JAZZ CLUB

LA ZORRA Y EL CUERVO

LA HAVANE

... ...


Le Club
L'Histoire

Le Programme

du Mois

Les Evénements
Les Photos
Les Chroniques
Les Contacts

Entrée 10 CUC, 2 consommations incluses.
Cocteles "A todo jazz", saladitos, pizzas, sandwiches...

Les Chroniques

 

 


12 DE MARZO DE 2017.

EDICIÓN 16 DEL EVENTO “MUJERES EN EL JAZZ”
Por: Lic. Waldo Nelson Cárdenas Asén

Por décimo sexta ocasión el Jazz Club “La Zorra y el Cuervo” organiza el evento “Mujeres en el jazz”, surgido en el año 2000 por iniciativa de la pianista, compositora y directora del proyecto Jazztumbatá Liliam “Bellita” Expósito, con el propósito de resaltar y homenajear a las féminas que incursionan en este hermoso pero difícil género musical.

En esta oportunidad se diseñó una programación desde el lunes 6 hasta el domingo 12 de marzo con agrupaciones dirigidas por talentosas mujeres, como son las jóvenes cantantes Yanet Valdés, Zule Guerra y Daymé Arocena, las instrumentistas Leyanis Valdés, Yissi García y la propia Bellita, cerrando el evento la agrupación femenina “Canela” que dirigida por su fundadora la oboísta y percusionista Zoe Fuentes Aldama quienes participaron desde sus inicios en este bello proyecto.

Cada noche fue presentada por la conductora de programas radiales y televisivos Arletti Roquefuente y con un opening improvisado en el que participaba Bellita junto a la líder del proyecto de ocasión.

Lo sucedía después de esta presentación sobre el escenario superaba las expectativas del más exigente espectador. En todos los casos fueron espectáculos llenos de energía, improvisación y buena música en los tanto las cantantes como las instrumentistas hicieron gala de sus talentos, mostrando las diferentes facetas que les son innatas.

Esta edición introdujo una nueva actividad ideada por el productor artístico del evento y autor de esta reseña, el inicio de encuentros teóricos con la intención de reflexionar sobre la historia y el papel de las mujeres cubanas, músicos y promotoras, en el desarrollo, consolidación y difusión del jazz en nuestro país.  Este Primer encuentro teórico sobre las mujeres jazzistas en Cuba se realizó el 8 de marzo, día Internacional de la Mujer, en el propio Jazz Club y fue conducido por la musicóloga, investigadora y promotora del jazz en Cuba Lic. Neris González Bello y contó con la participación del Premio Nacional de la música el maestro Bobby Carcassés, el octogenario maestro y eterno colaborador de la casa del jazz cubano Joaquín Gilberto Valdés Zequiera, el multinstrumentista y compositor Miguel Miranda, el promotor Rafael Quiñones y las músicos Mayelín Velazco y Leidy Laura. Participaron como ponentes Liliam “Bellita” Expósito, Yurien Heredia, Janet Rodríguez Pino, Daymé Arocena, Zule Guerra, Yissy García. 

El debate y la disertación del Primer Coloquio versó sobre los siguientes temas: como visibilizar a la mujer cubana en el jazz, expuestos  Liliam “Bellita” Expósito; las voces cubanas para el jazz vistas desde la perspectiva de las jóvenes voces por  Daymé Arocena y  Zule Guerra; las mujeres percusionistas en el jazz de Cuba, por  Yissy García; el recurso del scat en el discurso jazzístico cubano por Bobby Carcassés, Bellita Expósito, Daimé Arocena y Zule Guerra; los interesantes aportes al Jazz cubano del grupo Canela por la musicóloga y baterista Janet Rodríguez Pino y influencia del jazz en la música vocal cubana hecha por mujeres, por la musicóloga y cantante  Yurien Heredia .

El evento cumplió su principal objetivo de dar a conocer parte importante de la historia de las mujeres jazzistas en Cuba y reflexionar sobre lo que ocurre en la actualidad en la creación de las féminas en este género, en el que los 20 años de existencia del Jazz Club “La Zorra y el Cuervo” ha desempeñado un papel determinante en este impulso, por servir de escenario para la presentaciones diarias de músicos tanto hombres como mujeres. Por esa razón en el mismo se anunció que a partir de esta edición se incluya como parte del mismo el encuentro teórico.

El coloquio finalizó con una mini descarga de las mujeres músicos que participaron en el evento, en el piano Bellita, en el bajo Mayelín Velazco, en el drum Yissi, en el laúd Leidy Laura y las cantantes  Daymé Arocena y Zule Guerra.

En resumen, el evento mostró la preparación teórica, la versatilidad, la capacidad, la fuerza y la capacidad creativa de las mujeres jazzistas cubanas continuadoras y hacedoras de una importante faceta de la historia musical de nuestro país.

Doy las gracias a todas esas músicos que nos acompañaron y enaltecieron estas jornadas con sus talentos e hicieron posible la excelencia de los conciertos, a la musicóloga Nery González Bello que en tan breve tiempo organizó el coloquio así como al maestro Bobby Carcassés, Bellita y demás las músicos e investigadoras que participaron como ponentes en el Coloquio, a los canales televisivos Canal Habana y Educativo  por la promoción del evento, al sonidista y demás trabajadores del Jazz Club “La Zorra y el Cuervo” por su apoyo incondicional y muy especialmente al Administrador del Club René Miquelerena por sus ideas, entusiasmo e impulso para lograr el éxito del mismo.

Nuestro agradecimiento va también al señor Patrick Dalmace por su colaboración en la promoción de cada una de las actividades que se desarrollaron en este evento, diseñando  y colocando en su sitio web la programación del mismo.

 

POR CUARTO AÑO CONSECUTIVO CELEBRAMOS EL DIA
ÍA INTERNACIONAL DEL JAZZ.
Por: Lic. Waldo Nelson Cárdenas Asén
Productor Artístico del Jazz Club

Este 30 de abril la Casa del Jazz Cubano decidió invitar a su concierto de ocasión a uno de los puntales vivos más importantes del jazz en la Isla: al señor Bobby Carcassés,  compositor, cantante, multinstrumentista, Premio Nacional de Música y un promotor incansable de este género en Cuba, siendo uno de sus grandes méritos la creación del reconocido Festival Jazz’ Plaza hace más de 30 años.
Precisamente “el Bobby”, como cariñosamente lo llamamos los que nos hemos unido a figuras de su talla para continuar el fomento del jazz, fue el encargado de organizar los festejos en el Jazz Club “La Zorra y el Cuervo” por el Día Internacional del Jazz de este año, junto a su proyecto Afrojazz, integrado en esta ocasión por el pianista José Portillo, fundador y líder del grupo Cauce en el piano, y los músicos Rafael Aldama en el bajo, José Carlos en el drum, Jesús Anduz en la trompeta, Carlos González en el saxofón y Marking Solomo en las congas.
El concierto de 2 horas estuvo dividido en dos partes: la primera tuvo el peso principal en el repertorio del grupo, cerrando con una excelente versión del legendario “Caravan” compuesto por Duke Ellington y con un magistral solo de piano de Robertico Carcassés, director del proyecto “Interactivo”.
La segunda hora fue más abierta y participaron como invitados el maestro violinista y percusionista Pancho Terry y el joven y virtuoso trompetista Alejandro Delgado quienes se sumaron a la fiesta deleitando a los asistentes con sus interpretaciones.
Fue una noche que sin grandes pretensiones de los que organizamos el evento, cubrió las expectativas de los presentes por la calidad del trabajo desarrollado por los músicos, la maestría de Bobby y de sus invitados y lo más importante, se mostró la pujanza de las jóvenes generaciones de jazzistas cubanos, quienes lucieron sus mejores dotes junto a los legendarios Bobby y Pancho Terry y a las interpretaciones de los también jóvenes pero ya reconocidos maestros Robertico Carcassés y José Portillo.

 

LA ZORRA Y EL CUERVO EN LA 31 EDICIÓN DEL JAZZ ‘ PLAZA.
Por el Lic. Waldo Nelson Cárdenas Asén
Productor Artístico Jazz Club “Zorra y el Cuervo”

El Jazz Club “La Zorra y el Cuervo” realiza conciertos de jazz todos las noches del año durante dos horas, donde la única exigencia es la calidad musical de los proyectos que se presentan.  
En esta ocasión desde el lunes 14 de diciembre del 2015 la casa del Jazz Cubano inició una Programación Especial  como preámbulo de lo sería a partir del jueves 17 la 31 Edición del Festival Jazz’ Plaza.
Eso nos permitió ampliar a en tres días más la muestra del quehacer artístico de varios de nuestros proyectos así como de artistas invitados a la magna cita anual de los músicos del género en La Habana.
Los conciertos revelaron la excelencia de nuestros músicos. Instrumentistas y cantantes deleitaron al público que colmó cada uno de esos días la sala y disfrutó de sus interpretaciones desde las 10:00pm hasta pasada la 1:00am del siguiente día.

Lamentablemente, por problemas de tiempo no pudimos presentar a todo el talento que nos acompaña en el transcurso del año, pero los que lo hicieron pusieron bien en alto el nombre del  Jazz Cubano.

Músicos jóvenes de la talla de los pianistas Roberto Fonseca, Alexis Bosch y José Portillo, el flautista Orlando Valle ”Maraca”, los saxofonistas Jesús Fuentes y Michel Herrera, el trompetista Yasek Manzano, la percusionista  Yissy García y las cantantes Daimé Arocena, Yanet Valdés y Zule Guerra, escoltaron a figuras legendarias del jazz cubano como el percusionista de largo historial artístico y fundador de Irakere Oscar Valdés, la pianista Lilia  “Bellita”  Expósito, el multifacético Miguel Miranda, la percusionista Zoe Fuentes y la pianista Odalys Villavicencio, acompañados todos de los excelentes músicos que forman parte de sus proyectos hicieron vibrar de emoción y alegría a los asistentes que colmaron la sala.

Junto a estas estrellas tuvimos el privilegio que nos acompañaran en las fenomenales noches de esa semana el pianista y compositor Arturo O’ Farrill jr, con una larga historia de reconocimientos e hijo de una de los fundadores del Latin Jazz, el gran Chico O’ Farrill, el legendario trombonista Steve Turré, el quinteto canadiense The Shuffle Demons, la cantante Bárbara Lewy, el dúo Camile Celin y Ehren Hanson, el pianista cubano Ramoncito Valle y la percusionista Melena Francis Valdés, entre otros.

 


N° 672 Printemps 2015 (FRANCE)
La Havane en club

PATRICK DALMACE


.... Ruy,  le batteur, l’aîné de la dynastie López Nussa, que l’on a pu écouter en France au cours de l’été 2014 avec La Familia  (Ernán (p), Harold (p), Ruy (dr), Ruy Adrián (dr)) est ce 21 mai à l’affiche de La Zorra y El Cuervo à la tête de  La Academia. La formation est complétée par les vétérans Jesús Hermida (bass), Roberto García, (tp) et plusieurs jeunes au piano, trompettes, congas, tambours batá.  C’est en fait Roberto qui anime l’équipe s’emparant fréquemment d’un clavier ou d’un ewi au son des plus horribles. Il est aussi  le compositeur de plusieurs thèmes et l’arrangeur de La Academia. La qualité personnelle des trois piliers du groupe, que l’on retrouve dans d’autres formations, laissait penser à une soirée de bon niveau mais au final l’ensemble reste assez décevant et peu vivant. Un thème de Roberto García, « Kamadeli » marqué par les rythmes des religions afrocubaines sort du lot. Pour le reste, les arrangements de musique brésilienne et l’invitation des chanteurs canadiens de reggae, présents dans le cadre de l’édition annuelle de Cubadisco, n’a pas relevé le niveau jazzistique de la nuit. On attendait Arturo O’Farrill, table réservée, mais le pianiste a fait faux bond.
22 mai... Retour le soir vers La Zorra où est programmé l’ami de toujours, Orlando « Maraca » Valle. Il y a un certain nombre d’années le flûtiste, dans une interview donnée à Jazz Hot (J.H. N° 592), bouleversant le protocole, avait tenu à poser la dernière question. « Qu’attendrais-tu de Orlando Valle ?». « L’écouter en petite formation dans un club de jazz » fut la réponse. Une quinzaine d’années après c’est, ce soir, d’actualité. Orlando est à la tête d’un quartet où un jeune cousin, Alejandro Meroño Valle, occupe la place de pianiste (En Europe c’est avec un autre  cousin, Ramón, que l’on entend « Maraca »). Complètent le groupe, le drummer Alain Ortíz  et la bassiste Mayelín Velázquez. Bien que d’une jeune génération ces musiciens ceux s’écartent de la ligne actuelle « rénovatrice du jazz » et possèdent un jeu traditionnel d’excellente facture. Alejandro est assez impressionnant devant son clavier et Alain a montré, notamment dans ses soli, la richesse de son talent. Ces partenaires ne sont pas là par hasard mais font l’objet un choix clair du flûtiste qui souhaite avoir derrière lui un trio répondant à son propos jazzistique. Le répertoire annoncé (pas toujours celui joué) comprend des thèmes classiques « Seven steps to heaven », « Dolphin dance », « Spain » (Concierto de Aranjuez )…, un thème des débuts de Orlando « Presentación », deux compositions récentes appartenant à son projet avec le All Stars (Théâtre du Châtelet 2014) « Danzón Siglo XXI° » et « Guajira Cha ». Tout a été retravaillé minutieusement et arrangé pour le quartet. Il y a du rythme, souvent cela swingue, la  flûte est magique. Orlando Valle se meut avec aisance dans le monde difficile des grands flûtistes de jazz. Sans verser dans le Cuban Jazz en vogue ici, on perçoit toujours la personnalité cubaine de « Maraca » dans l’interprétation.
.... L’assiduité à La Zorra y El Cuervo reprend .... avec un musicien de vingt huit ans, Julio Valdés Fuentes. Animateur de son cuarteto PentaJazz, Julio, l’un des rares violonistes jouant du jazz à Cuba, avait de surcroît invité une partie de la famille Fuentes habituellement aux manettes du groupe Canela. Dès les premières notes il faut se rendre à l’évidence : Julio n’est pas sur scène pour se contenter de jouer pour les nombreux étrangers présents mais a bien l’intention d’étaler sa classe, son dynamisme et sa virtuosité.  Doté d’une solide formation classique acquise à La Havane et à Madrid, il a pu bénéficier du savoir de ses parents, tous deux passés, par le Tchaïkovski de Moscou.  Mais c’est le jazz qui l’intéresse et il a écouté, sérieusement, et très tôt Ponty et Grappelli. La prestation ne laisse personne indifférent et l’enthousiasme gagne rapidement la salle. Le quartet du violoniste se compose de brillants musiciens, Alain Ortíz (dr) écouté précédemment avec « Maraca » et Roger Rizo, un  pianiste qui depuis plusieurs années est recherché par tous les jazzmen mais qui ne souhaite pas prendre lui-même la direction d’une formation. Faute de bassiste ce soir, Julio fait appel à sa mère Giselda Fuentes passée du violon à la basse.  Julio Valdés s’avère aussi être un compositeur de qualité. On écoute ainsi « Old Havana, « Atocha », « I feel Good », « Arbol seco »… mais il brille également sur « Minor Swing ». Magnifique surprise au milieu du show : Julio invite sa cousine Melody Spartacus, flutiste de vingt ans (A Cuba les dynasties musicales sont légions !) qui laisse le public bouche bée par le brio de ses interventions sur « Danzón para un abuelo » et la composition de Hancock  « Canteloupe ».  Tonnerre d’applaudissements pour Melody dont on ne manquera pas de suivre la trace dans les années qui viennent.
Un nouveau venu dans le panorama havanero, Denys Carbó, saxophoniste alto et soprano, se présente le 26 au même endroit avec son quartet, Jazz en Trance, composé du pianiste Alberto Díaz, du batteur Ernesto Raymat et du bassiste Rafael Agdama, que complètent ponctuellement la voix et la flûte de Leslie Durán. Denys offre, à travers dynamisme et virtuosité (notamment au soprano), une approche plus straight qui pioche dans d’autres musiques dites « du monde ». Le titre de son  thème « Los pasos de Paquito », n’est pas innocent : Paquito d’Rivera lui aussi aujourd’hui passe en revue tout un éventail de genres. « Jazz en Trance », « Old Music », « Barrio viejo » sont des compositions personnelles. « Sensaciones » avec la voix de Leslie et Denys au piano ne convainct pas. Le saxophoniste a déjà trouvé l’opportunité de jouer aux Etats unis et en Pologne où il a pu enregistrer.
..... Il faut trouver una máquina afin de  rejoindre La Zorra y El Cuervo où le pianiste Alexis Bosch, une vieille connaissance, a renouvelé son personnel et son jeu. Orlando Sánchez, son remarquable saxophoniste a pris la route de Chicago et laissé la place au jeune Jamil Cherry (ts). Hermida est remplacé par Roberto Vázquez à la basse et Keisel Jiménez est entré comme batteur après le départ de Yissy García. Reste Emilito del Monte aux congas. Ces derniers temps Alexis fréquente assidûment Arturo O’Farrill et l’on sent nettement qu’il prend une plus grande envergure comme jazzman, délaissant son idée de jazz cubano retrouvant le jazz, avec un swing que commence à bien dominer Keisel qui provient d’une tradition plus cubaine (ex « Maraca ») mais également courtisé par les tenants du New Jazz. Le saxophoniste (excellent son !) n’a pas encore une forte histoire avec le groupe et parfois prend une grande place masquant le reste de la formation. C’est son absence lors du second set qui permet de s’en rendre compte et de dégager la qualité jazzistique du quartet de Bosch dont le répertoire et les  compositions se sont renouvelées, « Bye Bye black bird » , « A sound for sore ears », « Skirmisch », « Guajira Simple N° 2» (écrite pour O’Farrill) ; le thème de Eliel Lazo « Sverrigsgade 26 » avec le güirero « El Hueso » comme invité. Une très belle composition est jouée en trio. Piano et drum y alternent dans la délicatesse.
.....
Le 30 mai Yasek Manzano est à l’affiche de La Zorra y el Cuervo. Le trompettiste dont l’aura ne fait que croître avec ses passages aux Etats-Unis fait le plein de Nord-américains dans le club et fait fi de sa langue natale pour s’adresser au public. Yasek débute avec un thème de Coltrane « Satellite » posant ainsi clairement sa volonté de montrer que sa musique est bien ancrée dans le jazz. Il a assimilé toutes les leçons des grands trompettistes américains actuels et notamment Hargrove et Marsalis et semble savoir tout faire. Il offre en outre une très belle sonorité. Ses soli sont posés et ses qualités lui permettent d’éviter tous les excès dont certains de ses collègues trompettistes ou saxophonistes de l’île sont friands. Il est entouré du jeune pianiste Miguel de Armas (puis de l’incontournable Roger Rizo) et du guitariste Hector Quintana dont l’expression -au sein de ce groupe-  s’éloigne des tendances à la mode. Il s’attache à produire un jeu recherché et influencé par les grands classiques de la guitare de jazz. Julio César est à la batterie et Omar Gónzalez à la contrebasse. Quintana brille sur tous les thèmes de la soirée, Yasek lui offrant de larges plages pour montrer ses qualités notamment sur une composition du guitariste lui-même. Manzano enchaîne avec une oeuvre personnelle « El Conde » puis invite la chanteuse Daymé Arocena (écoutée récemment à Paris). Son interprétation de « Bésame Mucho » nous laisse  indifférent. L’expressivité offerte par Daymé est surfaite, sort de l’esprit de la composition de Consuelo Velázquez mais la partie au trombone de Yasek est fort belle. « Miljak Smooth » est de l’autorité de de Armas. Le set s’achève sur « Miguel’s Mood ». Après la pause, généreux comme à son habitude, le trompettiste fait de nouveau appel à des invitées : Zule Guerra  d’une part, interprétant « You’ve changed » et une belle reprise de « Tu mi delirio » et de nouveau Daymé pour « Waves » en duo avec Zule. La nuit s’achève sur« Cimarrón » de Yasek.
.... (le 2 juin) à La Zorra y El Cuervo le classicisme est à l’ordre du jour avec la formation de Jesús Fuentes. Le Santo Tomás Conexion du saxophoniste puise dans le réservoir familial : Outre Jesús on  retrouve Julio Valdés au clavier et Giselda Fuentes à la basse. Ivette Kessel (grupo Canela) est face aux congas, Alain Ortiz à la batterie et le remarquable Raúl Verdecia, réclamé par les plus grands, à la guitare. La formation est solide, bien rôdée, Jesús est aussi showman et tant les musiciens que le public prennent un grand plaisir à jouer pour les uns, écouter le sextet pour les autres. D’entrée le ton est donné avec « Donna Lee » et « Caravan » (joué sur un tempo très rapide avec un bon solo de Ivette) ; l’influence de d’Rivera filtre de la « Contradanza » jouée au soprano.  Les goûts personnels du saxophoniste pointent également sous « Dakar Blues »  et « Nganga » avec Julio au violon dans les deux cas. « Ti’Mouton » témoigne de la présence très fréquente de Fuentes en Martinique mais vire très vite au jazz. La nuit égraine  aussi « Isla de sueños », « Cantaloupe », « Mambo In »… et s’achève par un superbe duo saxophone et guitare sur « Por el amor », une version de Fuentes de « Desafinado ».
C’est avec Michel Herrera que se termine le 5 juin le périple havanero. Le saxophoniste ne joue pas en club l’ensemble de son projet inédit « Madre Tierra » mais d’autres thèmes antérieurs et des classiques. A l’alto le son est très agressif. Mais Herrera a des choses à exprimer dans ses soli.  Pour accompagner la voix de Janet Valdés (« No puedo ser feliz » et thèmes du filín cubain) Herrera s’empare du ténor et l’atmosphère devient plus chaude ce qui sied au genre… Comme Yasek Manzano, Michel laisse beaucoup de place à ses partenaires Meroño (p), Ladrón de Guevara (dr) et Agdama (bass) ce qui leur permet de  montrer de superbes qualités expliquant  notamment que tous ces jeunes musiciens se retrouvent ensemble dans divers groupes.
Le trompettiste invite son collègue Tonatiuh Isidrón pour un magnifique duo de trompettes. La salle ne s’y trompe pas. Belle ovation.
Après l’écoute de ces divers groupes et ayant pu en côtoyer d’autres non programmés lors de notre passage ou écoutés antérieurement, nous pensons qu’une réflexion est indispensable à propos du jazz actuel à Cuba (mais aussi de son histoire), ce qui est réellement du jazz, n’en est pas, subit son influence ou s’en écarte peu à peu ou encore sur ceux qui acceptent le terme  (notamment dans les festivals) mais affirment ne pas être des jazzmen.
Une chose est certaine l’île est trop petite pour tous ces (ses) talents !
Patrick Dalmace



CUMPLEAÑOS 18 DEL JAZZ CLUB “LA ZORRA Y EL CUERVO”

Tal como se había anunciado el pasado sábado 16 de mayo se realizó la actividad festiva celebrando el 18 cumpleaños de la “Zorra” como familiarmente le llamamos los que de manera cotidiana estamos vinculados con esta hermosa instalación que transpira cultura del más alto nivel noche tras noche. (El aniversario es el domingo 17 de mayo, pero decidimos efectuar la actividad el sábado)

Dicha actividad se desarrolló en solo 2 horas (de 8 a 10 pm) porque había que abrir para el público que como todas las noches espera el concierto de ocasión.

Ese tiempo fue suficiente para que los músicos jazzistas presentes, entre los que se encontraban el octogenario y muy activo  Joaquín Gilberto Valdés Zequiera, Ruy López Nussa, Pablo Menéndez, Orlando Valle (Maraca) junto a los jóvenes Yasek Manzano, Oliver Valdés, Michel Herrera, Alejandro González, Delvis Ponce, Albertico Lescay jr.  por solo citar a algunos de ellos, pudieran disfrutar de la excelente descarga que duró aproximadamente 45 minutos y que protagonizaron cuatros “monstros” del jazz cubano encabezados por el Premio Nacional de Música Bobby Carcassés, el baterista Enrique Plá, el bajista Jorge Reyes y el pianista Emilio Morales,  los que en cuarteto improvisado nos deleitaron con sus interpretaciones a tal punto que  atrajeron al escenario, como abejas al panal, a los músicos jóvenes presentes en una pequeña pero intensa descarga en la que todos los que la presenciamos no tuvimos otra opción que ponernos de pie y aplaudir por más de 2 minutos.

Junto a la actividad artística los medios de difusión presentes realizaron entrevistas a los maestros Bobby Carcacés, Emilio Morales y a un servidor quienes  expresamos  que en estos 18 años La Zorra ha acogidos a grandes figuras nacionales e internacionales del mundo jazzístico, pero que además ha servido de escenario para la presentación y desarrollo de jóvenes figuras, contribuyendo de manera importante a la consolidación y difusión del Jazz Cubano.

LIC. WALDO NELSON CARDENAS ASEN
PRODUCTOR ARTISTICO
JAZZ CLUB “ZORRA Y EL CUERVO”

 

JAZZ MESTIZO. Noviembre 2013

Otorgan Premio Gitana Tropical  al  jazz club La Zorra y El Cuervo de la Habana.

CARHUESO

Este   premio La  Gitana Tropical  es el  máximo galardón que otorga la Dirección Provincial de Cultura de la capital  cubana, esta  distinción   fue entregada hoy  25 de octubre  a  esta  institución  por la  contribución significativa a la cultura cubana  por  los  años de labor. Fue  efectuado  en  el jazz club capitalino  con jazzistas invitados, la dirección de cultura  la Subdirectora Provincial de Cultura  Raisa del Campo entrego y   reconoció la labor constante  entrego y  reconoció la labor constante  que durante décadas han dedicado  al género del  jazz cubano, así  lo expresaron con satisfacción muchos de los artistas y músicos presentes, entre  ellos  Ernan Lopez Nussa,  Carlos Miyares, Bellita, entre otros , pues   recibir esta importante distinción  viene a ser un homenaje y compromiso constante, porque una de sus esencias es destacar a quienes estimulan a diario la continuidad de la cultura a la creatividad  y la obra musical.
También  recibieron La  Gitana Tropical este mes  otras instituciones que desempeñan un papel relevante  en la preservación de la identidad cultural  cubana, como la Asociación Hermanos Saíz, la Casa Museo Hurón Azul, y la Fundación  Dr Antonio Núñez Jiménez.
El premio Gitana Tropical es conferido todos los años por las autoridades  culturales de ciudad  Habana a identidades  y artistas  cubanos   y alude a una de las obras del destacado pintor cubano Víctor Manuel.

La Gitana Tropical es la imagen que más fascinación ha ejercido entre los espectadores, al punto de convertirse, como una especie de Gioconda  americana, en el primer clásico del modernismo pintorestico cubano, Refleja a una exótica mestiza de gruesos labios rojos, una mezcla de mulata cubana con cabello y ojos indígenas.

 Víctor Manuel nos dejó unas  valiosas obras en la que resaltan  como  “ Dos mujeres y un paisaje , “ cabeza sobre fondo azul”,  “ Dos Figuras “ y por supuesto esta obra maestra que es su “Gitana tropical”  , quien  nos da   una mulata mestiza… Al referirse el artista  a otros rostros femeninos que su pincel recreó  como diría el : las mulatas cubanas tienen mucho de  Gitana.  

Cerró  la noche de  la velada cultural con la presentación del joven  saxofonista cubano  Denis  Carbo &  Balance.



N° 663 Printemps 2013 (FRANCE)
Cuba. La Havane en club

PATRICK DALMACE


… Nous avons pu écouter Herrera le 22 mars à La Zorra y El Cuervo. Il y a montré sa vision du « jazz contemporain ». Le saxophoniste est entouré de ceux qui défendent  cette conception, Pacheco, Argudín, Faya et le batteur Reiner Mendoza, au jeu très puissant. Herrera est véloce, il offre des sonorités nouvelles dans la musique cubaine et se montre très créatif. Ses duos avec un excellent Argudín sont de véritables envolées. On est sûr de son niveau quand on l’entend  sur « Sentimental Mood » et on comprend sa démarche à l’écoute de ses compositions dont le symbole est « Madre Tierra ».
Le trio de Jorge Luis Pacheco (avec Faya et le batteur Ariel Tamayo) est au programme du même club le 25. Pacheco, s’il reste dans la même optique que Herrera, sait faire preuve de personnalité. Il montre en particulier un aspect de leur conception à travers une sorte de « jazz cubain » qui aurait pour but, partant des connaissances musicales du public insulaire, sa musique, d’emmener ce public vers le jazz et le « jazz contemporain ». Une pédagogie en quelque sorte. « Amo esta isla », « La Feria » illustrent cette démarche. Le boléro « Silencio » qui a valu ses moments de gloire à la chanteuse Beatriz Márquez, est trituré magnifiquement dans cette optique traversant le rap et le jazz. Pacheco chante.  Sur le plan pianistique Jorge Luis est brillant, parfois virtuose et tient son rang dans la longue liste des jeunes pianistes cubains de Roberto Fonseca à H. López Nussa en passant par R. Luna, Abel Marcel, D. González… L’apparition du trompettiste Alejandro Delgado, entendu par le passé avec Alexis Bosch, permet au pianiste de se lancer dans de beaux dialogues.
Justement Fonseca* est sur cette scène le 28 comme chaque jeudi hors de ses tournées avec son groupe « Temperamento ». Plaisir et surprise marquent cette prestation. Son disque  Yo  s’éloignait du jazz et le revoilà avec un répertoire nouveau et des thèmes pas encore baptisés mais prêts pour la tournée internationale qui commence. Surprise aussi car si Ramsés Rodríguez est toujours à la batterie pour les exceptionnels face à face avec son leader et Javier Zalba toujours impeccable au soprano ou à la clarinette, Fonseca a remplacé la contrebasse de O.González par une basse électrique ( « Chucho » Valdés dans son entreprise de rajeunissement de son groupe a récupéré González). Le guitariste Jorge Luis « Chicoy » Valdés est également entré dans la formation. Il appartient à  une autre génération mais, poussé par son propre fils Oliver, drummer,  il adhère aux idées des Herrera, Pacheco et autres. Basse et guitare électriques transforment nettement la sonorité de « Temperamento » d’autant plus que Roberto joue sur deux claviers. Le tout dégage du 100 000 volts ! Ils seront de nouveau à Marciac cet été semble-t-il.  Enfin le 26 à La Zorra y El Cuervo nous avons pu écouter le sextet « Odarra » à la tête duquel se trouve le batteur Eduardo Barroetabeña. Plus classique que tous ses collègues écoutés ces derniers jours, Eduardo propose des compositions des membres de son groupe. Il y met un point d’honneur ayant souffert de cette tendance des leaders à négliger le travail de compositions de leurs partenaires.

Mars 2011 (FRANCE)
Cuba. Actualité du Jazz à La Havane

PATRICK DALMACE

Les possibilités d’écouter du jazz dans la capitale cubaine commencent à se diversifier. Plusieurs musiciens ont organisé leur peña où chaque semaine ils convient leurs « fans » et leurs amis. C’est le cas notamment des pianistes Alexis Bosch, Bellita, Alejandro Falcón et d’autres encore... L’auditorium du Musée des Beaux Arts est également une salle de concerts de qualité pour lesquels les musiciens font de sérieux efforts de préparation pour des projets originaux et comportant souvent de nombreux invités. Ces lieux du jazz sont largement accessibles pour une somme très modique en monnaie nationale et donc fréquentés par les amateurs cubains, souvent jeunes. Les peñas, l’auditorium restent le creuset où les musiciens retrouvent leurs racines et forgent leur travail en osmose avec le public cubain.

L’hôtel Sevilla, soixante années après les prestations de Bebo Valdés, ouvre chaque dimanche son patio à un groupe de jazz. En cette fin d’année c’est le conjunto Gala Mayor qui se trouve programmé. Le patio est plutôt fréquenté par les visiteurs étrangers tout comme les deux solides clubs de jazz du quartier du Vedado, le Jazz Café et La Zorra y El Cuervo. Le problème de ces deux clubs, qui programment les mêmes groupes, reste la part importante de touristes -accès bon marché mais en monnaie convertible donc peu accessible aux locaux- qui viennent y bavarder, boire, voire diner -notamment au Jazz Café- plutôt qu’écouter.
Les « vétérans » à l’exception d’Oscar Valdés, Lázaro Valdés et du groupe Mezcla ne s’y présentent plus et l’animation quotidienne est assurée par une jeune génération dynamique. Les rivalités semblent ne pas exister, les leaders deviennent les partenaires des collègues et les musiciens passent d’un groupe à l’autre, s’adaptent aux styles des uns et des autres, s’invitent régulièrement. Il en résulte une musique très vivante. Dans ce contexte, le 22 novembre, nous avons pu écouter à La Zorra y El Cuervo, qui mérite bien son appellation de « Casa del Jazz Cubano », une formation originale, « Aires D’Concierto », deux saxophones (ou clarinettes), basse et drum. On en disait beaucoup de bien. Mais si le groupe sait se vendre il n’est pas agréable à voir ni à écouter ; il ne joue pas réellement du jazz. Le leader Janio Abreu ignore sa section rythmique et efface son partenaire Joel Lafont, pourtant à notre avis meilleur que lui. Ce groupe prend sur le plan scénique et musical le contre-pied de ce que nous avons pu écouter par la suite. A l’opposé de cette formation se trouve celle du pianiste Alexis Bosch (2 décembre). Alexis est le grand défenseur du terme Jazz Cubain et rejette celui de Latin Jazz1. Nous préférons dire qu’il s’agit d’une musique cubaine moderne très fortement pénétrée par le jazz. Et c’est excellent. Outre ses qualités comme pianiste, Bosch qui s’appuie sur une rythmique composée de Hermida (bass), Del Monte Jr (cga) et Keisel Jiménez (dr), a un comportement magnifique, offrant sans cesse de larges espaces à ses partenaires, notamment à l’excellent jazzman Orlando « Cubajazz » Sánchez (ts), auteur de superbes improvisations et de Robertico García (tp) non moins remarquable mais plus dans la cubanité. Bosch sait aussi solliciter les jeunes tel Delvis Ponce (as) ; parfois même très jeune comme il le fait au même endroit le surlendemain avec Yissy Valdés (dr) dans l’émission de radio live A Buena Hora..
Quelques jours plus tôt, le 23 novembre c’est un nouveau venu sur la scène jazz du club que nous avons pu écouter, le batteur et compositeur Eduardo Barroetabeña. Il mène « Oddara », un groupe dynamique avec une bonne ligne de metales : Y. Argudín (tb), T. Isidrón (tp), E. Santacruz (ts) à laquelle il laisse la part belle lui aussi. Beaucoup d’unissons, de nombreux et bons solos cependant le jazz devient un peu mou lorsque les cuivres s’effacent. « Oddara song », un 6/8 afro ; « Orientalismo », « Ahora si »… justifient le prix de composition obtenu par Eduardo lors du dernier concours JoJazz et « Donna Lee » exécuté en danzón a plu.
Nous avions découvert le saxophoniste Michel Herrera, (26 ans) en avril et l’avions trouvé excellent (et Wynton Marsalis également !). Gagnant par deux fois en 2005 et 2006 du concours JoJazz, il confirme ce 25 novembre. Son groupe « Joven Jazz » montre beaucoup de solidité grâce à son leader, à Chappotín (tp) et à un excellent Roger Rizo (keyb.). Le saxophoniste reprend des classiques du jazz (« Billy Bounce », « Sentimental Mood ») bien africanisés et des thèmes personnels, « El Malecón de Shabi », « Como lo soñe », « Carolina »… Herrera qui s’appuie intelligemment sur son trio Julio César, R. Mendoza et I. Witnall (bass, dr, cga.) constitue l’exemple même du musicien qui cherche des racines dans le jazz pour alimenter une frondaison afrocubaine. Le 30, le pianiste Jorge Luis Pacheco, gagnant lui aussi du JoJazz (2007), possède également une formation de percussion classique et enseigne le timpaní symphonique au conservatoire. Il est membre du groupe de Yasek Manzano depuis plusieurs années mais l’an passé Jorge Luis a décidé de former son propre cuarteto comprenant Anier Tamayo (dr), Ed Martinez (cga) et David Faya (élec.bass). Pas de saxophone ni de trompette ; Jorge Luis a tout l’espace pour lui et ses trois partenaires lui offrent un accompagnement de luxe qu’il sait mettre à profit avec un grand respect pour eux. C’est encore une fois un travail qui cherche à s’éloigner du latin jazz pour rechercher les voies du jazz avec une personnalité cubaine inaliénable. Pacheco s’est livré à de beaux solos, à d’excellents dialogues avec Faya. La communication drum-conga a fait merveille à de nombreuses reprises. Le quartet possède une grande dynamique et l’on sent chez tous une belle envie de jouer. Deux thèmes ont particulièrement retenu notre attention « Silencio » et « Negrita Mía ». Les interventions vocales de Pacheco ne semblent pas indispensables à son travail. Le 3 décembre c’est autour du trompettiste Yasek Manzano d’occuper la scène de La Zorra y El Cuervo. Yasek , immense travailleur, cultive des dons exceptionnels. Le résultat est là. Marsalis avait vu juste lorsque sur les marches de ce même club il l’avait pris sous son aile, il y a déjà treize ans. L’opiniâtreté ; la recherche dans tous les domaines, y compris classique dans lequel il excelle aussi ; le souci d’avoir les pieds dans sa terre ; son peu d’intérêt pour la gloire immédiate en ont fait le meilleur jazzman de l’île, celui qui a le plus assimilé les formes et l’histoire du jazz et s’est nourri aux plus sérieuses sources. Son jeu s’est accéléré montrant une virtuosité non forcée et un registre très large. Il choisit ses partenaires parmi les meilleurs jeunes dont Pacheco, Anier Tamayo, un très bon saxophoniste Delvis (entendu déjà en d’autres occasions) qui se hisse presque au niveau de Yasek dans des mano a mano assez époustouflants. Le dernier disque de Manzano est déjà loin même si sa sortie est récente et le répertoire,nouveau avec « Cimarrón », « Babel », « Vespertino », un blues …, le thème fétiche que chante Yanet Valdés depuis toujours aux côtés de Yasek : « Drume Negrito ». Yanet montre ses importants progrès vocaux et linguistiques sur une belle version de « Stormy Weather »… La nuit suivante permet de revoir Rember Duharte -encore un pianiste !- dans le cadre du club donc dans un contexte différent de l’auditorium où nous l’avions vu quelques mois plus tôt4. Globalement le répertoire est proche mais la formation un peu plus légère et sans invités autres que les jeunes débarquant spontanément dans la salle. Il y a bien évidemment plus de simplicité ce qui permet de mieux apprécier « Nautilus » la formation de Rember. « Nautilus » n’a pas de congas mais des tambours batá ce qui ancre davantage son interprétation du jazz dans l’africanité. Les thèmes écrits par Duharte (« Congo », « Dragón », « Samurai », « Momentos »…) mettent en évidence ses qualités de compositeur5. Une nouvelle fois on peut apprécier Morejón (ts) ainsi que Delvis Ponce, aperçu chez Bosch mais plus dans son élément ici avec son saxophone baryton.
La plupart de ces jeunes et de leurs groupes commencent à voyager hors de l’île. Bosch était en Norvège, Bellita en Afrique du Sud, Herrera en Europe, Harold López Nussa, Roberto Fonseca parcourent la France… mais tous, contrairement à leurs ainés, reviennent se frotter au public des peñas et des clubs afin d’y retrouver leurs racines et la sève qui alimentent leur musique. 
Puisque nous avons fréquemment évoqué le concours JoJazz mentionnons les jeunes qui ont été distingués lors de l’édition de novembre 2010 et qui viendront sans aucun doute animer les clubs havaneros dans les prochains mois: Roisel Alejandro Suárez (tp); David Rodríguez (sax) ; Alejandro Meroño (p) ; William Roblejo (vl) ; Pablo Faya (sax) ; Jorge Camilo (p) et les groupes « Ta' Bueno Jazz » et « Roblejo's Trio ».

1. JoJazz. Concours annuel destiné à récompenser les meilleurs jeunes musiciens de jazz. JoJazz est l’abréviation de Joven Jazz -Jeune Jazz- et un jeu de mots avec Joyas qui signifie Bijoux.
2. Emission musicale, souvent de jazz, retransmise live depuis la Zorra y El Cuervo sur Radio Taino le samedi à 20h, heure française (www.radiotaino.icrt.cu). Depuis novembre il est possible écouter les émissions antérieures, à la demande, sur www.radiotaino.icrt.cu/programa.php?id=12
3. Jazz Hot n°632. Chronique précédente Jazz Hot Internet, avril 2010.
5. Depuis trois ans sa composition « Cimarrón » est l’indicatif du concours JoJazz.



Avril 2010 (FRANCE)
Cuba en Clubs et en Concerts

PATRICK DALMACE

... Le même Alexis Bosch a été pressenti pour animer le lendemain une  exceptionnelle descarga  dans le cadre d’une émission de Radio Taino diffusée chaque samedi en direct dans le monde entier depuis le club de jazz La Zorra y El Cuervo. Deux heures de folie placées sous le signe d’une fête que célèbrent les membres havaneros du forum internet Jazz Mestizo. Se succèdent sur la scène entre maintes effusions les mêmes que la veille -Sánchez, Falcón, Danae- auxquels viennent s’ajouter mestizos et amis : Giraldo Piloto et Ramsés Rodríguez,  batteurs essentiels du jazz de Cuba ; Robertico García, une solide trompette ; le jeune pianiste Abel Marcel et,  arrivé avec sa flûte, Orlando  Maraca  Valle  qui ne se privera pas de s’inscrire dans cette descarga. Il est devenu  rarissime de voir Maraca jouer dans un club de jazz. Les présents -et les auditeurs- pourront se targuer d’avoir participé à un moment très  spécial.
Le 4 avril dans le même club se présente le saxophoniste César López et son Habana Ensemble. Malheureusement ce Habana Ensemble est un ersatz du véritable groupe de César et seul émerge, au milieu d’un pupitre de cinq jeunes saxophonistes… le pianiste Abel Marcel, doté de réelles qualités. Malheureusement par manque de sérieux -les musiciens arrivent au dernier moment, voire après l’heure-, le son n’est pas réglé et López suspend provisoirement sa session le temps de tout régler. Devant ce manque de respect vis à vis d’un public qui vient pour écouter un musicien non négligeable de la scène cubaine, nous n’irons pas plus loin. On se contentera donc de réécouter à la maison l’excellent disque enregistré en 2007.
Même lieu, deux jours plus tard. C’est un ancien que nous revenons écouter : Lázaro Valdés.  Les premières impressions sont positives. Lázaro est toujours un bon pianiste que nous pensons meilleur lorsqu’il interprète le Son ou le danzón que le  jazz. Mais depuis plusieurs années il répète inlassablement les mêmes thèmes   « San Pascual bailén » , « Bésame mucho » … et ce qui est beaucoup plus gênant c’est qu’à force de répéter, dans le même environnement, Valdés et son Son Jazz sombrent dans l’attraction touristique avec des passages en salle pour faire jouer des maracas à un public plus attiré par le mojito que par le jazz. Suivent des numéros de tortillement d’un bongosero et d’une fausse danseuse et piètre chanteuse qui se lance dans  un inopportun  « Chan Chan »… Le club ferait bien de demander à Lázaro de revoir l’ensemble de sa prestation.
Le 7 avril l’excellent groupe du saxophoniste alto Michel Herrera rehausse le niveau. La troupe, un octet que Herrera appelle son Jojazz -nom du concours de jazz annuel au cours duquel la plupart des musiciens intégrant sa formation a été récompensé- est jeune, noire à l’exception du guitariste. Et le jazz  respire l’africanité. La dynamique, l’implication, n’est pas sans rappeler le groupe Rumbatere des sus nommés Sarduy, Molina et Harold López Nussa… une tornade passée il y a cinq années.  A l’image de leur leader qui leur laisse beaucoup d’espace, les musiciens sont inspirés, vont chercher l’envie au plus profond d’eux-même. On entend d’excellents unissons (as, tp, tb), de bons solos de Herrera et de Chapottin (tp). On est encore en présence d’un pianiste  de qualité, Rizo et l’ensemble est bien soutenu par la batterie de Ariel Tamayo, basse, guitare et conga. Herrera joue beaucoup avec les nuances ;  les rythmes ; les tempi sont variés. Pas de concessions  à la médiocrité… Un régal.
Inutile de le présenter il s’est déjà fait un nom dans le monde. Roberto Fonseca était à l’affiche le lendemain. La formation est stable depuis plusieurs années (R. Rodríguez (dr) ; O. González (cb), J. Zalba (as, cl, fl)) et s’est fait connaître par deux récents enregistrements de qualité qui servent de support à la présentation de ce soir. Prestation légèrement différée car précédée d’un conflit entre les musiciens, sous contrat avec une société occidentale donc des droits réservés, et le Ministère du Tourisme qui souhaitait filmer la session pour un spot promotionnel. « capitalisme » contre « socialisme ». Qui pouvait gagner ? Les caméras et micros additionnels démontés,  le concert démarre sur un rythme d’enfer avec « Zamazú ». On écoute un très beau « Cuando uno crece ». La fougue de Fonseca, son inspiration et sa technique pianistique n’ont rien à envier à ses collègues de la veille. Mais il a plus d’expérience, plus de métier et  la salle est impressionnée. La batterie de Ramsés, placée face au piano, permet un échange, un mano a mano, une complicité permanente entre les deux : «  El Ritmo de tus hombros » en est un exemple.  Javier Zalba est plus posé. Cet un ancien d’Irakere domine  toutes les situations et impose sa maîtrise sans  besoin d’effets spectaculaires. Le public, plus connaisseur que les jours précédents, sait apprécier et ovationne intelligemment les grands moments. Ce serait faire preuve d’un manque de discernement que de ne pas mentionner que ce succès ne serait pas atteint sans le magnifique contrebassiste qu’est González...

 

N° 641 Juillet-Août 2007 (FRANCE)

Jazz Musique et aventures
La Havane. Février 2007

PATRICK DALMACE

La Havane, Cuba. 28 février. Radio Bemba (1) la voie(x) la plus rapide pour diffuser l'information insulaire le confirme. Les jeunes prodiges du jazz s'en vont vers d'autres cieux. Ce n'est plus un drame depuis qu'il est admis que l'île forme plus de génies de la musique qu'elle ne peut en absorber même en postant des musiciens à chaque coin de rue. Exit Carlos Sarduy, Regis Molina, Alexander Brown... Ils reviendront ! On s'attend donc à rencontrer les jazzmen confirmés. Sur le chemin un vendeur à la sauvette étale ses L.P. d'époque. Poussiéreux mais en état. Deux live tombent dans notre escarcelle : Dizzy avec Arturo Sandoval et le même Dizzy avec Gonzalo Rubalcaba. Deux petites raretés issues du Festival Jazz Plaza de 1985, qui permettront au prieto (2) de bien finir le mois : l'inflation est galopante sur les trottoirs de la capitale !
Un coup d'œil sur le programme de La Zorra y El Cuervo le confirme ; les soirées seront des soirées de révision : Bellita y Jazztumbatá, Fonseca y Temperamento, Oscar Valdés y Diákara, Pablo Menéndez y Mezcla.
Rien ne sert d'être connu, il faut arriver à point. Entre japonais et américains on se faufile.
Bonne surprise; on peut signer la fin du roman fleuve commencé il y a deux ans. La sono flambant neuf est arrivée et c'est dans le luxe sonore que Bellita commence son concert ce qui permet d'apprécier son travail dans d'autres conditions que celles subies quelques mois auparavant en un autre lieu. Autour de Bellita (p) on retrouve M. Miranda, (bass, perc.) ; R. Larrinaga, (ts, cl, fl) ; Glenda López (fl). Les timbales ont disparu pour laisser place à un drums classique, désormais aux mains de M. Olivera. Le groupe est percutant, se livre pleinement et cette fois…. sans inhibition. Tout en conservant quelques thèmes clés, « Tanibell », « Like father, like son »…  le répertoire s'est enrichi. On apprécie « Mi ser », « 5 por 3 », « Night & Day », une jolie version de « Orfeo ». On déplore un inutile « Chan Chan » pourtant dédié aux amis. Bellita nous confirme qu'elle reconduit son projet Mujeres en el Jazz  ; quatre soirées réservées aux jazzwomen pour célébrer la Journée Internationale de la Femme. Le projet tourne avec succès depuis plusieurs années.

1° Mars. Même lieu avec à l'affiche Roberto Fonseca (p) et ses partenaires habituels : Javier Zalba (as,ss, fl, cl), Omar González (cb), Ramsés Rodríguez (dr), Emilio del Monte Jr (cga). Fonseca est en retard, ce n'est pas une surprise, le public s'impatiente. Le groupe tarde un peu à prendre son allure de croisière mais dès que l'échauffement est terminé le quinteto fait honneur à sa réputation même si del Monte est un peu en retrait. Fonseca montre que parmi le large éventail de jeunes pianistes que compte l'île il se situe parmi ceux dont la personnalité est la plus évidente. L'éloge de ces musiciens a déjà été fait (J.H. 633). Rappelons les excellentes interventions de chacun notamment sur « A Cachao », « Samasú », « TGV » « Suspiro »… et ajoutons que jamais le groupe ne fait de concessions à d'autres genres. A la pause Ramsés nous apprend le départ du groupe pour la France dès le jour suivant. RV est pris.
.....
Nous avions laissé le trompettiste Yasek Manzano, une promesse qui a la tête sur les épaules, avec le souci de travailler et de progresser (J.H. N°632). Il se présente le 3 mars à l'Auditorium du Musée National des Beaux Arts dans les meilleures conditions acoustiques. Un concert au MNBA est une référence en matière de musiques depuis le milieu des années cinquante. Le public, connaisseur, relativement jeune, cent pour cent cubain, y accède en monnaie nationale. On attend un événement et la télévision est là. L'événement est au rendez-vous. A force d'user de superlatifs pour qualifier le travail et les prestations du trompettiste on reste à cours de vocabulaire (mais c'est Marsalis qui avait commencé!). Tout est soigné, raffiné dans le jeu de Yasek qui démontre que l'acharnement à privilégier l'étude, le travail, paie plus que le souci d'aller se montrer à droite ou à gauche dans quelques festivals européens. On sent aussi l'apport qu'a pu avoir sa persistance à travailler avec les grands orchestres symphoniques de l'île. La mise en place du groupe est également des plus travaillées et chacun des musiciens s'est hissé au niveau souhaité (Jorge Luis Pacheco (p), Reinier Mendoza (dr), David Fayas (cb), Édgar Martínez (cga)). Le répertoire montre aussi les qualités de compositeur du trompettiste avec, parmi cinq compositions personnelles, deux thèmes puissamment ancrés dans les racines africaines du jazz : « Ikú », « Congo Bronx ». Le tout est complété par « 26-2 » et « Pen House ».

Manzano invite Bobby Carcassés (tp, voc.). Bobby a été celui qui a initié Yasek au jazz. Avec le showman on sait qu'à coup sûr on va passer un bon moment mais, passée l'interprétation de « Bésame Mucho », la surprise est de taille, car si Bobby, le pionnier cubain du scat, se lance dans l'exercice, Manzano lui répond ; un dialogue vocal s'installe, monte en puissance et se transforme sinon en un duel du moins en un randori à l'issue duquel il est clair que l'élève a dépassé le maître même dans ce domaine. C'était une première. A l'heure où les amis montent sur scène pour féliciter Yasek, nous retrouvons Bobby, assis dans les gradins, perplexe mais aussi… heureux.

5 Mars. La Zorra y el Cuervo. On attendait Abel Calderón ce fut Tamara Castañeda et ses partenaires : I. Pavón (cb), A. Ortíz, (dr), F. Vega (cga). La jeune vibraphoniste est -elle aussi- en progrès. Mangée par ses musiciens il y a quelques mois elle s'est débarrassée du saxophone, a perdu de sa réserve, fait vibrer son instrument autant qu'elle vibre elle-même, dirige et montre enfin le réel plaisir qu'elle a à jouer. On regrettera qu'elle n'ait pas modifié son répertoire (« Blue Bossa », « Wendy blues », « Sábana »….) mais elle était concentrée ses derniers mois sur son prochain disque dont deux thèmes comptent sur la collaboration de Chucho Valdés.
(1) Radio bemba : expression cubaine qualifiant la diffusion d'informations par le bouche à oreille.
(2) Terme utilisé à Cuba pour désigner une personne de couleur noire.

 

N° 633 Octobre 2006 (FRANCE)

Retour de Festival
La Havane. Juillet 200
6

PATRICK DALMACE

Le club La Zorra y el Cuervo s'est relooké cette saison. Peinture et mobilier. Sommet des non-alignés oblige, le club est sélectionné comme lieu d'accueil ! Mais la sono… ? Jazz Hot (Supl J.H. n°628) vous l'avait dit l'an passé les crédits sont débloqués... Elle va donc arriver. En attendant le son reste encore défectueux.

Pour ce 11 juillet c'est le groupe de Tamara Castañeda qui est à l'affiche. Une curiosité puisqu'il semble qu'elle soit l'unique vibraphoniste de l'île. Toute jeune, valorisée par Chucho Valdés lui-même lors d'un concours JoJazz, Tamara est fort bien entourée. Trop peut-être car sa section rythmique (Aniers Tamayo (dr), Iván Pavón (élec.b) et Edgar Martínez (cgá)) couvre un peu le son du vibraphone. Elle n'hésite pas non plus à faire une belle place au saxophoniste ténor Emir Santacruz. Il faudrait qu'elle s'impose davantage face à ses garçons. Sur le plan technique Tamara n'utilise quatre mailloches que pour un seul thème mais possède une certaine virtuosité. Son répertoire est composé de thèmes de son autorité (« Sábana ») et de Chucho Valdés (« Mambo Influenciado »). Après un excellent « Caravan », débutant par un duo batterie-congá de bonne facture, Tamara fait un détour par Bud Powell, revient à des œuvres de Michel Camilo et de Ernán López Nussa (« Wendy's Blues »), venu l'écouter mais qui ne la rejoint pas sur scène. On comprend vite pourquoi car Tamara fait un passage aux claviers. Elle renonce vite lorsqu'elle entend le son…

Le lendemain le saxophoniste alto Robertico Martínez, très en retard, accourt pour une nuit atypique (dixit). Pour suppléer Harold López Nussa au piano il a fait appel à une autre promesse de l'instrument Aldo López Gavilán. Factor P., ce quintet de jeunes jazzistas -personne n'a atteint vingt-cinq ans dans ce groupe- est à l'image du jeune jazz havanero  : plein d'inspiration, motivé, heureux de jouer et doué d'un bagage technique à faire pâlir les jeunes européens. Remarqué l'an passé dans une autre formation Nestor del Prado confirme qu'il est un bassiste à suivre ; Ruy López Nussa Jr. (dr) arrive à son tour pour prendre sa place dans cette nouvelle dynastie du jazz cubain que sont les López Nussa. Son jeu est déjà riche et frais. La section rythmique est complétée par le percussionniste Mauricio Gutiérrez (cgá). Robertico régale le club avec de bonnes improvisations sur « Oleo », « Some day my Prince will come », « En cada calle », un thème personnel et « Green Sky » de l'autorité de Aldo López qui propose aussi une jolie ballade sans la présence de son leader.

Il faut aller jusqu'au Piano Bar de l'Hôtel Panorama dans le superbe quartier de Miramar où vivait la bourgeoisie de l'ancien régime pour pouvoir écouter dans des conditions assez épouvantables Bellita y Jazztumbatá. Epouvantables car personne n'est là pour apprécier le quartet et c'est tout juste si le personnel condescend à éteindre la télévision qui se trouve au-dessus de la pianiste. On vient même demander à Bellita de faire moins de bruit car les touristes dorment en dessous ! Finalement la soirée va quand même crescendo . Le groupe a reconnu la présence de Jazz Hot et l'affaire se termine pratiquement… par un concert privé. Jazztumbatá cherche une voie personnelle à travers quelques originalités : Miguel Miranda, le bassiste, a développé une technique spécifique qui lui permet de tirer des sons uniquement avec la main gauche. La main droite devenue libre parcourt les congas et Miranda qui possède également deux pieds les rentabilise avec cloche et charleston. Un solo sur « Like father, like son » permet de constater que tout cela fonctionne très bien. Bellita quant à elle marche sur le même chemin et elle allie son travail au piano avec des incursions sur un set de percussions mineures et des parties vocales. Le groupe est complété par Gutiérrez, entendu la veille, mais cette fois installé face aux timbales et aux tambours batá et par un saxophoniste appliqué, Reynaldo Larrinaga (ts, cl, fl). La jeune flûtiste Glenda López intervient également lors du premier set. Au fil de la soirée on apprécie plus particulièrement « My Funny Valentine », Dolphin Dance », « Ladrones en el Templo » et la belle composition de Bellita « Tanibel ».

Le 14 juillet. Passage obligé à la demeure de son Excellence Madame l'Ambassadeur. N'oublions pas qu'un français est toujours le bienvenu dans les réceptions données ce jour à l'étranger. Marseillaise et petits fours. Parfait. Surpris de ne pas trouver le programme du flambant neuf Irakere Club de Jazz on questionne et on apprend qu'il est déjà… fermé.

Retour donc à la Zorra y el Cuervo que l'on préfère toujours au Jazz Café où les langues sont plus sollicitées que les oreilles. Oscar Valdés et Diakará sont au programme et la soirée est explosive. Oscar renoue avec les recherches rythmiques et harmoniques qui l'ont conduit à fonder le groupe Irakere avec Chucho Valdés. On découvre, notamment à travers deux splendides thèmes, « Yemaya » et « Manteca », une extraordinaire polyrythmie qui s'échappe d'un ensemble de percussions: tambours batá ( Iyá, Itotelé, Okonkoló ), congás, bongó , timbales , complètement intégrées dans une musique très noire. Il y a des leçons de fusion à prendre dans ce travail et les imitateurs devraient s'y atteler ou ranger leurs instruments. Les arrangements du saxophoniste et flûtiste Liván Martínez sont excellents ; c'est une condition fondamentale pour échapper au patchworks qui règne dans le genre aujourd'hui et comprendre ce qu'est le vrai jazz afro-cubain.

Pour une raison qui nous échappe Oscar quitte la scène dès les premières mesures du second set et laisse la descarga annoncée aux mains de Liván qui en profite pour montrer ses talents.

L'auditorium du Musée des Beaux-Arts propose de bien meilleures conditions acoustiques et possède une bonne sonorisation. Le public qui vient écouter Roberto Fonseca le 15 est radicalement différent de celui des clubs plutôt constitué d'étrangers venus entendre en vivo des noms résonnant en Europe. Ici l'assistance est havanaise, plutôt jeune et noire. Elle connaît le travail de Fonseca, est déjà acquise à sa cause et à celle de son groupe Temperamento. Impossible de résister à dresser l'inventaire du personnel. Il s'agit d'un all stars du jazz cubain dirigé par Fonseca (élect.p ; voix), valeur confirmée du piano cubain qui hélas manque encore de reconnaissance hors de l'île. Son jeu est très corporel, très expressif (« Negra Mía », « 70's »..), percussif et nuancé. Il est accompagné de son frère de cœur Javier Zalba, (as, ss, cl, fl.). Le saxophoniste, une génération au dessus, a fait les beaux jours de Irakere lors des concerts au Ronnie Scott à la fin des années quatre-vingts. Sans artifice ni prétention, comme un grand musicien, il étale sa classe (« TGV », « Un Congo Árabe »…), dialogue avec son partenaire (« Elisa ») à travers un répertoire de leur autorité. Derrière eux c'est le luxe : Omar González (cb), Emilito del Monte et ses quatre congas . Ramsés Rodríguez (dr), qui a abandonné Chucho, est le dernier arrivé dans la formation mais montre déjà une grande complicité avec Fonseca, son frère -de couleur cette fois-. Les deux hommes rayonnent. Ramsés impressionne dans l'accompagnement et dans deux solos de grande facture sur « Zamazú » et « Deja que te la lleves ». Enfin le vétéran Emilio del Monte tient les timbales et n'a pas perdu un pouce d'enthousiasme, de dextérité et de fougue depuis qu'il a découvert le jazz à la fin des années cinquante. Son solo sur « Zamazú » déclenche les ovations ; comme quoi la jeunesse est capable d'apprécier les performances des papys pour peu qu'elle ait un peu de culture.

Le concert à peine terminé on apprend que Gonzalo Rubalcaba, de passage dans l'île, est en train de descargar à la Zorra. Too late  !

Si lors du précédent séjour cubain nous avions remarqué les qualités des jeunes musiciens, cette fois ce sont les groupes et jazzmen solidement installés qui se montrent à leur avantage. Reste à entendre le groupe Rumbatere qui nous avait tant impressionné l'année passée. C'est chose faite le 18 juillet.

Le titulaire du piano est absent : Harold López Nussa est en tournée en Europe et le petit prodige de la trompette Carlos Sarduy s'est envolé vers d'autres continents, laissant à Reg Molina (as) la direction d'une formation qui en fait s'appelle Erifa. La précision est importante car ce terme yoruba qui signifie cerveau et pensée définit bien mieux l'esprit du groupe, sa démarche. Bureaucratie oblige : le quinteto joue sous son autre nom. Tous ces changements ont conduit Molina à affirmer davantage ses conceptions et sa personnalité (malgré une certaine faiblesse du piano). Le jeune géant saxophoniste -vingt deux ans et frôlant le plafond du club- a noirci sa musique, plongé dans les racines afro-cubaines en même temps qu'il s'inspire de Parker quand d'Rivera reste ici un moule dans lequel le monde du saxophone persiste à vouloir se couler. Des traits de Coleman sont aussi perceptibles dans sa manière de jouer. Le jazz de toute évidence est son destin. Les thèmes de sa composition mettent tout ceci bien en évidence : « Sanga Abakuá » (beau travail de la section rythmique (cgá, dr, él.b)), « El ojo de la piramide », « Underground blues ». Le trompettiste Maikel González apprend le répertoire en vue du voyage en Espagne et en attendant, Jorge Vistell (tp), en très gros progrès depuis l'an passé se montre à la hauteur des ambitions de Molina. Les longs solos de Reg et Jorge sont excellents et Yasek Manzano (tp) s'invite sur plusieurs des thèmes. Brillant ! Cet autre espoir de la trompette cubaine a lui aussi encore mûri. Il nous fait savoir qu'il a énormément travaillé depuis l'été dernier et nous confirme qu'il voudrait perfectionner en France la trompette…classique.

L'excellente mentalité de tous ces musiciens, les jeunes en particulier, qui n'hésitent jamais à s'entraider, à se remplacer, à s'inviter est des plus encourageantes et leur enthousiasme pour le jazz un plaisir. Il manque encore à La Havane et surtout dans le reste de l'île davantage de lieux susceptibles d'accueillir dans de bonnes conditions cette fourmilière de talents.

N° 628 Avril 2006 (FRANCE)

Recit de voyage
La Havane.
La Zorra y el Cuervo. Juillet/Août 200
5

PATRICK DALMACE

Deux ans après le passage de Jazz Hot (J.H. n°604) le club historique du Vedado, la Zorra y el Cuervo a relooké sa scène et l'a légèrement agrandie. Il reste toutefois un club minuscule où public et musiciens sont bien imbriqués les uns dans les autres pour peu, comme c'est fréquent, que les jazzmen de passage s'invitent. Le son et l'éclairage restent défectueux mais…les crédits sont débloqués. Ce 13 juillet Orlando Sánchez (ts, p) lance la soirée accompagné d'un conguero et d'un bon güirero. Son principe : jouer avec les harmonies, surprendre le public mais lui laisser entrevoir des choses qu'il connaît. Sa philosophie : l'échange ; et sur ce plan les jeunes qui l'entourent n'ont pas à se plaindre. Orlando leur laisse la parole, les invite à s'exprimer largement. Iour à tour ils interviennent. On remarque spécialement Carlos Sarduy (tp) et Jorge Miguel Vistell (tp). Les jazzmen s'enflamment davantage au deuxième set où le rôle de la section rythmique, qui inclue cette fois basse et batterie, devient moteur, très latin. Sánchez, dirige, guide, pousse ; ses hommes répondent, improvisent, se rejoignent. Le rythme permet à  «  Teresita  »  qui alterne entre güiro et maracas de se remuer. Le public a rempli le club. Il apprécie. Chacun des thèmes se termine sur de véritables bouquets sonores offerts par trois saxophones et les deux trompettes.

14 juillet. .... à la Zorra y el Cuervo, ... 'on retrouve le Jazz en la personne de celui qui est présenté comme la relève de la trompette cubaine Yasek Manzano. Malheureusement pour cette soirée, son quintet est en lambeaux et il a du faire appel au  ven tú   pour occuper les pupitres de bassiste et batteur. Pour ce dernier poste, le vétéran Gilberto Valdés, trois fois plus âgé que ses partenaires du jour, s'est aimablement proposé. Pour faire face à la situation Manzano opte pour la descarga et ainsi chacun s'en sort correctement. Au cours du premier set Yasek montre ses qualités : une grande maîtrise de l'instrument, beaucoup de rapidité, d'agilité, un style qui s'appuie sur la tradition jazzistique avec beaucoup d'influences de Marsalis et une présence scénique à la Hargrove. Sur le populaire  Manisero   il se livre à une improvisation excellente et originale, appartenant au monde du Jazz. Les versions du thème se comptent par dizaines. Celle-là sort de l'ordinaire. Plusieurs fois au cours du set Manzano invite Jorge Vistell et sa trompette à se joindre à lui dans de sympathiques mano a mano .

Une longue pose permet au bassiste de travailler et d'être à la hauteur pour le second set qui se présente comme un dialogue entre la trompette de Manzano – on découvre alors ses qualités pour développer les mélodies- et la voix de Janet Hernández. La jeune fille est allée à  la escuela de la calle – l'école de la rue- comme disent les cubains. Pas de formation mais une voix américaine puissante, pleine de possibilités pourvu que Janet gomme de petites lacunes par exemple lors du changement de registre. Cette seconde partie est un régal et le public qui ne l'a pas suivie a eu tort.

Le cyclone Dennis a fait des dégâts dans le pays et dans la capitale l'électricité fait défaut dans certains quartiers dans la journée. La bande de jeunes  Rumbatere   ne pourra occuper le club pour ses programmations matinales des 14 et 15
…...
7 août. Retour à La Havane. Le grand Ibrahim Ferrer et le non moins important trovador Noel Nicola nous ont quitté. A la Zorra y el Cuervo on attendait Bellita Exposito et   Jazz Tumbatá, ce fut le trio du batteur Alejandro Mayor. Trois jeunes encore en train de rechercher leur voie entre jazz et tradition cubaine. Un bon  « Summertime  » , sur une clave cubaine, un arrangement cubain du bassiste Aryan Varona pour « Blue Monk ». Le saxophone invité n'est malheureusement pas dans le ton sauf pour le dialogue avec la voix Neisy Wilson ( voc, synth. ) sur « Destino ».
Le lendemain au même endroit la scène est occupée par le groupe   Mezcla   dirigé par un gringo installé à La Havane (c'est plus souvent l'inverse !) : Pablo Menéndez. Mezcla veut dire mélange et c'est bien de cela qu'il s'agit pour cette soirée. Jazz, rythmes cubains, blues, rumba, new orleans... tout cela est fort bien travaillé et plait au public. Pablo, profil de rockeur, un brin guitare-heros (« Chico's Blues »…), fait son show bilingue ; le percussionniste Octavio Rodriguez (cgá, batá) est une référence. Damien Nueva est sans doute un contrebassiste -électrique ce jour- d'avenir et s'illustre sur un arrangement du célèbre danzón « Buena Vista Social» que Pablo dédie ce soir à Ibrahim. Si les claviers sont à la dérive, si Ruy López-Nussa junior fait ses armes à la batterie, Jésus Fuentes prend de bons solos tant au ténor qu'au soprano. Mais sans aucun doute possible c'est l'incontournable Yasek Manzano, comme un poisson dans l'eau avec tous les groupes de jazz se produisant au club, qui survole l'octet. A l'aise avec le style de Mezcla -il n'est pas le trompettiste habituel de la formation- Manzano montre une très grande maîtrise de son instrument, une sonorité rivalisant avec celle des meilleurs spécialistes et offre des improvisations digne d'un grand jazzman.
Lázaro Valdés (p) se produit le 9 août avec son quartet Son Jazz   (p, elec-g, dr, cgá). Encore une fois il faut faire abstraction des invités pour apprécier le groupe encore que le saxophoniste (le même que l'avant-veille) soit plus à son aise. La chanteuse n'est pas à la hauteur.

Lázaro et ses partenaires se régalent sur un jazz afro-cubain explosif mais dans lequel la clave est trop présente et trop artificielle. La fusion se fait au niveau de ce qui s'entend plus qu'au niveau où les racines des musiques peuvent se rejoindre. On a droit toutefois à un bon « Manteca » sur un tempo éfreiné et avec une énorme quantité de décibels comme sur l'ensemble des thèmes (ce qui handicape la chanteuse invitée sur « Como Fué » et « Bésame mucho »). « San Pascual de Bailén  » , un vieux thème du début du XIX° est joliment arrangé et l'on apprécie aussi un joli solo de Orlando Nadal (bgó) sur « Ran can can  »
. ..
Privé de concert par le cyclone les jeunes de  Rumbatere   sont à l'affiche le 12. On s'attend à une bande de gamins balbutiants…et l'on découvre le meilleur groupe présenté jusqu'ici dans ce club. Emmenés par l'incroyable Carlos Sarduy (tp)- dix neuf ans-, ses partenaires, à peine plus âgés, et principalement Harold López-Nussa (p), Regis Molina (as), démontrent une connaissance du jazz, une maîtrise de leurs instruments que peuvent leur envier nombre de leurs aînés. Et sur cette base une envie de jouer, un plaisir d'explorer, de créer, de partager avec le public, qui fait de leur jazz un jazz des plus vivants. La plupart des thèmes,  « Charly en La Habana »,  « Con aguaje », « Funky a la cubana » … sont de Sarduy lui-même. On écoute aussi un intéressant « Sanga Abakuá » de Molina. L'ensemble relève du jazz afro-cubain écrit et arrangé avec une grande finesse. Si la clave reste sans cesse un guide elle n'est pas, comme on l'a trop souvent entendu, jouée de manière intempestive. Carlos s'empare aussi du cornet sur une balade traditionnelle et il semble qu'il sache déjà tout faire, jouer dans tous les registres, tous les genres… Visage radieux de Carlos quand son compère Manzano vient le rejoindre pour un mano a mano de grande classe ! On voit tant de musiciens se jalouser que cela fait plaisir.
La fiesta est pour le 13 août. On rend hommage au pianiste Harold López-Nussa pour fêter son Prix au Festival de Montreux. Le club est archi-bondé. Judicieusement soutenu par Ruy López-Nussa senior (dr), Nestor del Prado (elec-b) et une congá, Harold et ses compères Reg et Carlos se hissent au même niveau que la veille. Ces jeunes ne manquent pas de personnalité et le jazz joué ce soir n'est pas redondant avec l'ambiance offerte le jour précédent. Plusieurs thèmes sont dû à Harold López-Nussa, « E'cha », « Sencillez », « Samba »… Bobby Carcassés vient chanter un blues. Le pianiste, sur un synthétiseur (c'est le gros point faible du club que de ne pouvoir y mettre un bon piano), place beaucoup de notes mais démontre qu'il appartient bien à l'école cubaine de piano, avec un jeu très percussif, vif et regorgeant de nuances. Il possède déjà un style propre. Ses improvisations comme celles de Sarduy ravissent l'assistance. Le jazz va désormais pouvoir compter sur lui.
A l'issue de ce séjour havanero , trois noms sont à garder en mémoire : Yasek Manzano, Carlos Sarduy, Harold López-Nussa.

 

16 AOUT 2005

Harold estrena su corona

PEDRO DE LA HOZ

Apenas un mes después de haber conquistado el cetro en la competencia de jóvenes pianistas del afamado Festival Internacional de Jazz de la ciudad suiza de Montreux, Harold López Nussa estrenó su corona entre los suyos, con un concierto en La Zorra y El Cuervo, donde la dirección de una de las casas más establecidas del género en la Isla festejó el triunfo del talentoso músico.

Escuchándole pasar de uno a otro estándar —la mayoría del programa se mantuvo en ese tenor— se puede colegir por qué entre tantos competidores de mérito sobresalió el cubano. Pero también por qué la personalidad musical de Harold cobra sentido entre las más felices emergencias de la práctica jazzística insular, lo cual es, en mi opinión, mucho más importante que un premio.

Harold posee un pensamiento armónico desarrollado y un discurso fluido que sin grandes sobresaltos y ningún artificio nos va descubriendo imágenes sorprendentes de cada variación.

Ese pensamiento se ha entrenado duramente tanto en el espíritu del blues como en el ejercicio de los géneros bailables de la música cubana (Harold ha hecho equipo con Haila Mompié y Teresita García Caturla). De igual modo en el territorio clásico ha demostrado empinadas cualidades, nada menos que mediante el Concierto en Sol Mayor, de Ravel, y uno de los cinco conciertos de Heitor Villa-Lobos. Pero cuando se asume como jazzista no contamina el resultado con dejos de experiencias anteriores. Se sabe ceñir a un guión en el que desarrolla sus parlamentos con precisión y alto vuelo, con alas que lo emparentan a un McCoy Tyner en tiempos de iniciación y, en la facilidad para concretar melodías sólidamente estructuradas, con Jay Rowe.

Todo esto sea dicho bajo la impresión de un concierto en el que se echó de menos un piano de verdad, como el que Harold enfrentará cuando quizá en septiembre haga su concierto en el Amadeo Roldán, a compartir con su compañero de aventura en Montreux, Alfredo Rodríguez.

De todos modos la noche en La Zorra transcurrió divertida y exultante no solo por lo que entregó Harold sino también por haber gozado de la compañía de un joven trompetista que deslumbra por sus enormes cualidades, Carlos Sarduy, un saxofonista que transmite ideas, Regis Molina, y de su padre, Ruy López Nussa, indiscutible maestro en la batería, a los que se sumó el inefable Bobby Carcassés en uno de esos blues que recrea con vocación de demiurgo, Early in the morning
.

30 de MARZO 2005.

Une nouvelle image musicale: les Cubaines du jazz

MARÍA ELENA CAPOTE

A ses débuts le jazz était le fait des hommes, à l'exclusion de leurs compagnes, et si d'aventure une pianiste avait l'audace de se mesurer à lui, c'était dans le milieu étroit de ces «sessions» de musique à la fois nostalgique, agressive, douce, mélancolique et passionnée, née des souffrances et des joies des Noirs nord-américains.
Mais les temps changent et aujourd'hui, les femmes jouent du jazz sur leurs instruments, comme les hommes, parce que pour jouer du jazz, il ne faut rien d'autre que¼ du sentiment et du talent!
L'écrivain arménien et nord-américain Saroyan se plaignait il y a déjà quelques années, à l'occasion d'un voyage dans sa terre natale, d'y avoir vu jouer une jazz band¼ russe! «Il n'y a que des Noirs nord-américains pour jouer ça», tranchait-il alors. Et ce n'était pas tout à fait faux car¼ pour interpréter du jazz, où que ce soit, il faut du sentiment.
Entre les musiciens cubains et le jazz, il y a déjà une vieille histoire d'amour. Les tambours du génial Chano Pozo, au milieu du siècle dernier, ont enrichi la musique dite nègre qui s'imposait dans les coeurs et sur les scènes du monde, hors des limites étriquées de la discrimination raciale.
Aujourd'hui, les nombreuses écoles de musique du pays étant ouvertes aux femmes, elles deviennent virtuoses d'instruments tels que la flûte, la contrebasse, la trompette ou le piano, et elles sont de plus en plus nombreuses à faire des incursions dans le domaine sacré du jazz.
Et s'il était besoin d'en fournir la preuve, le club La Zorra y el Cuervo , sur la belle avenue havanaise de La Rampa, a organisé à l'occasion du 8 mars, Journée internationale de la Femme, la sixième rencontre intitulée «Les femmes dans le jazz», avec la participation, quatre soirées durant, des meilleures interprètes du pays.
On y a vu défiler Bellita et son ensemble, Las Canelas, les Afroamericanas, Sexto Sentido et Lucía Huergo, qui ont agrémenté d'une sève caribéenne une musique devenue universelle.
Depuis l'an 2000 la rencontre est annuelle et a montré qu'à Cuba les femmes sont bien installées dans le monde du jazz. L'image traditionnelle du saxo pour symboliser le jazz, ces groupes masculins qui ne toléraient guère qu'une femme pour la voix, bref, la prépondérance masculine dans un domaine où comme dans d'autres elle n'a rien à faire, voilà qui est bel et bien tombé dans les oubliettes.
Les nouvelles générations de femmes jazzistes sont là et elles animent les jazz sessions dans les clubs de n'importe quelle ville du pays.


05 MARS 2005

Por sexta vez Mujeres en el Jazz

OMAR VÁZQUEZ

La sexta edición de Mujeres en el Jazz se desarrollará en el club habanero La Zorra y el Cuervo, desde este sábado hasta el martes 8, con conciertos a partir de las 10:00 p.m.

Canela abrirá el evento junto a las percusionistas de Afroamérica y la baterista Gipsy; el domingo tendrá a Bellita y Jazz Tumbatá como protagonistas, con la flautista Glenda López, las saxofonistas Lucía Huergo y la alemana Astrid Pape en calidad de invitadas; y el lunes al cuarteto de la vibrafonista Tamara Castañeda y el trío de la cantante y pianista Neisy Wilson.

La clausura, el martes, estará a cargo del cuarteto vocal Sexto Sentido y Danay Bautista y su Banda Esperanza.

 

20 OCTOBRE 2004

Cuerdas al filo de la medianoche

PEDRO DE LA HOZ

A Pedro Luis Martínez se le ocurrió la idea y, apenas se supo, a La Zorra y El Cuervo acudieron gentes (desde Ernán López Nussa, Danay Bautista y Carlos Varela hasta Lisday y Mirtica) que sabían la dimensión de lo que se estaba cocinando: tres guitarristas al tiro que giran en la órbita de los más exigentes circuitos jazzísticos.

Carlos Emilio Morales es parte de la identidad de Irakere, aunque desde mucho antes dio a conocer su extraordinario talento. A Leo Brouwer le escuché decir que en los tiempos del Teatro Musical de La Habana "el gordo" era uno de los músicos más seguros e integrales, de lectura concienzuda e interpretación consecuente.

Peruchín Jr. asimiló desde que abrió los ojos la herencia de las descargas que tipificaron el jazz cubano de finales de los cincuenta. Su constante ejercicio entre los más variados géneros de la música popular y un sexto sentido abierto a la latinización del jazz lo hacen dueño de un oficio admirable.

José Luis Chicoy encarna el virtuosismo asumido con inteligencia. Se ha hecho imprescindible en formaciones de jazz y rock por constituir el enlace más orgánico en nuestro medio entre esas dos vertientes de la creación sonora.

Tener a estos tres músicos de primera línea en un intercambio fue un lujo para el jazz cubano. Una sesión que merecía ser grabada. Estándares norteamericanos y cubanos, temas de Charlie Parker y de Ernesto Duarte, se entretejieron entre improvisaciones perfiladas a partir de muy singulares intervenciones: Peruchín con una dicción filinera; Carlos Emilio haciendo gala de una percepción armónica de notable agudeza; y Chicoy apelando a la brillantez de su dinámica.

En la base, mostrando elevadas credenciales, estuvieron Enrique Pla y Pedro Luis, aunque también tuvieron solos imaginativos y convincentes. Uno sigue siendo para este cronista el baterista ideal en una formación de todos estrellas del jazz cubano por su técnica y su cultura musical —dos polos que no siempre se reúnen en una sola persona— y otro, portador en Portugal de la tradición musical cubana y en los últimos tiempos destacado productor de proyectos especiales, contrabajista de dicción impecable.

8 MARS 2004.

Pasiones y contrastes

PEDRO DE LA HOZ

De la pasión con que las mujeres cubanas —las pocas que todavía lo hacen— asumen el género, nadie duda. La quinta edición de Mujeres en el Jazz comenzó en La Zorra y El Cuervo con un testimonio de ese espíritu.

Pero la música exige algo más que un compromiso. La excelencia profesional pasa por diversas aristas que van desde la aprehensión conceptual del momento jazzístico que se vive hasta el pulimento de los elementos técnico-expresivos en la ejecución de cada pieza, sin olvidar que en el centro de esta manifestación la improvisación juega un papel protagónico.

Este último aspecto fue el que se echó de menos en la primera presentación. Neisy Wilson, una pianista y cantante muy joven, se situó como líder del trío Gala Mayor y descubrió sus aptitudes para el canto sensible. Tanto ella como sus dos compañeros de equipo deben trabajar mucho más a fondo en las improvisaciones y el ajuste de un repertorio que a veces rozó con los tópicos del pop.

La llegada de Tamara Castañeda al escenario fue saludada por un público que en el último lustro ha sabido distinguir su virtuosismo y buen gusto, sobre todo cuando ha sido invitada a compartir faenas con Chucho Valdés.

Precisamente, el mérito mayor y más difícil desafío que se ha planteado esta vibrafonista, pasa por trasladar ciertos aspectos estilísticos que caracterizan el pianismo de Chucho a su instrumento. Tamara pasó por la prueba con donaire y exhibiendo una capacidad para el deslumbramiento.

Este tendrá mucho mayor alcance en la medida en que el cuarteto interiorice la necesidad de articular el sonido entre cada uno de los instrumentos. En música hay que saber escuchar a los demás.

El cierre estuvo a cargo de la Banda Esperanza y su líder, la guitarrista y vocalista Danae Bautista. Demasiado modesta, prefirió darles la alternativa a los jóvenes que la acompañan y nos privó de sus mejores improvisaciones, aunque reafirmó su liderazgo y una agradecida lucidez a la hora de concebir un sonido orquestal adecuado para un repertorio respetable, que alcanzó sus máximas cotas en las versiones de Puerto Padre y Caravana.

N° 604 Octobre 2003. (FRANCE)

On the road…
La Havane.
La Zorra y el Cuervo. Juillet 200
3

PATRICK DALMACE

Né en 1997, le Club de Jazz de La Havane La Zorra y el Cuervo n'a cessé depuis cette date de se consolider et d'affirmer une ligne que bien des clubs européens peuvent lui envier. Sans concession aux autres tendances de la musique cubaine, pourtant avides d'espaces, ce ne sont que des groupes de jazz qui se produisent sept jours sur sept sur l'étroite scène de la salle. Au rythme des changements de responsables, la politique du Club s'est pourtant modifiée. Largement ouvert sur le public cubain lors d'une précédente visite de Jazz Hot, La Zorra grouillait alors de musiciens et les apparitions de jazzmen de passage se terminaient par d'énormes descargas dont certaines restent dans les mémoires comme celles de Benson, Norris, Nicholson, Rubalcaba -Gonzalito demanda à jouer deux jours de suite !- et surtout Wynton Marsalis qui, pour satisfaire tous les jeunes jazzmen, convoqués par radio bembé, dû terminer par une masterclass, dehors, sur la Rampa.
Aujourd'hui, pour survivre et maintenir sa ligne, La Zorra y el Cuervo est obligée de se tourner vers les visiteurs étrangers, d'augmenter ses prix et, fatalement, l'accès en devient impossible aux jeunes (et moins jeunes) musiciens cubains. Les premières parties, animées par des groupes formés d'étudiants des Ecoles de Musique (si brillantes !) ont disparu. Les jam's continuent mais l'effervescence est moindre.
Reste que les programmes proposés permettent aux amateurs de découvrir un jazz havanero d'une grande richesse.
Au fil de juillet se sont présentés : Peruchín Junior, guitariste et pianiste de talent, capable d'une grande virtuosité mais que nous n'avons pas trouvé très bien entouré ; Alexis Bosch, pianiste ouvert sur les courants les plus modernes du jazz ; Pablo Menéndez, guitariste, ex-partenaire de Emiliano Salvador au sein de G.E.S., et son groupe Mezcla, mêlant dans une fusion de grande qualité, jazz, rock, blues… Le jeune trompettiste Alexander Brown, semble quant à lui être capable de s'ouvrir une voie royale. Déjà, David Murray, Steve Coleman, Ernán López Nussa requièrent ses services ! La Zorra l'accueille cette fois avec son propre quintet et sur des compositions personnelles. Vraiment à suivre.
Bellita (p) y Jazztumba, Gilberto Valdés (dr), Román Filiú (as), Joaquín Pozo (perc.), David Alfaro (p) avec Julio Padrón (tp), Orlando Sánchez (p, sax) avec Jorge Chicoy (g)… sont également à l'affiche du mois mais le plat royal est sans aucun doute le vétéran Oscar Valdés et sa formation, Diákara. Laissant la première partie à ses musiciens et leur permettant ainsi de montrer leur valeur sur des standards, Oscar Valdés, membre fondateur en 1973 de Irakere, propose dans sa seconde partie, un jazz s'appuyant sur les rythmes et chants yorubas. La maîtrise des tambours batá et leur utilisation dans le jazz a fait l'objet d'études et de recherches très poussées de la part d'Oscar. Le produit servi est d'une rare qualité et se démarque nettement d'un jazz afro-cubain qui depuis Chano Pozo s'appuie plutôt sur les rythmes rumberos, le bongó et la tumbadora. Il y a urgence à ce que Oscar Valdés y Diákara enregistrent !
La Zorra y el Cuervo : un club à ne pas négliger !

14 de MAYO 2003.

Homenaje a jazzistas cubanos
Celebran aniversario del club de jazz La Zorra y el Cuervo

MARÍA ELENA CAPOTE

EL 17 de mayo se cumple un aniversario más de la fundación del Club de Jazz Cubano en La Zorra y el Cuervo, céntrico lugar nocturno habanero —en plena Rampa—, donde se hace sentir la música de los amantes del jazz todas las noches. Con ese motivo se ofrece un programa especial en homenaje al conocido Bobby Carcasés —fundador del club— a Joaquín Pozo, destacado percusionista criollo y profesor de esos instrumentos en el Instituto Superior de Arte (ISA), y al Greco, intérprete también de reconocida trayectoria musical, entre otros músicos de igual valía artística vinculados al jazz.

Eduardo Valdés Rivero, director artístico de La Zorra y el Cuervo, informó en conferencia de prensa de las próximas actividades culturales que realizarán en dicho centro, entre ellas un homenaje también a Ernesto Lecuona y otros destacados pianistas cubanos como Emiliano Salvador y Felipe Dulzaides, en el mes de agosto.

Valdés Rivero reiteró los esfuerzos que se hacen para mantener la participación de La Zorra y el Cuervo en eventos musicales importantes como es el Cubadisco y el Festival del Jazz, todos los años.

-En este nuevo aniversario —afirmó— rendimos homenaje a los fundadores del Club de Jazz, pero las puertas están abiertas a todos los músicos que deseen tomar parte de estas noches de jazz en La Rampa.

La Zorra y el Cuervo es un pequeño sótano que recuerda a los numerosos locales nocturnos de Nueva York, que en los años 40 y 50 hacían furor con el apasionado y melancólico ritmo de los negros norteamericanos y al que el bongosero cubano Chano Pozo incorporó su toque rítmico, estableciendo una unión inolvidable en la historia de la música.

August 1999.

Cubadisco 99'

ELMER GONZÁLEZ

... Entre otras actividades, disfrutamos del homenaje a Chucho Valdés e Irakere, junto a Juan Formell y los Van Van, en el Teatro Nacional. El grupo del juvenil baterista Oscarito Valdés nos deleitó con un movido repertorio de jazz cubano en el club La Zorra y el Cuervo en la famosa "rampa habanera". Allí apreciamos el talento del trompetista Yasek Manzano, un "teen-ager" que está dando mucho de qué hablar por su inmenso potencial en el mundo del jazz. En el "Callejón de Hammel", una pintoresca calle con una muestra de todos los colores, los dioses, humores y caderas danzantes del Caribe, se presentó el grupo de rumberos "Clave y Guaguancó". El mismo nos elevó la temperatura del cuerpo a niveles sin precedentes....