Orquesta ENSUEÑO

Fondée par Guillermina FOYO et ses sœurs Blanca, Amelia, Estela, Ana, Elisa , la « ORQUESTA ENSUEÑO » exclusivement composées de jeunes femmes fait irruption dans le panorama musical de La Havane en avril 1930 à La Terraza Central, cabaret du quartier de La Víbora. La formation est un Tipo Jazz Band d'une douzaine d'instrumentistes - parfois plus-. En mai elles se font entendre en direct sur la station radiophonique CMW ainsi qu'au Teatro Tosca où l'orchestre accompagne plusieurs voix notamment pour "Negra Soy". Les jeunes femmes interprètent aussi "Lamento Esclavo". Aux côtés des soeurs FOYO on trouve les soeurs Mercedes et Luisa GARCIA CANO, Margarita VENTOSA et Raquel ALDERETE.
Au milieu de 1931 Guillermina conduit ses partenaires à Guïnes pour animer une fête d’anniversaire.


Une des premières photographies de la Orquesta Ensueño. 1930
.

En janvier de 1932 la formation de Guillermina se présente au Teatro Fausto lors d’une fête regroupant de nombreux artistes et vedettes de la scène puis elle est invitée au cinéma Moderno et joue ensuite à la Bombonerie La Tosca. A ce moment la « ORQUESTA ENSUEÑO » compte dans ses rangs les sœurs FOYO, Guillermina, violoniste et chanteuse ; Estela, batterie et timbales ; Ana, saxophone ; Elsa, trompette et maracas ; Blanca ; trombone.  A leurs côtés figurent Mercedes et Luisa GARCÍA CANO, respectivement saxophone et banjo ; Nena MOLINA, guitare ; Margot LLANES, saxophone ; Raquel ALDERETE, trompette ainsi que Bertha ZIMMERMAN. Margarita MOLINA, Graciela ALDERETE font souvent partie de l’orchestre.



Les jeunes filles jouent aussi pour le Vibora Social Club lors d’un Gala destiné à récolter des fonds pour les victimes du tremblement de terre de Santiago de Cuba. En mars elles accompagnent la danseuse Dania D’Esko sur la scène du Teatro Encanto en intermède d’un film comme cela se pratique à l'époque.


En mars au programme de La Feria Internacional de Los Precios Fijos l’orchestre à sa plage horaire -de 4 heure à 4 heure trente- au milieu d’autres groupes réputés entre autres le « SEXTETO NACIONAL » et Moisés SIMONS. Le mois suivant Guillermina FOYO et ses musiciennes assurent l’inauguration de l’Oriental Park et se déplacent jusqu’à Matanzas pour jouer au Salón Velasco puis font danser les socios du Centro Balear pour le Baile de las Flores. La fête du couronnement de la Reine du Carnaval voit la participation du « ENSUEÑO » qui se déplace pour jouer au Liceo à San Antonio de las Vegas. La formation féminine est également tous les vendredis en direct sur la station de radio CMC. L’ouverture de la saison hippique au Jockey Club est l’occasion de danser et c’est avec Guillermina et ses partenaires.


Le mois suivant les jeunes filles retournent à Matanzas engagées par le Centro Deportivo avant de revenir au Encanto pour le nouveau programme cinématographique. En juin elles sont au ciné Marti puis à l’hôtel Plaza pour le grand concours de Beauté de la revue Bohemia.
A partir de juillet et en plusieurs occasions la « ORQUESTA ENSUEÑO » accompagne la chanteuse Mercy MEZQUIDA débutant au Moderno lors d’une fête de solidarité. L’orchestre est également invité par le Rotary Club puis part en tournée dans l’île non sans avoir pris congé des habaneros en offrant un concert au Teatro Tosca puis au Teatro Regla.

Les dix musiciennes prennent la route le 14 juillet pour Cienfuegos où elles jouent trois jours au Théâtre Luisa  puis elles se dirigent vers Matanzas, Santa Clara, Camagüey, Holguín. La composition du groupe outre les soeurs FOYO, Mercedes GARCIA CANO, saxophone, güiro et guitare; Margot LLANES, saxophone et guitare; ; Raquel ALDARETE, trompette, violon et voix. Luisa GARCIA, Graciella ALDERETE font partie de la formation ainsi que les danseurs Luis et Elisa GARCIA.
A Holguin se distingue Estellita devant sa batterie et la tournée continue à Santiago de Cuba, Palma Soriano, Caibarién avec trois prestations dont une au Yacht Club, Sancti Spiritus et récidive à Cienfuegos et Santa Clara lors de leur retour à La Havane où elles reprennent leurs activités au Teatro Marti, au Neptuno, au Riviera lors de divers programmes de cinéma. La « ORQUESTA ENSUEÑO » joue en septembre au Teatro Nacional invitée par les Ursulines.

Guillermina. Photographie 1933.

En octobre, leur succès entraîne les jeunes filles vers leur première tournée internationale. Elles embarquent à Santiago de Cuba pour la République Dominicaine, via la Jamaïque et non sans avoir joué et s’être produit sur les ondes de CMKA de Santiago de Cuba. Parmi leurs prestations à Santo Domingo figurent un concert au Country Club de la capitale, un autre au Union Club, une prestation à Santiago de los Caballeros et également un concert en plein air pour satisfaire la population avide de les écouter. Pour les concerts postérieurs à Cuba la « ORQUESTA ENSUEÑO » incorpore un merengue  appris lors de la tournée.

 

Bertha Zimmerman. Photographie 1932.

En novembre  et décembre « ENSUEÑO » donne un concert au Teatro Tosca puis au Payret en solidarité avec les victimes du cyclone de Santa Cruz, joue à la Bonbonnerie La Tosca, au Ciné Fausto où les partenaires de Guillermina accompagnent également la chanteuse italo-espagnole Eugenia Zuffoli.

Affichette promotionnelle de la Orquesta Ensueño pour le concert du Teatro Payret.


L’orchestre commence la nouvelle année 1933 de nouveau au Fausto dans les entre-actes du film La Carretera del Infierno.  La formation reste au Fausto plusieurs semaines pour divers films. Elle est aussi au Neptuno où elle accompagne les sœurs BALLESTEROS et au Riviera où elle retrouve Zuffoli avec au programme « Saint Louis Blues », « La Madrileñita », « Carita Linda », « Santa son enamorada », « Cuando me vaya »… Le groupe est aussi au Ciné Marti et avec les formations féminines "ANACAONA" et "ORBE" est présent à la Fiesta del Mar en janvier et anime le banquet du Havana Yacht Club puis la fête du Knight’s Club.

l
La Orquesta Ensueño en 1933.

Au mois de février l’unique spectacle du danseur Rodolfo Areu est accompagné, au Neptuno, par l’orchestre de Guillermina FOYO qui fête son troisième anniversaire au Fausto. La violoniste et chanteuse entraîne ses camarades sur la scène du Teatro Regla pour deux concerts en mars. Un nouveau théâtre les invite à jouer, le Carral. Le mois s’achève avec leur présence dans plusieurs fêtes au Payret, au Fausto puis elles préparent leur répertoire pour une éventuelle tournée internationale.Parmi les thèmes travaillés figure « Como se hacen las maracas », avec un cuarteto de guitares dans les mains de Blanca, Ana, Merceditas et Margot accompagnées de deux violons et d’une section rythmique. Les concerts se poursuivent. En mai la « ORQUESTA ENSUEÑO » est à Pedro Betancourt pour le Baile de las Flores ; au Balneario de la Playa de Marianao ; aux cinémas Vives, Marti, à l’hôtel Bristol, au Château Madrid pour un Gala de Bienfaisance…
En juillet le Club Interrogación s’inaugure au son de deux formations, les soneros de « DIANA HABANERA » et les jeunes filles de « ENSUEÑO ». Les sessions dans les cinémas se poursuivent au Campoamor ce mois-ci. Pour le Baile des Oposidores à La Terraza, où elle avait débuté, la formation alterne avec l’orchestre « MONTE CARLO ».



Encarts publicitaires du Fausto mentionnant la participation de la Orquesta Ensueño en 1933
.

L’orchestre est aussi très présent sur les ondes, en particulier celles de la CMC.

Leur répertoire comporte des fox « Good Night Viena », « Home made heaven », « Here is love », « Una noche en El Cairo », « Night and day », des valses, « Ensueño »…, des danzonetes, « No sangres, corazón » avec les voix de Guillermina et Matilde RODRÍGUEZ, « La Sitiera », « Como una rosa », « No niegues que me quisite », …, des pasodobles « Mis Cantares », « Ay Tomasa »  avec la voix de Mathilde, … des tangos  « Vieja Loca », « Poema » que chante Guillermina elle-même, des sones « Masabí » , « Tú no, yo sí » et bolero-sones comme « Sombra Negra » également chanté par Guillermina. A leur programme figure aussi un duo guitare, banjo par Elisa et Amelia TRIGO et Guillermina chante aussi le classique « Lamento Africano » de Ernesto LECUONA.

Les soeurs ALDERETE semblent être sortie de la formation au cours de cette année pour former "TOPACIO".

Guillermina Foyo en 1934.


En septembre la « ORQUESTA ENSUEÑO » retourne au Marti et au Neptuno et anime la Fiesta de la Variedad où se présentent de nombreuses vedettes.
A la fin d’octobre la tournée tant espérée débute. Sont à ce moment membres de la formation, outre les sœurs FOYO, la contrebassiste Mercedes HERNÁNDEZ, sœur ainée des célèbres contrebassistes ; Renée BUXEDA, Zenaida PRATS, Amelia TRIGO, Matilde RODRÍGUEZ.
La « ORQUESTA ENSUEÑO » triomphe dans plusieurs pays de la grande Caraïbe, l’orchestre joue à Caracas, Maracay au Venezuela où il reste plus de deux mois et demi ; à Curaçao, jouant au célèbre Jardin Hôtel, en Colombie à Cartagena, Santa Marta, Puerto Colombia… à Panama et Colón.  Les filles rentrent à Cuba fin février 1934


 A leur retour elles sont choisies pour accompagner le ténor Mexicain Ortiz Tirado au Teatro Nacional et peu après elles partagent la scène avec la vedette française Maurice Chevalier. Les dix filles animent ensuite la grande fête du Club de Paimanitas puis celle des anciennes élèves des Ursulinas au Club Fortuna avant une grande prestation radiophonique sur la station CMBZ. En juin elles sont de nouveau conviées à jouer pour les fêtes de plusieurs sociétés.

Pour le Jeudi de la Mode, plage de Marianao, l’orchestre assure le bal puis anime le banquet du Centro Espagnol où la voix de Matilde conquiert le public. Pour fêter les bacheliers les jeunes femmes vont à Matanzas faire danser les lauréats en juillet.

Entre septembre et octobre de nombreuses fêtes doivent leur succès au « ENSUEÑO » ainsi que plusieurs cinémas. En novembre c’est pour le Club Atletic que Guillermina et ses camarades montent sur scène et assurent l’ambiance d’un autre défilé de mode.
En décembre on annonce que Jorgito, le frère des sœurs FOYO, qui n’a pas encore cinq ans, fait partie de l’orchestre et sur scène va proposer ses récitations. Cette fin d’année Guillermina ainsi que Blanca se marient et l’orchestre joue au Casino Espagnol.


1935 apporte donc une nouveauté, Jorgito va devenir la mascotte de la « ORQUESTA ENSUEÑO » et participer à de nombreuses activités en déclamant des textes. Il débute au Teatro Nacional en février en récitant cinq textes, parmi lesquels Margarita de baile de Rubén Dario et Para dormir a un Negrito de Emilio BALLAGAS. En même temps l’orchestre offre un concert et les sessions des films continuent. La seconde prestation de Jorgito a lieu au Campoamor, alternant avec l’orchestre sur la scène du cinéma durant trois jours.
Entre-temps, pour les fêtes de Carnaval, c’est le Casino Español qui engage l’orchestre féminin.


L'orchestre avec Jorgito au premier plan, Guillermina au centre et tenant la trompette Mercedes Hernàndez.


Fin février les jeunes femmes de l’orchestre embarquent pour Vera Cruz sur le navire Orizaba. Elisa, Estela, Amelia, Estrella, Guillermina, Matilde, Mercedes HERNÁNDEZ, Ana MASQUE, Catalina FERNÁNDEZ, Etelvina VÁSQUEZ, Zenaida PRAT, Berta FRAGA sont du voyage.

A Mexico elle présente un véritable show avec effets de scène et de lumière. Le public est conquis. L’orchestre rentre par le même bateau début mai.

En juin au Casino Deportivo de La Havane les jeunes femmes participent à un hommage à Pablo Álvarez de Cañas puis le mois suivant au grand banquet du Rotary Club dans les Salons de l’hôtel Nacional. La « ORQUESTA ENSUEÑO » participe à la Verbena Noche de España au Balneario La Concha sur la Plage de Marianao, puis à celle du Club Español de Almendares, Una Noche en Arcadia. Après une nouvelle participation à un défilé de mode, les musiciennes de Guillermina jouent aux Magasins Precios Fijos en novembre avant de se rendre à Pinar del Río pour le baile de la société Unión Club. Le Vedado Tenis Club organise début décembre une grande soirée musicale avec des noms comme LECUONA, Eusebio DELFÍN … etc, qui s'achève par un bal animé par « ENSUEÑO ». Quelques jours plus tard l’orchestre est au Yacht Club et termine l’année en accompagnant au Cinéma Encanto la soprano Harriet Seigel qui interprète des thèmes de films.


Cette même année 1935 la « ORQUESTA ENSUEÑO » débute à l'Hôtel Saratoga, puis à l'Hôtel Pasaje. Dans ces clubs du Paseo del Prado, les désormais célèbres Aires Libres elles disputent la vedette aux jeunes femmes de "ANACAONA". Ces nouvelles prestations expliquent que l'année 1936 est moins prenante en ce qui concerne les grandes Verbenas ou Bailes des Sociétés.


La Orquesta Ensueño sur le Paseo del Prado. G. Foyo contrebasse.

La formation joue toutefois pour un hommage en février ; pour un bal sur le Roof de l’hôtel Plaza et anime la grande fête du Cercle Militaire et Naval à Marianao. L’orchestre assure à plusieurs reprises dans les semaines suivantes les soirées du cercle. En juin les jeunes femmes restent en bord de mer pour le thé dansant du Miramar Yacht Club puis retrouvent le cinéma Tosca où Jorgito est présent. L’orchestre interprète parmi d’autres thèmes la conga « Ña Tomasa », chantée par Matilde ; un pot-pourri. En août il est appelé pour animer la fête de l’Asociación Deportiva Cubana.

Au début de 1937, la formation féminine est appelée à jouer au Museo de Bellas Artes dans le cadre d’un spectacle musico -théâtral puis retourne auprès du Circulo Militar y Naval pour un bal célébrant la naissance de José Martí. Peu après c’est pour le Rotary Club de Marianao qu’elle fait danser les convives du grand banquet.  La présence dans les cinémas se poursuit et en février les jeunes femmes jouent à chaque entracte dans le vestibule du Teatro Principal et enchaînent en avril au Teatro Nacional.
Elles ne refusent pas non plus les participations à des fêtes privées pour des anniversaires, célébrations des quinceañeras… tout en jouant à l'hôtel Saratoga, remportant cette année le concours des Aires Libres pour leur tenue vestimentaire et le le troisième prix quant à leurs prestations.
Pour le septième anniversaire de la « ORQUESTA ENSUEÑO » est organisé un grand hommage au Teatro Alkázar en avril. Jorgito y est présent et outre Guillermina  la chanteuse Mathilde RODRÍGUEZ obtient un grand succès.
De mai à octobre, chaque dimanche les partenaires de Guillermina FOYO font danser les militaires du Cercle pour les thés dansants sur la plage de Marianao.


Au mois de juillet la formation se déplace au Liceo de Matanzas pour un concert pour lequel leur participation se fait à travers deux thèmes « Mosaicos » et « No llores mujer » de LECUONA. A leur charge figure également le bal suivant le concert.
Avec d’autres orchestres le « ENSUEÑO » est invité en septembre pour le premier anniversaire de Radio Martí et, en compagie du « SEPTETO CUBA », se déplace le même mois à Pinar del Río pour le Baile Una Noche con la Prensa.  En novembre l’orchestre joue durant un banquet à l’hôtel Nacional, assure plusieurs fêtes privées et termine l’année pour une Saint Sylvestre au Casino Español avec le « SEPTETO MATANCERO ».

Guillermina. Foyo, 1937.


Les activités reprennent en janvier 1938 pour égayer un congrés médical, des fêtes privées, un hommage à la directrice d’un collège religieux puis le groupe composé à ce moment de quatorze jeunes femmes -sans Estela qui l’a quitté de même que Mercedes HERNÁNDEZ- mais avec la chanteuse Julita MÁRTINEZ, se déplace à Pinar del Río en mai pour le Baile de las Flores. A cette occasion la formation comprend une voix qui chante en anglais. Le mois suivant c’est à Morón au central azucarero que la « ORQUESTA ENSUEÑO » fait danser le public. On entend la formation dans le programme radiophonique La Hora Serrano.


La Orquesta Ensueño en 1938.

Guillermina signe avec le milliardaire americain Hamid un contrat pour jouer toute la saison dans son cabaret le Young Million Dollar Pier situé sur les plages de Atlantic City. L’orchestre incluant Jorgito, embarque  en juin et passe plusieurs mois dans la ville du New Jersey. La formation se produit également dans d’autres villes de la région et rentre des Etats Unis en septembre par le vapeur Florida.

Les fêtes privées et les prestations sur les Aires Libres reprennent et la Saint Sylvestre est fêtée dans les salons du Club Deportivo.

Les activités de la « ORQUESTA ENSUEÑO » diminuent dans les années suivantes avec de nombreux changements de personnel. On voit ainsi passer Suseta RAMOS, piano; Manuela JUNCO, contrebasse et sa soeur. La solide section des saxophones comprend un moment Olga VILLAZÓN, Ofelia MENÉNDEZ et Emilia MARCOS ou encore les voix de Olga GALÚ, María del Carmen CABEZA et Nuvia PÉREZ.

Au début de 1939 les jeunes femmes font danser les joueurs et supporters d’une équipe de base ball; les convives d’un banquet à l’hôtel Sevilla Biltmore; les membres de l’association des femmes catholiques et participent à quelques fêtes d’anniversaire ou de quinceañera.

En 1940, alors qu’elles sont de nouveau au Saratoga elles jouent pour la Société La Unión en février et pour un Gala au Couvent de San Francisco. Guillermina FOYO emmène ses partenaires au Central Herschey près de Matanzas pour la Verbena du Herschey Sport Club. En mai l’orchestre fait danser les membres du Tennis Club de Cárdenas et joue pour un festival dans les jardins du Club Deportivo Villa María.

En 1945 la "ORQUESTA ENSUEÑO" obtient un nouveau contrat pour jouer au Venezuela.


La "ORQUESTA ENSUEÑO" sous la direction de Guillermina se maintient en activité - à une époque sous le nom de "CUBAN MUSIC"- jusqu'en 1957. La trompettiste Luisa COTILLA joue dans la formation en cette fin de décennie.
Il n'existe pas de trace d'enregistrements du groupe.

© Patrick Dalmace/2009/2017.

Discographie sélectionnée:
*

 
Le Son. Les années trente à La Havane.
>>>>
 
Des premiers jazz bands aux grands ensembles des années quarante.
>>>>

.... Tous les groupes ....

<<<<
Edén Habanero.
 
 
Ensueño Tropical, Orquesta.
>>>>