GUERRA, Zule (La Havane 1988)

 

Zuleimi nait dans une famille de scientifiques. Mais ses parents aiment la musique, ils chantent en famille, écoutent des disques, les « Beatles », du jazz, Louis Armstrong, Ella Fitzgerald, les « Platters », la musique cubaine, les « VAN VAN », « Bola de Nieve » … Très vite ils remarquent l’inclination de Zuleimi pour les arts, elle aime chanter, la danse, la musique, les festivals Jazz Plaza…et l’emmènent à la Casa de la Cultura et à six ans lui font donner des cours de piano. Sa professeure la prépare pour entrer au Conservatoire mais elle a passé l’âge. Elle est toutefois admise à neuf ans aux cours de la Escuela Vocacional Alejandro Caturla, normalement prévue pour les adultes. Ses dons la font progresser rapidement et elle poursuit les études avec la théorie musicale, revient un peu plus tard au chant. Zuleimi parallèlement fait des études de biochimie et commence à chanter en amateur dans le milieu universitaire, participant à des festivals universitaires dans lesquels elle remporte plusieurs prix au niveau de la province. Elle est de plus en plus attirée par le jazz et est une assidue du Jazz Plaza. Découvrant le thème « Crazy », elle le chante dans l’un de ces festivals et obtient un énorme succès lui valant les éloges de la presse, notamment Tribuna.


Zuleimi GUERRA organise en 2008 le « SEXTETO FEELING » un sexteto vocal composé de cinq voix féminines et d’une voix masculine. Elle propose un répertoire de bolero et des chansons issues de l’époque du feeling, « Voy a apagar la luz », « Feeling », « Mucho Corazón » … ainsi que quelques standards. Les voix assurent également la base harmonique offrant une atmosphère particulière aux divers thèmes ce qui vaut au groupe de remporter un Premio de Oro au Concours des Groupes Aficionados en 2009 avec une version de « Besame Mucho ». Les membres de « FEELING » ont pour la plupart une formation musicale mais sont aussi étudiants en biochimie avec Zuleimi. Le groupe cesse de fonctionner en 2011 pour que ses membres puissent assumer le travail universitaire.  


Toutefois ce travail est un atout important pour Zuleimi par le fait qu’elle doit arranger, diriger… autant d’acquis pour la suite car elle décide vite aussi que c’est la musique qui sera sa vie et non pas la biochimie malgré sa thèse.
A l’issue de ces études en 2011 elle décide donc de se consacrer à la musique et intègre la formation « ASÍ SON », ensemble de musique traditionnelle qui est installé à l’hôtel Santa Isabel de la vielle Havane. Parallèlement elle est membre du duo « D’RAIZ » de Luis Miguel « El Wichi », guitariste. Tous deux composent tandis que Luis dirige et arrange. Le répertoire comprend des thèmes de la Trova et de jazz fusion. Ils se présentent au Patio Amarillo, à la peña Jazzeando con feeling organisée par le musicologue Wilfredo Sotolongo qui présente Bobby CARCASSÉS à Zuleimi.

D'Raiz. Zuleimi Guerra et Luis Miguel.

Toutefois ce travail est un atout important pour Zuleimi par le fait qu’elle doit arranger, diriger… autant d’acquis pour la suite car elle décide vite aussi que c’est la musique qui sera sa vie et non pas la biochimie malgré sa thèse.
A l’issue de ces études en 2011 elle décide donc de se consacrer à la musique et intègre la formation « ASÍ SON », ensemble de musique traditionnelle qui est installé à l’hôtel Santa Isabel de la vielle Havane. Parallèlement elle est membre du duo « D’RAIZ » de Luis Miguel « El Wichi », guitariste. Tous deux composent tandis que Luis dirige et arrange. Le répertoire comprend des thèmes de la Trova et de jazz fusion. Ils se présentent au Patio Amarillo, à la peña Jazzeando con feeling organisée par le musicologue Wilfredo Sotolongo qui présente Bobby CARCASSÉS à Zuleimi.


Zuleimi Guerra, voix du Groupe Canela au Delirio Habanero.

Au milieu de 2012 Zuleimi rejoint le groupe féminin « CANELA » pour quelques mois.
Elle chante avec « CANELA » à La Casona, au Delirio Habanero, La Zorra y El Cuervo……Elle intègre aussi au même moment la formation de Jesús FUENTES le saxophoniste de « CANELA » « SANTO TOMÁS CONEXION ».
Durant toute cette période antérieure la chanteuse officiellement soliste vocaliste se présente aussi pour l’agence musicale Antonio Romeu dont elle fait partie à diverses activités accompagnée d’instrumentistes, de groupes variés ou de backgrounds pour animer des manifestations artistiques.


A la fin de l’année 2012 Zuleimi franchit le pas et décide de former son propre groupe de jazz sous le nom de « ZULE GUERRA y BLUES D’HABANA ». Elle se propose de chanter un répertoire basé sur ce qu’elle appelle la musique des afro descendants, tant latinos qu’anglo-saxons ce qui l’amène à se frotter au jazz, aux musiques traditionnelles cubaines mais elle cherche aussi à inclure les tendances musicales de son époque et nomme son travail Nu Jazz. Parmi les thèmes avec lesquels elle va faire irruption sur les scènes figurent de nombreux thèmes de blues ou de jazz « Sophisticated Lady », « Don’t Explain », « The Man I love », « Misty », certains de la propre autorité de Zule « Corazón Fragil », « La Femme fatale ». Mais d’autres genres figurent au répertoire, les classiques de la Bossa Nova, quelques guarachas cubaines.
Autour d’elle se retrouvent Eduardo FERNÁNDEZ, guitare électrique ; Santiago Miguel ZULUETA, basse électrique ; Victor BENÍTEZ, saxophoniste alto mais aussi pianiste ; Vladimir puis Dagoberto ARBELÁEZ, cajón. Zule prend aussi le piano. Pour sa promotion la formation enregistre un single « Alma mía ».


La présentation officielle de « ZULE GUERRA y BLUES D’HABANA » a lieu en janvier 2013 à La Madriguera une scène de l'Association Hermanos Saiz avec comme invité le rapero « El Temba » et très vite les invitations à se présenter sur d'autres scènes de la capitale apparaissent, à la Sala Adagio Zule où elle tient sa peña chaque dimanche, au Diablo Tún Tún, à la Sala Hurón Azul de la Uneac, au Piano Bar Somavilla et on peut entendre la chanteuse au keyboard à l’Auditorio del Teatro del Museo de Bellas Artes.

Trois moments forts des premiers pas de Zule et Blues d'Habana.

Présentation officielle de Blues d'Habana à la Madriguera

Zule Guerra, Sala Adagio. Zule Guerra au Piano Bar Somavilla.

En avril 2013 Zule et son groupe jouent à l'Uneac où Bobby CARCASSÉS les écoute puis les invite lors de l’une des peñas qu’il organise régulièrement dans ce lieu et de nouveau à l’Auditorium du Musée des Beaux-Arts de la capitale en août lors du concert célébrant son Prix de la Musique. Cette fois Bobby l'accompagne pour chanter « Lullaby of Birland ». Elle fait à cette occasion la connaissance du trompettiste Yasek MANZANO, lui aussi invité par Bobby.

 


Blues d'Habana à l'Uneac en avril 2013 et Zule avec Bobby dans le même lieu.

Yasek MANZANO l’invite à son tour en septembre lors de son passage sur le programme radiophonique A Buena Hora diffusé en direct sur Radio Taino depuis La Zorra y El Cuervo. Avec le pianiste Alejandro FALCÓN et Yasek ils réalisent une superbe version de « Besame Mucho ».

Retrouvez Zule, Yasek Manzano, trompette, Alejandro Falcón, piano, dans leur version de Besame Mucho lors du programme live A Buena Hora sur
en suivant ce lien: https://soundcloud.com/zuleguerraoficial/besame-mucho-feat-yasek-manzano-and-alejandro-falcon

 

Zule lors du JoJazz 2013 au Cine Teatro Avenida.


Zule et son quinteto Blues d'Habana.

Fin novembre après le JoJazz Bobby apppelle de nouveau Zule et ses partenaires pour un concert à l'occasion de la V° Muestra Cine Joven. A cette occasion elle interprète notamment « A Contratiempo ».

En décembre, pour la première fois, La Zorra y El Cuervo programme « ZULE GUERRA y BLUES d’HABANA » puis le groupe est convié à participer au Festival Jazz Plaza au Teatro Avenida.

Les prestations s‘accélèrent en 2014 et en avril et mai « ZULE y BLUES d’HABANA » montent sur les scènes de La Zorra y el Cuervo, de la Pergola, de la Fábrica de Arte Cubano, du Café Miramar, du Jazz Café où elle est également invitée par le pianiste Emilio MORALES avec des figures de premier plan, Yasek MANZANO, Enrique PLÁ.

 


Zule au Jazz Café avec Emilio Morales, Yasek Manzano et Enrique Plá.

On entend le groupe sur la scène des Jardines del Mella accueille « BLUES d’HABANA » plusieurs fois pour sa propre peña Jazz en Colors -avec en août la participation de Leyanis VALDÉS pour le thème « Antonia » et des danseurs de Santa Amalia souvent présents à sa peña. Elle est aussi invitée dans le même lieu par « El Continuo».

Zule GUERRA est aussi cette année programmée avec sa formation dans d’importants festivals à Cuba, au Festival Afro Palabras, au Festival Cuerda Viva, où ils remportent le Prix de la meilleure chanson pour « A Contratiempo ».

Elle chante aussi pour Voces Populares invitée à chanter par Argelia FRAGOSO un répertoire déterminé par les organisateurs. Elle sort de son itinéraire habituel pour participer avec le DJ chilien Teipha au Habana Cultura Mix ainsi qu’au Festival Pro Electronica. Lors du Festival Slavianski Bazar dans sa version cubaine elle remporte le Grand Prix et le Prix de la Popularité, ce qui va lui valoir l’année suivante une série de concerts en Europe de l’Est.

Zule reçoit son Prix Cuerda Viva.


Zule, El Tipo Este, Bobby Carcassés lors de Ellas Crean.

Le public habanero peut aussi profiter de la chanteuse lors de Ellas Crean au Museo de Bellas Artes. Le concert est dédié à toutes les créatrices et à la lutte contre la violence machiste, et permet à Zule d’interpréter « You’ve Change » de Billie Holiday avec Yasek à la trompette; « Tú no sospechas » de Marta VALDÉS, « Lo material » de Elena BURKE, « Corcovado » de Elis Regina, rendant ainsi hommage à ces quatre femmes. Elle ajoute au répertoire de la soirée « Blues de Habana », « Sín tu mar », « Esfera Eterna » avec comme invité « El Tipo Este » et « A Contratiempo » avec Bobby CARCASSÉS.


L’émission en direct A Buena Hora la sollicite plusieurs fois comme amphitryonne. Elle y fait venir de nombreux invités tels que le rapeur "El Continuo" .

Lors du concours JoJazz 2014 Zule participe au Gala d’hommage à Pablo MILANÉS en chantant « Antonia » avec Leyanis VALDÉS au piano et « Todos los Ojos te miran » avec son propre groupe.

 

Zule lors de l'Hommage à Pablo Milanés. Photographie Alain Lopez.


A l’heure du Festival Jazz Plaza « ZULE y BLUES d’HABANA » se produise à la Pergola du Pabellón Cuba après l’exécution par d'importants plasticiens d’un mural dans le même lieu en hommage à une oeuvre réalisée antérieurement par Wifredo Lam. Zule est ensuite invitée par Albertico LESCAY et son groupe « FORMAS ». Elle est aussi présente pour plusieurs soirées au Salón Habano de l’hôtel Meliá Cohiba.



Zule et Blues d'Habana à La Pergola lors du Festival Jazz Plaza 2014.


L’année 2015 débute au Melen Club par un concierto intimo avec le saxophoniste Delvis PONCE puis en février elle retrouve la trompette de Albertico LESCAY au Restaurant-Bar Magic Flûte. Trompette et voix se livrent à une session de duel.
Durant ce début d’année les concerts à La Zorra y El Cuervo et au Jazz Café se poursuivent. « ZULE GUERRA y BLUES d’HABANA » y sont désormais à l’affiche chaque mois. Zule ajoute aussi pour ce premier semestre des prestations avec ses partenaires au Corner Café, les Jardines del Teatro Mella et à la Fábrica de Arte Cubano, au Teatro Bertold Brecht, au Bar O’Farrill ainsi qu’un déplacement à Santiago de Cuba pour jouer au club Iris Jazz.

Au mois de juin vient la récompense du Prix obtenu l’année précédente et la chanteuse s’envole dans les pays de la Baltique pour participer au Festival Slaviansky Bazar. Mais d’autres invitations surgissent. Elle chante à Jurmala en Lettonie pour le Baltic Stage où elle remporte le Prix d'Or pour l’interprétation de « Chivo que rompe Tambo ». On l'entend aussi au Festival Folklorique International de Bobruysk en Bielorussie et elle termine la série de concerts dans le même pays à Vitiebs, scène du Slaviansky Bazar.

Cette tournée marque un tournant important dans la carrière internationale de Zule GUERRA.

 

Zule à Bobruysk.


Zule au Baltic Stage .

Les prestations habituelles en clubs reprennent à son retour et « BLUES d’HAVANA » participe à un hommage à Wifredo Lam dans le cadre de la Bienal de La Havane.
En novembre Zule GUERRA retrouve Albertico LESCAY pour un projet commun présenté lors d’un concert unique au Centro Cultural Español à Miami, projet sortant du cadre habituel de chacun des deux artistes. Ils présentent des thèmes de Albertico tels que « Controversía », « Madre », de Zule « Criolla en Blues », « A Contratiempo » ou encore « Mi Ayer », « Babalú », « Black Coffe ».

A l’heure du Festival Jazz Plaza, « ZULE GUERRA y BLUES d’HABANA » se présentent sur la scène du Bertold Brecht et Zule retrouve LESCAY avec pour invité son saxophoniste Victor à la salle Abelardo Estorino. L’événement est aussi l’occasion de faire un pré-lancement du Cd/Dvd qui verra le jour en février 2016 lors d’une présentation au Pabellón Cuba s’achevant par un concert à La Pergola.


Précédemment en 2016 Zule avait collaboré avec Yasek MANZANO pour son projet de Musique électronique In Transit, interprétant pour la vidéo « Yanet Conflict », et chantant pour le concert, « Fever », deux thèmes du trompettiste.

Et Zule retourne également en janvier à Santiago pour retrouver LESCAY et leur projet commun au Patio Caguayo et le mois suivant tous deux donnent un concert privé au Melen Club. Ils récidiveront dans ce lieu en novembre avec le guitariste Taj Mahal et des musiciens américains en délégation à Cuba dont le pianiste John Clearly.

"Blues de Habana" Zule Guerra y Blues d'Habana.

 

« ZULE GUERRA y BLUES d’HABANA » débutent en février une tournée nationale pour laquelle c’est Ángel TOIRAC qui tient le piano. Le groupe joue en concert à Holguín, Camagüey, Villa Clara. A Cienfuegos il se présente au Teatro Terry et aussi au Club Nocturno Costa Azul. Il donne aussi des classes didactiques à des étudiants comme il l’avait fait à Villa Clara. A Ciego de Ávila ZULE invite le groupe local « La FAMILIA » au Teatro Morón. Ces concerts sont aussi l’occasion de promouvoir le disque qui vient de sortir et le single « Sweet & Big Orange Hope » qui devrait rejoindre un prochain album.

 

Zule, Blues d'Havana avec les étudiants en master class.

 


Zule et Blues d'Habana à Holguin durant la tournée nationale 2016.

Au mois de mai le disque remporte le Prix Opera Prima lors du Cubadisco et ZULE est invitée à participer à l’hommage à Elito REVÉ, vainqueur du Grand Prix. Elle chante sur la scène un thème d’Elito accompagnée de la flûte de « Maraca ».

La formation de Zule GUERRA est aussi présente régulièrement au Tablao, à El Hueco dans le cadre du projet La Pupila Asombrada, la Cervecera. C’est désormais Rolando LUNA ou Jesús PUPO qui assurent l’intérim au piano. Plusieurs fois dans l’année le groupe est à la Fábrica de Arte Cubano, en juillet à la Pergola où s’anime lors de Arte en La Rampa un espace hebdomadaire pour le jazz.
Les musiciens se préparent pour un second concert au Museo de Bellas Artes, tout en jouant aux Jardines del Mella, au Festival Habana Arte, à Primera Línea, un événement destiné à présenter le meilleur de la musique cubaine à des producteurs internationaux et Zule est invitée par « Maraca » pour un programme radiophonique.


Le concert de Bellas Artes est finalement organisé à la Sala Raquel Revueltas en octobre sous le titre Huella de Vitrola. Deux représentations, dont l’une donnera lieu à un second album en live. Les partenaires de la chanteuse pour les deux soirées de concerts sont Victor BENITEZ, Rolando LUNA, Omar GONZÁLEZ, contrebasse ; Yoan MEDINA, drum ; Degnis BOFFIL, percussions. Elle invite également Albertico LESCAY et le tromboniste Eduardo SANDOVAL. Le titre du concert ert suggère bien que c’est un hommage au mouvement du Filín pour lequel Zule assume les arrangements. Le répertoire comprend douze titres parmi lesquels « Mi mejor canción », « Contigo en la distancia », « No me platiques », « Todos los ojos te miran», « Derroche de felicidad », «Mi Ayer », « El Último café »  …

 

 


La performance Sofar Sound, une prestation surprise, dans un lieu surprise pour un public qui ne sait pas quel artiste intervient et n’a connaissance du lieu que la veille, sollicite « ZULE GUERRA y BLUES d’HABANA » en décembre devant le portail de l’ambassade de Norvège.


En fin d’année Ángel TOIRAC prend place définitivement au piano. Pour le Jazz Plaza 2016 Zule est invitée au Teatro Mella par Yissy GARCÍA qui dirige « Projet XX » composé uniquement de femmes. Elle interprète « Quiereme y Veras ». Pour la chanteuse le festival se poursuit à Santiago de Cuba au siège de l’Uneac et à l’Iris Club. Elle y reprend avec LESCAY le projet de Miami mais avec des musiciens de leurs formations, le percussionniste Iran, TOIRAC et Victor. A l’Iris Club ils ont le plaisir de voir monter sur scène Yasek MANZANO et Terence BLANCHARD qui interprètent un thème avec eux « Babalu Ayé »

Le début de 2017 est marqué par les soirées au Jazz Café, au Café Miramar, à La Zorra y el Cuervo. ZULE travaille sur le prochain projet discographique. Elle participe en février au concert de Omara PORTUONDO en hommage au cuarteto « Las d’AIDA ». Elle chante, soutenue par Rolando LUNA, Gastón JOYA, contrebasse et Rodney BARRETO, drum , « Lo Material ». En mars « ZULE GUERRA y BLUES d’HABANA » est programmé pour la semaine organisée à La Zorra y El Cuervo sur le thème Mujeres en el Jazz et Zule rejoint pour la Journée de la Femme le club Sauce avec Brenda NAVARETTE et Mary PAZ.

© Patrick Dalmace

Site officiel de Zule Guerra:
zuleguerra.com

Discographie sélectionnée:
* " Zule Guerra. Blues d'Habana", L.H. 2014, Egrem 1367.


....Biographies....

<<<<
Guerra," Rapindey", Marcelino.
Guerrero, Félix.
>>>>