BARROSO, Abelardo (La Havane 1905-1972)

Abelardo BARROSO est né dans le quartier pauvre, mais riche sur le plan musical de Cayo Huso. La famille est trés nombreuse et le père est tabaquero. A l'école Abelardo a comme amis Andrés LAFERTÉ et Ernesto MUÑOZ deux précieuses connaissances puisqu'il deviendront chefs d'orchestres. Trés jeune il doit gagner sa vie et devient cireur de chaussures, cheminot puis patineur, boxeur, joueur de base ball..., chauffeur. Et c'est en conduisant les musiciens du "SEXTETO HABANERO" qui se produit au Vedado Tennis Club de la capitale que ceux-ci, en l'écoutant chanter, le recrutent pour leur sexteto.


A vingt ans Abelardo BARROSO entre donc comme chanteur dans le groupe et enregistre quatre plages: "Maldita Timidéz ", "Caparrita", "No me desprecies mujer ", "Loma de Belén"...


Abelardo, second à gauche, avec le Sexteto Habanero en 1925.


Abelardo qui durant toute sa carrière fera preuve d'une grande instabilité rejoint l'année suivante le "SEXTETO BOLOÑA" et part avec cette formation à New York pour y enregistrer seize thèmes.

Il revient au début de 1927 au sein du "HABANERO" qui entre-temps est devenu un septeto pour de nouveaux enregistrements dont "La Chambelona".

 

Abelardo avec le Sexteto Boloña en 1926.

 


L'excellence de sa voix en fait un chanteur de Son trés convoité à une époque où le genre commence à conquérir la capitale et l'occident de l'île. C'est ensuite au tour de Ignacio PIÑEIRO de l'engager en 1928 d'abord avec le "SEXTETO HABANA SPORT" pour enregistrer à New York des thèmes qui seront édités sous le nouveau nom du groupe le "SEXTETO NACIONAL". C'est alors un va et vient entre les deux groupes selon les enregistrements à effectuer. Avec le "HABANERO" on l'entend dans "Alza los pies congo", "Ay Mama Iñez"... avec le "NACIONAL" également "Ay Mama Iñez", "Viva el Bongó"... Abelardo rejoint aussi Nené ENRIZO avec qui il chante et fonde un éphémère septeto, le "SEPTETO PIC NIC" dont fait aussi partie MACHITO. Alors que le septeto de PIÑEIRO part pour la Feria de Seville en 1929 BARROSO prend la même direction mais s'incorpore à la compagnie de variétés "Salmerón". Il parcourt ainsi une large partie de l'Espagne.


La charanga López-Barroso.


Au retour il forme, de nouveau avec ENRIZO, le "SEPTETO AGABAMA" qui joue au cabaret La Fantástica avec Alfredito VALDÉS comme seconde voix et CHAPOTTÍN au cornet. Avec l'orchestre de Ernesto MUÑOZ de 1931 à 1933 il commence à chanter des danzonetes sur les ondes des radios et principalement la CMBS. Sa voix est telle qu'il s'adapte instantanément au genre. Il interprète entre-autres thèmes "El viandero", "Tamarindo fresco"... Abelardo devient le rival direct de la grande voix du danzonete du moment, Fernando COLLAZO.

Il forme en 1933 avec Orestes et Israel LÓPEZ la "Charanga LÓPEZ-BARROSO" avec laquelle il popularise le thème "El huerfanito". Mais la vie du groupe est éphémère. Abel BARROSO dirige en effet parallèlement une formation sonera, le "SEXTETO UNIVERSO" et la double tâche est impossible. En 1935 la charanga disparait.



Toujours dans l'instabilité Abelardo BARROSO fonde l'année suivante le tout aussi éphémère "SEXTETO PINÍN" attaché à la marque de rhum du même nom.

BARROSO chante dans les académies avec successivement l'orchestre Calixto ALLENDE puis celui de Andrés LAFERTÉ en 1936, gagnant ses succès avec "La Milonga", "El panquelero"... Il rejoint Everardo ORDAZ en 1937.
A la mort de Fernando COLLAZO en 1939 Abelardo rejoint l'espace d'une année "La MARAVILLA del SIGLO" pour assurer à la formation son heure quotidienne sur radio COCO et également le cuarteto de "Nené" ALLUÉ.
Puis la carrière de BARROSO commence à décliner dans les années quarante. Il passe par quelques autres ensembles, chante comme soliste dans les cabarets, est engagé par Radio RHC ce qui lui permet dechanter avec le "CONJUNTO AZUL" de POZO. Il entre dans la "Banda de la Policía Nacional" en 1948 ce qui lui assure une subsistance économique.


En 1954, alors qu'il travaille sur le port de la capitale, inspiré par le fait que le chanteur "Cheo" MARQUETTI enregistre un thème avec la "ORQUESTA SENSACIÓN", Abelardo demande à son tour au directeur du groupe, RolandoVALDÉS, d'enregistrer un thème. Il chante "En Guantánamo" et le succès du morceau, qui inonde les victrolas de l'île, relance la carrière de BARROSO avec la "SENSACIÓN". La mode est au chachacha et Abelardo de sa voix puissante conquiert de nouveau le public avec ce rythme qu'il interprète aussi bien que le Son avec l'orchestre. Il obtient en 1955 un disque d'or avec cette formation qui continue d'enregistrer et de se présenter régulièrement avec lui. Au milieu de la décennie il enregistre avec le conjunto de Severino RAMOS et en 1957 avec le conjunto "GLORIA MATANCERA" et chante également pour l'orchestre de danse du cabaret Sans Souci.


Barroso probablement avec les musiciens de la Gloria Matancera.

"Cheo" MARQUETTI le remplace en 1957 au sein de la "SENSACIÓN" mais pour les enregistrements et les grandes occasions Abelardo BARROSO revient au sein de la formation avec laquelle il voyage au Venezuela, à Miami, New York en 1960... Il parcourt l'île et participe à toutes les fêtes de Carnaval. A la fin de la décennie il souffre de la gorge et est opéré en 1967. Il se maintient toutefois avec la "ORQUESTA SENSACIÓN". En 1970 il chante pour la célébration du 50° anniversaire du "SEPTETO HABANERO". Abelardo BARROSO disparaît en 1972.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
In * " Sexteto y Septeto Habanero, Grabaciones completas ", N.Y. & La Havane 1925-1931, Tumbao TCD 300 (Vol 1, 2 3).
In * " Echale Candela ", N.Y.1926, Tumbao, TCD 060.
In * " Sexteto Nacional, Primeras Grabaciones ", N.Y. 1927-28 Tumbao TCD 097.
In * " Ignacio Piñeiro and his Septeto Nacional ", La Havane 1928-30, Tumbao TCD 019 (plages 15,16,17)
* " Abelardo Barroso con la Orquesta Sensación. No hay como mi son ", L.H. 1954-56, Caney 514.

 
Les années trente à La Havane.
>>>>
 
Les Fabuleuses années cinquante.
>>>>

....Biographies....

<<<<
Barreto, Guillermo.
 
 
Bauzá, Mario.
>>>>