formations santiagueras. Il intègre ainsi les orchestres « MARACAIBO », « José CASTAÑEDA », « ACTUALIDADES »  , « MARAVILLAS de BELTRÁN » en 1945 puis joue dans l'orchestre attitré du Copa Club. Au club il fait la connaissance de Pacho ALONSO qui fréquemment est la vedette du lieu avec ses « MODERNISTAS ». Il y a trois trompettes dans l'orchestre mais Inaudis est souvent invité à les rejoindre.
Sa carrière prend un autre cap lorsqu'il entre à la fin des années quarante dans le grand orchestre « CHEPÍN-CHOVÉN ». PAISÁN et la formation parcourent l'île durant une dizaine d'années et jouent fréquemment à La Havane. Alors que le Tipo jazz band joue pour la télévision en 1958, Inaudis est remarqué par Antonio MACHÍN de passage à Cuba. Antonio le fait jouer dans sa formation, l'invite à le suivre en Espagne mais le trompettiste refuse.


Inaudis PAISÁN rentre à Santiago de Cuba où il s'intègre en 1959 à la Banda Militar de l'Armée Rebelle. Il continue de collaborer avec CHEPÍN lorsque la formation est dans la province d'Oriente ou pour les enregistrements de 1960 pour lesquels il écrit «Diamante negro». En 1962 Inaudis entre dans l'Orchestre Symphonique d'Oriente. Ceci implique qu'il étudie la musique et il entre au Conservatoire, obtenant un bon niveau lui permettant même de composer. Pour l'orchestre il écrit «Magalis», «Mirurgia para un flautista» mais aussi des thèmes de musique populaire, notamment des danzones, «Belquis », «Ludmilla», «Norma la Madrileña » et même des Sones comme «Odelaine».


PAISÁN retourne au sein de la « ORQUESTA ORIENTAL de CHEPÍN » à l'occasion du Festival du disque de Santiago de Cuba de 1972. Pour le disque El regreso de Chepín - Orquesta de Chepín Chovén Inaudis réalise tous les arrangements. Il suit la formation à La Havane avant de réintégrer la Sinfonica en 1977. Parallèlement il est aussi trompettiste au sein de la Banda Municipal de Santiago.


En 1991 l'historique « ESTUDIANTINA INVASORA » l'appelle. Il en devient peu après le directeur.
C'est alors un âge d'or pour la musique cubaine qui s'ouvre et Inaudis entraîne la estudiantina à travers la Caraïbe, l'Amérique du Sud, l'Europe. En 1999 à Séville lors des  Encuentros del Flamenco y del Son, il joue sur la tombe de Antonio MACHÍN.
Inaudis collabore ponctuellement avec "Los JUBILADOS" à la fin de la décennie.

 

Inaudis Paisán pour ses premiers moments avec la Estudiantina Invasora.

Lorsque la formation n'est pas en tournée Inaudis PAISÁN est un assidu de la Casa de la Trova  de Santiago de Cuba.
Cultivé, connaisseur de l'histoire des musiques de son pays et possesseur d'un grand vécu musical PAISÁN dans son fief de la Casa de la Trova fait autorité et est incontournable pour qui veut apprendre.
Ce rôle, associé à ses qualités de trompettiste, l'on conduit à interpréter en 2003 son propre rôle dans le film de Karim Dridi Billon, Cuba Feliz.


Paisán, au centre. Scène du film "Cuba Feliz".



Il n'hésite jamais à accompagner les acteurs de la scène musicale de la ville et au delà.
Ainsi il est en France en 2004 avec le duo « Hermanas FAEZ ». Il enregistre en 2005 avec la petite fille de MERCERÓN, Ludmilla .

 

A la Casa de la Trova avec Las Perlas en 2004....

.... en 2005 avec Ludmilla Mercerón.


Directeur de la estudiantina, PAISÁN conduit sa formation dans les studios en 1996 pour féter les 70 ans de celle-ci puis en 2000 pour le disque "Tirame la pelota María". Puis à titre personnel il enregistre en 2004 "Al estilo de Paisán". Il récidive avec un second volume en 2007.

Toujours actif à Santiago de Cuba Inaudis fait voyager son groupe dans la dernière moitié de la première decennie. Au cours de l’année 2012 Inaudis conduit la « ESTUDIANTINA INVASORA » en studio pour enregistrer les douze thèmes de « Aguanta ahí ». Parmi ceux-ci des sones et des boleros de Ángel ALMENARES « Cajón de muerte » ; de  Luis MARQUETTI, « Ya nunca más » avec la voix de Eva GRIÑAN.  La voix du « SEPTETO NACIONAL » « El Raspa » RODRÍGUEZ intervient sur « Qué noche tan linda » et celle de Reinaldo CREAGH sur “En faso”, une composition de Graciano GÓMEZ


Paisan et ses partenaires pour la présentation de Aguanta Ahi au Patio Artex.

En juillet PAÍSAN présente le disque lors du Carnaval de Santiago au Patio Artex. Pour l’occasion il joue et chante avec autour de lui Humberto BISSET, voix et maracas ; José CABRERA, voix et claves; Geovani RODRÍGUEZ, tres; Alfredo FABAR et  José Luis LOZADA, guitares ; Juan Carlos ZAMBRANO, timbales  et Osvaldo CALDERÍN, contrebasse.

Toujours actif au sein de la " ESTUDIANTINA INVASORA" ou descargando à la Casa de la Trova Inaudis reste présent dans le monde musical santiaguero jusqu'à sa disparition en août 2014.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
* "Al estilo de Paisán", Santiago de Cuba, 2004, Egrem CD S 040.
* "Al estilo de Paisán", Santiago de Cuba, 2007, Egrem CD S 887.

* In "Estudiantina Invasora. 70 años y estamos como ayer!" , L.H. 1996, Magic Music 75099.
* IN "Estudiantina Invasora.Tirame la pelota María", Santiago de Cuba 2000, Egrem 429
.

Santi Garay.
>>>>

....Biographies....

O
<<<<
 
 
Palais, Virgilio.
>>>>