RAQUETEROS del SWING, Los

Au début des années quarante Roberto SÁNCHEZ FERRER (La Havane 1927) joue de la clarinette dans la Banda de l’Insituto Edison -où il a appris les bases de l’instrument-. Cette formation scolaire  s’exprime lors des fêtes de fin d’année de l’école, des défilés, donne même des auditions dans un programme réservé au collège sur Radio Lavín et Cocx.  Roberto est fan des grandes formations américaines de swing,  des orchestres dirigés par des musiciens blancs, Tommy Dorsey, Glenn Miller, Artie Shaw, Woody Herman et surtout de l’orchestre du clarinettiste  Benny Goodman,  qu’il écoute à la radio. Il imite parfaitement bien Benny et excelle dans l’interprétation d’un thème de Woody « The Golden Wedding ». 


Parmi ses camarades les plus proches se trouvent le batteur de la Banda,  Antonio GARCÍA et le contrebassiste Andrés BELLVER. Tous deux présentent à Roberto, entre 1943 et 1944, Pepe ÁLVAREZ, instituteur et pianiste amateur. Ils souhaitent organiser un groupe reprenant cette musique américaine qui les attire. ÁLVAREZ propose le nom « Los RAQUETEROS del SWING ». Ils reprennent le répertoire de ces formations américaines  dont les partitions sont disponibles à La Havane, mais qu’ils arrangent eux-mêmes durant leurs répétitions sans en laisser de trace écrite.  



Roberto Sánchez, clarinette et Pepe Álvarez, piano. Photographie Collection Privée.


La manière de jouer des « RAQUETEROS del SWING »   reste sommaire. Aucun  des quatre membres n’est en réalité jazzman et  il manque à leur interprétation, qui reste académique, la saveur du jazz, le swing, l’improvisation…  Lors d’une répétition, Rolando Rodríguez,  le directeur du programme radiophonique de l’Institut Edison qui bénéficie d’une plage horaire le dimanche matin leur propose de jouer quelques thèmes. Ils débutent sur scène l’année suivante au Ciné-Teatro Encanto. Par décret gouvernemental les cinémas doivent obligatoirement proposer un court show musical au milieu des projections. C’est dans ce cadre que les « RAQUETEROS del SWING » sont engagés. Ils jouent chaque fois trois ou quatre thèmes et obtiennent du succès. Palma, un agent  ayant pignon sur rue, leur trouve des contrats identiques au Teatro América et au Teatro Fausto. Ana MENÉNDEZ  qui chante en anglais entre dans le groupe. Parmi les thèmes joués à cette époque figurent « In a little spanish town », « Tea for two », « The man I love », «  Begin the begin », « Chiqui chic, chalá chalá »…

Les « RAQUETEROS del SWING » jouent alors pour Radio Progreso.

Ciné-Teatro América, 1945. Los Raqueteros del Swing au fond à gauche avec d'autres artistes assurant l'animation à la pose durant les projections. On reconnait à droite la chanteuse Mariana de Gonich.
Photographie Collection Privée.

Les premiers changements apparaissent dans la formation lorsque Antonio GARCÍA la quitte et est remplacé par Dani PÉREZ. Puis Andrés BELLVER  laisse la place à « Felo » HERNÁNDEZ


Pepe Álvarez,
Roberto Sánchez Ferrer, Andrés Bellver et Dani Pérez.
Photographie Collection Privée

Dani et « Felo » possèdent des connaissances jazzistiques plus amples et tous les deux font entrer dans la formation le trompettiste Arturo O’FARRILL. O’FARRILL qui a fait ses études aux Etats Unis connaît le jazz, aime et comprend le Be Bop naissant, Gillespie, Parker, Monk…  Il transmet ses connaissances à Pepe et à Roberto dont la manière de jouer se transforme et l’improvisation apparait. Roberto SÁNCHEZ FERRER débute au saxophone. Parallèlement  Roberto et  Arturo étudient l’harmonie avec le maestro Felix GUERRERO et c’est Arturo qui réalise désormais l’essentiel des arrangements.

Pour comprendre les idées qu’insuffle O’FARRILL, il faut signaler que c’est à cette époque qu’il commence à composer son « Afro cuban Jazz Suite » qui verra le jour quelques années plus tard. Sous l’impulsion des nouveaux venus qui invitent à leur tour successivement les guitaristes Rafael MOLA puis Isito PÉREZ, - par ailleurs médecin- le répertoire évolue. « Lover man », « East of the Sun and West of the Moon », « Laura », « Body and Soul », « Night and day », « Will be together again », « How high is the moon » … sont les nouveaux  thèmes à l’affiche et « Los RAQUETEROS del SWING » prennent une toute autre allure, plus proche du Be Bop. Dans ce qui est désormais un sextet ou un septet - au sein duquel intervient encore Ana MENÉNDEZ- passent dans les mois qui suivent plusieurs musiciens. Fausto GARCÍA – qui comme les fondateurs est aussi un musicien non professionnel- prend la place de Dani PÉREZ et souvent « Kike » ou « Papito » HERNÁNDEZ se substituent à leur frère « Felo » comme ils ont l’habitude de faire dans les groupes où ils jouent.


Los Raqueteros del Swing.
Pepe Álvarez, Ana Menéndez, Arturo O'Farrill, Felo Hernández,
Roberto Sánchez Ferrer et Fausto García.
Photographie Collection privée.

Le batteur Manuel  MACHADO remplace à son tour Fausto. Tous ces noms sont de fervents défenseurs de la musique de Parker, Gillespie… toutefois ils sont suffisamment versatiles pour travailler d’autres aspects du jazz. Les trois guitaristes étant intervenus au sein des « RAQUETEROS del SWING », Rafael MOLA, Isito PÉREZ et  plus ponctuellement Manolo SAAVEDRA  organisent à la même époque avec « Kike » et un violoniste un groupe s’inspirant du quintet du Hot Club de France de Django Reinhardt.

Plusieurs membres, musiciens professionnels, des « RAQUETEROS del SWING » jouent dans d’autres formations et sont disponibles seulement après leur travail. C’est le cas notamment de « Felo », de Arturo ou de Dani PÉREZ. Le groupe s’exprime donc fréquemment dans deux cabarets qui acceptent leurs descargas à des heures avancées de la nuit, l’issus des spectacles qu’ils offrent, le Las Vegas et le Palermo. Arturo O’FARRILL prend souvent le piano qu’il domine vite après avoir pris quelques leçons avec Carmelina CARVALLO.  Ils y sont autant les consommateurs de whisky que les animateurs car le public est rarissime. Seuls quelques aficionados éclairés du jazz  sont présents. D’autres jazzmen se joignent à eux lors de ces sessions, l’excellent  guitariste amateur Manolo SAAVEDRA, les saxophonistes « Tata » PALAU, Pedro CHAO, Gustavo MÁS à qui Roberto SÁNCHEZ  dédie sa composition « Gus is the boss ». Ce dernier écrit également « Kelonius » en hommage à Monk.
La complexité apportée par les nouveaux membres du groupe d’une part et l’augmentation du nombre de musiciens ne sont pas des éléments motivant les directeurs de salles de cinéma. Ils cherchent surtout à rémunérer les groupes le moins possible. Les engagements  se font de plus en plus rares. D’autre part Arturo est engagé par OREFICHE pour une tournée avec les « HABANA CUBAN BOYS » et de facto « Los RAQUETEROS del SWING » disparaissent du panorama musical en 1946.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
*

.... Tous les groupes ....

Q
<<<<
 
 
Renovación, Orquesta..

>>>>