HERNÁNDEZ, "Babín", Braulio (Perico 1937)

Braulio HERNÁNDEZ et son frère Oscar vivent dans une ambiance musicale. Le père s'occupe de musique, de théâtre. Braulio étudie sommairement la musique avec le directeur de la Banda Municipal de Perico puis de manière autodidacte mais avec beaucoup de rigueur. Il apprend le saxophone et son frère la contrebasse. Tous deux rejoignent en 1949 le "CASINO DEPORTIVO" un ensemble qui est destiné à supporter l'équipe de base-ball mais qui devient vite un orchestre, Tipo jazz band , animant les fêtes locales puis celles de la province, de celle de Santa Clara...et même de l'Oriente cubain. A la disparition de la formation, en 1956, Braulio émigre à La Havane.



Il fréquente alors les clubs et les cabarets de la capitale afin de trouver du travail, Les descargas le sensibilisent au jazz et il prend goût au genre. Il écoute alors des jazzmen tels que Sims, Getz, Cohn ... Au contact de nombreux musiciens il perfectionne ses connaissances théoriques et techniques. Ernesto DUARTE recherche en urgence un saxophoniste ténor. Braulio, excellent lecteur, est engagé sur le champ pour aller jouer avec l'orchestre de DUARTE sur les ondes de la CMQ. Dans les locaux de la CMQ il rencontre "Cheo" VALLADARES qui cherche des musiciens pour un orchestre qu'il forme pour jouer au cabaret El Bambú. Braulio est invité à faire un essai et est immédiatement engagé. Rafael SOMAVILLA est le directeur musical et le pianiste de la formation.


A la sortie du Bambú, Braulio continue de fréquenter les musiciens qui se retrouvent au Bar Celeste. Le Celeste est en quelque sorte la bourse du travail des musiciens et aussi un des points de départ des Descargas. Il passe ainsi par le Palete, le Ali Bar, le Johnny Dream, le Club 88.... Lorsque en 1957 ouvre le cabaret du Capri, SOMAVILLA y entraîne Braulio HERNÁNDEZ dans la nouvelle formation qu'il est chargé de constituer.

A cette époque il fréquente le Club Cubano de Jazz qui se réunit au Havana 1900 chaque dimanche après-midi et connaît à ce moment ses heures de gloire avec la venue de jazzmen américains. Braulio participe à différentes sessions du CCJ et notamment avec l'orchestre de SOMAVILLA lors de la venue du trompettiste Vinnie Tano.


Babín à gauche du pupitre de saxophones. Orchestre du Capri. 1957.
Photographie Collection B. Hernández.

SOMAVILLA et "Babín" passent en 1959 au cabaret de l'hôtel Havana Libre qui ouvre ses portes à ce moment. Braulio joue là dans un grand big band avant de s'intéresser à la musique que proposent les programmes d'une télévision très dynamique à ce moment. Il rejoint alors l'orchestre de ICRT que dirigent Roberto ARNAU, Adfolfo GUZMÁN, GONZÁLEZ MANTICI, Gonzálo ROIG, Mario ROMEU selon les nécessités des programmes. Les répertoires sont exrèmement variés, tous les genres sont abordés et cette façon de travailler plait à Braulio. Il joue aussi dans l'Orchestre Symphonique National.

Il reste à la télévision jusqu'à la création en 1967 de la "ORQUESTA CUBANA de MÚSICA MODERNA". Il visite avec la "OCMM" les pays de l'Est et joue pour l'Exposition Universelle de Montréal. Durant sa présence au sein de la "OCMM" qui s'achève à la disparition de l'orchestre en 1993 il joue pour d'autres formations, notamment au milieu des années quatre-vingt avec Juan Pablo TORRES; "Los d'SIEMPRE" de Hilario DURÁN. Il joue avec ces groupes dans les casas de cultura, clubs...

 

 

Braulio Hernández avec la Orquesta Cubana de Música Moderna. Festival Jazz Plaza.
Photographie Collection B. Hernández.


"Babín" rejoint l'orchestre du Teatro Músical de La Habana. Il retrouve là un répertoire très varié et reste au Teatro Músical jusqu'à ce qu'il se retire de la vie musicale . Mais parallèlement Braulio collabore à d'autres projets. Il travaille au Portugal en 1992 avec le groupe de Mayito ROMEU. En 1996 il est engagé plusieurs mois par le theâtre Bellini de Milan en Italie où il joue un répertoire d'opéra. Juan d'MARCOS l'invite à particper aux premiers pas du "Buena Vista Social Club" puis il rejoint alors Omara PORTUONDO et participe à ses tournées jusqu'en 2004. A partir de 1998 "Babín" dirige aussi la formation du cabaret Habana Café puis devient le directeur musical du Jazz Café.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
*

Cuba et le Jazz. Le Jazz dans l'île.
>>>>

....Biographies....

<<<<
Hernández, Bienvenido.
Hernández, "El Goyo" Gregorio.
>>>>