"El Chori ", SHUEG, Silvano dit (Santiago de Cuba 1900-La Havane 1974)

Descendant d'esclaves africains venant probablement d'Haïti, Silvano SHUEG s'initie de manière autodidacte aux percussions dans sa ville de naissance, Santiago de Cuba où il joue bientôt dans divers groupes locaux. Il laisse une trace dès 1919 au sein d'une estudiantina renommée, "Los CHAMPIONS del SON", pour laquelle il joue des timbales. La formation voyage beaucoup, y compris à La Havane où en 1927 Silvano décide de rester.


Lorsqu'il s'installe dans la capitale, Silvano commence par effectuer des suppléances dans diverses formations jouant dans les académies, notamment à la celèbre académie de Marte y Belona. SHUEG, outre ses qualités de percussionniste est aussi un amuseur et un showman ce qui lui permet de trouver de petits contrats notamment dans les bars, clubs et cabarets populaires de la plage de Marianao. Il y débute au Ranchito avec le contrebassiste Santiago PEÑALVER.

C'est en ces lieux qu'il va construire sa réputation. Il fait pendant des années les beaux jours du Pensylvania, El Niche, El Paraíso, des Tres Hermanos ou de la Taberna de Pedro.

Mais c'est à La Choricera que sa gloire reste attachée et d'où il tire son nom de scène et définitif "El Chori".

Silvano possède un excellent sens du rythme et une très bonne oreille, ce qui lui permet d'inventer une multitude de percussions lui permettant d'animer ses shows, primitifs mais personnels, dans ces bars: casseroles, poêles, bouteilles plus ou moins remplies pour obtenir les sons qu'il recherche...


Sa réputation est grande et il l'assure lui même en déposant dans la vieille Havane où il vit son nom sur les murs, les portes, les trottoirs...

Sa popularité atteint les Etats Unis à travers des articles de presse et les plus grandes vedettes américaines et étrangères se rendent dans les fritas de Marianao pour l'écouter lorsqu'elles voyagent dans la capitale cubaine: Errol Flynn, María Felix, Agustín Lara, Gary Cooper, Marlon Brando, Cab Calloway, Ernest Hemingway, Toña la Negra, Josephine Baker,Tito Puente ...

 

Il vient aussi à l'idée de Miguelito VALDES d'entraîner "El Chori" au prestigieux Sans Souci pour participer à ses spectacles mais, ni partir pour les Etats Unis comme lui propose Marlon Brando, ni travailler dans les luxueux cabarets ne convient à Silvano. Il reste sur sa plage de Marianao. Il est également capable de composer et ses principaux thèmes- qui font aussi partie de son succès- restent "La Choricera" , "Ayaca de maíz"

Son côté pittoresque le conduit à participer au tournage de Un extraño en la escalera en 1955, The Big Boodle avec Errol Flyn en 1956 et de La Pandilla del Soborno en 1958 et deux ans plus tard Orlando Jiménez et Sabá Cabrera Infante réalisent le documentaire PM sur ses présentations en public.


El Chori. Extrait du film P.M. 1958.

Au long de sa carrière Silvano est aussi un assidu de la Peña de Sirique, un lieu historique qui depuis 1915 voit passer les meilleurs trovadores de La Havane ou de passage dans la capitale. En 1963 "El Chori" rejoint le groupe "Los TUTANKAMEN", une formation de vétérans qui avant l'heure anticipe sur le Papy Boom . "El Chori" a aussi son combo avec lequel il anime le Olokkú cette même année. La volonté du gouvernement d'assainir la plage de Marianao et ses fritas aboutit à la fermeture de plusieurs cabarets El Niche, La Taberna de Pedro, les lieux attitrés de "El Chori". Il est ainsi pratiquement contraint de se retirer.
A la fin de la décennie "El Chori" rejoint la vieille Havane et disparaît en 1974.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
*

Carlos Embale.
>>>>

....Biographies....

<<<<
"Chicoy".
 
 
Collazo, Bobby.
>>>>