HIERREZUELO, Joel (La Havane 1972)
Caridad, Lorenzo et Rey HIERREZUELO  sont les grands oncles de Joel. D’autres grands oncles sont musiciens ou chanteur et jouent dans des formations traditionnelles et son grand père joue aussi de la guitare. Son père Orlando était batteur  mais abandonne la musique pour s’occuper de la famille. Joel grandit donc dans un milieu musical et, de manière autodidacte, commence à s’intéresser aux percussions. Il  joue un  peu de guitare et de la batterie en cachette de maman qui ne voit pas l'instrument d’un bon œil. Il participe dès la fin des années quatre-vingt à de petits groupes, débutant aussi comme…  chanteur dans le groupe « PRESSIÓN », avec Eduardo « Popy » RAMOS ; batterie, Enrique MAYOLAS, guitare.  Ariel ROJAS, piano, dont le père, le guitariste Martin ROJAS sert de coach à la formation. Dès cette époque il participe à quelques festivals et joue dans les Casas de Cultura.  Finalement Joel peut s’inscrire dans une école vocationnelle à l’âge d’entrer à l’Université. Ces écoles sont destinées à former des professeurs de musique. Il opte pour la guitare et continue de travailler les percussions en marge des études, débutant parallèlement une vie de musicien professionnel.


Photographie Collection J. Hierrezuelo.

Il chante avec « RICOSÓN  »  Le groupe joue dans les fêtes, les hôtels, les restaurants de La Havane. A ce moment il commence à s’intéresser à la musique traditionnelle cubaine alors que jusqu’à cette époque d’autres musiques le préoccupaient davantage. Invité à l’écouter lors d’un enregistrement son grand oncle Rey émet suffisamment de critiques pour qu’il se décide à  travailler le genre.

En 1995 avec Ricosón et J. Castellanos. Photographie Collection J. Hierrezuelo.

Avec des amis de l’école ou de la Escuela Nacional de Arte comme Roberto FONSECA qu’il connait depuis très longtemps il joue des congas dans un petit groupe complété par  le bassiste Rafael PASEIROEduardo « Popi » RAMOS, batterie, Liván TARTAUL, saxophone ténor. Avec cette formation  il participe au Festival Jazz Plaza en 1994  et donne divers concerts, accompagnant notamment Polito IBAÑEZ. L’influence de « Yellow Jacket », Metheny est perceptible lorsque la formation joue du jazz. 
En 1995 il termine ses études mais n’enseigne pas, préférant se consacrer aux groupes dans lesquels il travaille tels « TOCABAMOS », le « TRIÓ LOCO » avec Yunior TERRY et Andrés ROMÁN pour un projet avorté en Italie et « RICOSÓN » avec lequel il gagne un concours qui lui permet de réaliser une tournée en France cette même année, jouant à Biarritz, Paris, Nantes… Joel décide de rester six mois en France..

Il rencontre le pianiste Alfredo RODRÍGUEZ qui l’aide à travailler en le faisant jouer des percussions dans sa formation. Il donne des cours, découvre le réseau cubain parisien puis rentre à Cuba.
En 1996 à La Havane, il retrouve FONSECA -qui accompagne Augusto ENRIQUE-  et avec  lui participe à la naissance du  groupe « TEMPERAMENTO ». Il se remet à travailler les percussions. Ils enregistrent à la fin de l’année leurs premières « démo » qu’ils  font diffuser sur les radios et, début 1997, donnent leur premier concert  au Centro de Prensa Internacional puis d’autres concerts à l’Upec, à la Zorra y El Cuervo qui réeouvre à ce moment.  Joel quitte Cuba pour Paris au milieu de l’année et retrouve des amis latinos avec qui il collabore, d’abord avec « Sabor a Son » à La Coupole retrouvant une place de chanteur à côté de Fino Gómez, tres ; Carlos Miguel HERNÁNDEZ et de la danoise  Line Kruse, violon. D’autres musiciens  vont et viennent dans la formation y compris le vétéran cubain Guillermo FELLOVE, trompette.

Joel lors des enregistrements de Temperamento en 1996. Photographie Collection J.Hierrezuelo.

Joel promène sa voix de groupes cubains en groupes latinos et même dans des groupes Pop. Il forme « Cubaila » un trio de variété avec Luis MANRESA, basse et Jacqueline Rodríguez qui enregistre « La Charanga ».

Il travaille avec Alfredo RODRÍGUEZ, Miguel « Anga » DÍAZ, Camilo AZUQUITA, Tito Alen, Jose Mangual Jr, Jimmy Sabater, Diego Pelaez, Orlando Poleo … et de nombreux musiciens cubains et latins qui lui permettent aussi de fréquenter d’autres grands musiciens cubains. Joel réalise en 2001, une tournée européenne avec « Los ACEREKOS »  la formation d’Alfredo au sein de laquelle il partage les parties vocales avec  « Bobby » CARCASSÉS . Il progresse encore en ces circonstances au contact de « Tata » GÜINES, percussionniste lors de la tournée. Il participe au disque « Cuban jazz ». Ses liens avec Alfredo se resserrent et ses collaborations avec lui sont permanentes et parallèles à celles qu’il réalise avec « Sabor a Son ». Joel reste avec RODRÍGUEZ  jusqu’à la disparition de ce dernier en 2005.

2001. Tournée avec Los Acerekos. Alfredo Rodríguez, piano, Joel et Bobby Carcassés, voix.
Photographie Collection J. Hierrezuelo.

Joel HIERREZUELO organise une nouvelle formation à la fin de l’année 2001 créant  le groupe « Mambí »  dans lequel il chante, joue de la guitare et des percussions. Ses partenaires sont essentiellement des cubains installés à Paris : Luis MANRESA, basse ; Yaite RAMOS voix et flûte ;  Fino GÓMEZ tres et voix ; Carlos Miguel HERNÁNDEZ, voix.

Le répertoire  est essentiellement cubain avec des compostions et des arrangements de Joel qui privilégie le travail des voix. Le groupe enregistre son premier album « Al Machete », avec la participation d’invités prestigieux, Alfredo , « Tata », « Changuito », « Ánga »,  Julito PADRÓN et réalise de nombreux concerts en France et en Europe.

Joel retrouve aussi très souvent, de manière informelle, dès le début des années 2000, le chanteur Hamidou avec le projet de travailler ensemble. Il en sort un disque «  Latinoriental » en 2005 dans lequel les musiques orientales et cubaines se mélangent. Ils donnent des concerts en France et en Algérie. Joel chante, joue de la guitare et des percussions.
En 2006 en collaboration avec Michelle Charropin,  la femme d’Alfredo,  Joel réalise l’album hommage « Oye Afra » ainsi qu’un concert  hommage au New Morning à Paris.
La même année, après avoir enregistré avec le groupe "Africando" comme chanteur et choriste, il part en tournée avec cette formation, parcourant l'Europe: Amsterdam, Zurich, l'Angleterre, la Belgique ainsi que Paris au Bataclan.

Joel. Photographie Collection J. Hierrezuelo.


Régulièrement Joel retourne à Cuba. « TEMPERAMENTO » y joue sans conguero mais à chacun de ses retours FONSECA l'incorpore à la formation et en 2007 Joel effectue avec le groupe l’ensemble des tournées internationales et l' enregistrement de « Akokán » en 2008. Dès lors Joel HIERREZUELO accompagne « TEMPERAMENTO » à travers le monde tout en continuant à travailler avec « Sabor a Son » et « Mambí ». Lors de la tournée estivale 2009 il participe à l'enregistrement live au Festival de Marciac.

En 2010 avec FONSECA et « TEMPERAMENTO » il intègre le projet « Havana Cultura » de Gilles Peterson. Après une tournée en Afrique du Sud en 2011 avec le quinteto, Joel  reçoit ses partenaires à Paris pour le Festival Banlieues Bleues et participe alors à l’enregistrement d’un nouveau disque de Roberto FONSECA. A la suite il les rejoint au Brésil pour divers festivals avant retrouver Cuba où il  s’intègre à la formation pour ses concerts à La Zorra y El Cuervo et au Jazz Café.  La saison des festivals les conduit à Curaçao pour le North Sea Festival, en Martinique à l'Atrium; en Guadeloupe à La Kosa et à l'Univesité de Bogota. En fin d'année Joel part avec la formation à Saint Petersburg pour un concert au Music Hall Theatre et  à Moscou au Moscow International House Of Music.

Dans les espaces que « TEMPERAMENTO » laisse libres, Joel HIERREZUELO réalise plusieurs enregistrements et plusieurs travaux avec des musiciens de la scène parisienne.Il rejoint le saxophoniste Alex Terrier pour son concert au New Morning avec son "Cuban Projet", au sein duquel il retrouve Felipe CABRERA, Lukmil PEREZ et le pianiste Leo Montana. Il commence aussi à jouer dans un nouveau projet " Los Frapadingos " dirigé par Minino Garay percussionniste argentin, l'ensemble comprend quinze percusionnistes latinos et base son travail sur l'improvisation et l'échange rythmique  de différentes cultures de l'Amérique latine.

 

Avec le Cuban Projet de A. Terrier au New Morning. Photogaphie collection J. Hierrezuelo.

Joel poursuit l’aventure avec le pianiste Roberto FONSECA en 2012 dans son nouvel album “Yo” acclamé par la critique internationnale. Des tournées se poursuivent en Europe, notamment en France, en Allemagne, en Angleterre, en Espagne, en Suisse, en Belgique ainsi qu’en Afrique du Sud, en Turquie et en Martinique. De grands concerts enthousiasment le public comme à Marciac, à L’Olympia à Paris, à L’Opéra de Limoges, à La Halle aux Grains à Blois, au Ronnie Scott’s à Londres et de nouveau à l'’Olympia lors de la soirée TSF Jazz en décembre de la même année.

En 2013 le travail international avec FONSECA prend de l'ampleur. Dès janvier il est avec Roberto à Tokyo et au Canada. Pour l'été l'Europe est au programme avec la France, la Suède, l'Angleterre, l'Italie. Les points forts de la tournées restent Marciac, le Ronnie Scott, le Festival Des Rives et des Notes... En septembre et en octobre il accompagne de nouveau le pianiste en Colombie puis aux Etats Unis où il partage la scène avec Omara PORTUONDO et le "BUENA VISTA SOCIAL CLUB" pour plusieurs des concerts de la tournée. L'hiver ramène Joel, Roberto et leurs partenaires en France. A Paris au Duc des Lombards c'est Ibrahim Malouff et Maira Andrade qui les rejoignent.

 

 

Parc Floral 2013.

Joel continue de participer aux tournées de Roberto FONSECA au cours de l’année 2014 ; à celle d’Asie au printemps avec des haltes en Nouvelle Zélande, à Hong Kong, Tokio… puis à celle d’été en Europe. Lors du Festival de Marciac en août la prestation est enregistrée. Ce même mois il participe avec le groupe « Mambi » à un concert en Italie à Follonica. En novembre et décembre il repart avec Roberto et le Magia Negra Tour de Omara PORTUONDO puis de retour en France rejoint « Sabor a Son » et Fino GÓMEZ pour un concert à Puteaux.

L'année 2015 est absente de toute collaboration avec Roberto qui se donne de nouveaux objectifs mais Joel entre dans de nouveaux projets.
Il commence à travailler avec la Guadeloupéenne Véronique Hermann Sambin et son sextet composé de jazzmen français dont le saxophoniste Xavier Richardeau. La chanteuse le conduit pour divers concerts dans son île puis à Fort de France, au Duc des Lombards à Paris... HIERREZUELO collabore toujours avec Alex Terrier.


Joel avec Veronique Hermann. 2015. Photographie Collection Joel Hierrezuelo.

Il n'abandonne pas pour autant Minimo Garay et ses "Frapadingos", le "Trio Cubain" de Fino GÓMEZ et Carlos Miguel HERNÁNDEZ, "Sabor a Son" groupe avec lequel on peut l'entendre à Paris, Amiens.... Il débute une autre collaboration avec le guitariste brésilien Munir Hossn qu'il accompagne, en assurant aussi des parties vocales, pour son projet Made in Nordeste dans plusieurs concerts notamment au Festival de Jérusalem.
Le percussionniste se lance en 2015 dans un un projet personnel, son propre quartet. Sur des compositions personnelles Joel pense chanter, jouer guitare et percussions.

Joel HIERREZUELO enregistre aussi cette année un disque avec le batteur Manu Kaché.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
* « Cubaila. La Charanga », Paris 1998, Une Musique.
* « Jomed. Latinoriental », Paris 2005, Atoll music.
In * « Ánga Díaz. Echu Mingua », L.H. & Paris 2000-2001, World Circuit 071.
In * « Alfredo Rodríguez, Los Acerekos. Cuban Jazz », Paris 2001, Cuban Jazz, Naxos .
In * « Alfredo Rodríguez. Oye Afra. Hommage ». Compilation de live 1998/2005, OPlus 118. 
In * « Africando. Ketukuba », Paris/Afrique, 2006, Syllart Productions.
In * « Roberto Fonseca. Akokán », L.H. 2008, Enja 9534 2.
In * « Roberto Fonseca. Live in Marciac », Marciac 2009, Enja 9565 2.
In * « Roberto Fonseca. Yo », Meudon/Paris 2011. Jazz Village 57005.

.....Biographies....

<<<<
Herrera, Michel.
Hierrezuelo, Lorenzo.
>>>>